Marche des forces vives de Bandiagara : Le bilan macabre de l’insécurité exposé au gouverneur

3

Le vendredi 12 novembre 2021, les forces vives de Bandiagara ont battu le pavé pour dénoncer l’abandon en plein vol des populations, les dégâts causés dans le pays dogon, la terreur causée à la population par des terroristes, etc. Ils demandent la sécurisation urgente du pays dogon par l’Etat. Dans leur déclaration dont une copie a été remise au gouverneur, ils interpellent les plus hautes autorités à prendre leur responsabilité pour ramener la paix, la sécurité, la stabilité dans les localités dogon.

À la suite de cette marche pacifique les forces vives sociales se sont rendues au gouvernorat pour remettre une copie de leur déclaration au gouverneur de la région.

Selon cette déclaration, la situation sécuritaire au pays dogon se complique du jour au jour malgré les cris, les alertes, les dénonciations, les démarches par moyens propres, les foras, etc. « Les autorités sont restées muettes à toutes sollicitations et à toutes propositions de sorties de crises », dénonce la déclaration. « Comment comprendre des dizaines d’attaques sur l’axe route nationale n°15, la quasi-totalité des greniers incendiés, la petite récolte incendiée au champ, les déplacés à Koro, Bankass, Bandiagara, Douentza, des déplacés partout au Mali ? ». Les marcheurs dénoncent un manque de prévention de l’Etat. « L’économie du centre est à terre, des champs de cultures et des espaces maraichers abandonnés depuis trois, voire quatre ans, des écoles fermées, des villages abandonnés, créant ainsi des déplacés qui vivent dans toute sorte de misère », précise la déclaration.

La déclaration avance un bilan macabre avec 709 personnes tuées, plus de 40 000 bovins et caprins emportés, plus de 20 000 déplacés, des dizaines d’engins de deux et de trois roues emportés et des boutiques incendiées à la suite d’attaques. Les marcheurs de Bandiagara dénoncent le faite que les autorités n’ont pas compati même en faisant un simple communiqué à plus forte raison venir en aide. Le bilan de la plus récente attaque est  des véhicules de transport interceptés entre Bandiagara et Bankass avec la plupart de leurs occupants emmenés par les ravisseurs, encore, silence radio des autorités. Pour eux, Dana Amassagou, seul rempart face au mal.

Face à une telle situation, les populations du pays dogon se demandent ce qu’il faut faire si ce n’est de dénoncer la faiblesse sinon le désintérêt de l’Etat face à de telles situations dramatiques.

Dans la même déclaration, les populations revendiquent et demandent fortement aux autorités de la transition, le déploiement rapide des FAMas pour sécuriser tous les axes routiers du centre; la riposte rapide des FAMas face aux différentes attaques; la patrouille des FAMas en accord avec les autodéfenses Dana Amassagou ; la sécurisation des personnes et de leurs biens ; la levée des embargos sur certains villages ; réengager rapidement un processus de dialogue pour une sortie de crise. Cependant, s’ils sont  disposés à soutenir la transition dans tous les aspects du relèvement du Mali, ils pensent que ce sont les autorités de la transition même qui doivent, soutenir à la sécurisation du centre pour réussir le soutien à la transition.

Pour eux, cette marche est un nouveau départ dans les réactions de populations face à la dramatique situation qui ne s’améliore guère. En réponse, le gouverneur a félicité leur esprit patriotique dans le déroulement de cette marche. Il promet de relayer le contenu de la déclaration à qui de droit.

Drissa Togola

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Mr Kinguirake , sortez de votre position de haine , le Mali a besoin aujourd’hui du pardon et doit se tourner vers l’avenir , à Mopti déjà il y a eu des réactions par rapport au discours du chef de village c’est toi qui n’a pas l’intelligence nécessaire pour voir les choses en face, pitié pour toi. Vous êtes des laudateurs alimentaires de la 25 è heure on doit pas perdre le temps avec de telle personne.

  2. ama, soyons honnetes et il faut nous dire ou tu as vu ces eloges du chef de village de Mopti au nom des populations de Bandiagara, il faut sortir de ta position car Boua le ventru IBK est parti avec ses regimes corrompus et tres incapables, c’est fini et Boua restera le president le plus corrompu de l’histoire du Mali

  3. AH bon ! pourtant le chef de village de Mopti, a fait l’éloge du gouverneur et des autorités de la transition sur la situation sécuritaire de la région de Mopti, décidément je ne comprends plus rien dans ce pays même les personnes âgées n’ont pas honte de mentir c’est dommage. Combien de nos francs ont été gaspillés pour une telle futilité ? Tout ça c’est pour rester au pouvoir c’est aussi la refondation.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here