Construction citoyenne : Le service national de retour

0

Sur le rapport du ministre de l’Emploi, de la Formation professionnelle, de la Jeunesse et de la Construction citoyenne, le conseil des ministres a adopté mercredi un projet de loi abrogeant et remplaçant la loi n°83-27/AN-RM du 15 août 1983 portant institution du Service national des jeunes.

Le SNJ est institué par une loi du 15 août 1983 afin de parfaire l’éducation et la formation civique et professionnelle des jeunes appelés.

Le SNJ a formé, de 1985 à 1991, huit contingents dont six réguliers et deux spéciaux pour un effectif total de 6635 éléments avant d’être suspendu le 20 avril 1991. Après plus d’une décennie d’arrêt, il apparait plus que nécessaire aujourd’hui de le rétablir.

Le Service national des jeunes vise entre autres : la formation au civisme et le don de soi au service de la nation ; la promotion de l’attachement et du dévouement des jeunes à leur pays et à la collectivité ;  le développement de l’esprit de camaraderie, d’unité et de cohésion sociale chez les jeunes et la contribution à la lutte contre la dépravation des mœurs, la criminalité et l’insécurité dans notre pays.

Il vise également la formation professionnelle et technique adéquate des jeunes en vue de leur insertion socio-économique et le développement des aptitudes physiques et mentales des jeunes par la pratique du sport et des exercices militaires.

Le rétablissement du Service national des jeunes s’inscrit en droite ligne du projet de société du président de la République par l’investissement dans la jeunesse pour la promotion de l’esprit de civisme et de socialisation des jeunes.

Le présent projet de loi qui régit le Service national des jeunes consacre des innovations en le rendant obligatoire pour tous les jeunes du Mali.

L’institution du Service national des jeunes va contribuer à parfaire l’éducation, la formation physique, civique et professionnelle des jeunes en vue de leur participation effective et entière au développement économique, social et culturel du pays et de leur mobilisation pour les besoins de la défense nationale.

 

PARTAGER