Gouvernement Boubou Cissé : Ces timides succès à consolider et à amplifier

1

Même s’il n’y a pas de circonstances hasardeuses dans la gestion des affaires publiques, certains actes majeurs font renaître l’espoir en un système de gouvernance plutôt laborieux. Telle est l’analyse que suscite les premiers points que vient de marquer ce début de second mandat du président IBK avec Dr Boubou Cissé à la manette gouvernementale

Maliweb.net Le Premier ministre Boubou Cissé va-t-il faire oublier son prédécesseur  plus tôt qu’on ne le pense? Les observateurs avertis de la scène malienne sont tentés d’apporter une réponse affirmative à cette question. Surtout que l’ex-Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga a eu la triste réputationd’avoir battu le record des grèves durant son séjour à la Cité administrative. Son dernier gouvernement ayant laissé un front social fortement en ébullition au point que le successeur devrait avoir un courage herculéen pour affronter les défis ainsi amoncelés. C’est désormais chose…entamée !

En effet, à l’entrée en fonction du gouvernement Boubou Cissé, le Malien lambda était à un doigt du désespoir total, tant le pays était envahi d’un doute morbide. Car, aux nombreuses grèves et cas de mécontentements sociaux s’ajoutait le péril sécuritaire avec son lot d’affrontements inter et intra-communautaires, d’attaques meurtrières provoquant des hécatombes. L’on était à un doigt de désespérer totalement de la gouvernance du pays. C’est au point qu’un diplomate étranger basé à Bamako  se désemparait de la gestion du président IBK disant qu’  «il n’en peut plus !». Et, juste après deux semaines après la mise en place de l’équipe gouvernementale de Dr Boubou Cissé, un brin d’espoir, une petite lueur semble pointer des premiers actes de gouvernance.

En effet, en réussissant la prouesse de mettre fin à la grève des cheminots et à celle des enseignants à moins d’un mois de sa prise de fonction, le Gouvernement du Dr Boubou Cissé vient d’engranger des succès prometteurs.

Tout semble mis en œuvre pour « mieux faire » que l’ancienne équipe gouvernementale, ne serait-ce qu’à travers l’ouverture opérée au sein de la classe politique par le biais de « L’Accord politique de gouvernance ». Ce document semble inculquer un élan de compétition et une sorte de gestion axée sur le résultat aux membres du gouvernement.

En outre, le principe de l’évaluation, fixé dans six mois, a-t-il un effet catalyseur sur la performance de nos ministres ? Peut-être. Ce qui est sûr, c’est que la détermination et l’engagement des ministres à atteindre des résultats concrets ne font plus l’objet d’aucun doute. Et c’est sûrement cet entrain et cette sorte de stimulation silencieuse qui ont poussé les ministres Ly des Transports, Tioulenta de l’Education et Dicko du Dialogue social, du Travail et de la Fonction publique à s’investir pleinement pour arriver à la fin de la grève des cheminots et des enseignants.

Quand on sait que pendant au moins cinq mois, ces deux secteurs majeurs étaient quasiment paralysés, le fait que le gouvernement arrivé à trouver la solution pour y reprendre les activités mérite d’être souligné et mis au compte profit du Premier ministre Boubou Cissé. Même si l’on ne doit pas trop vite crier victoire, il urge de se féliciter de ces bons points engrangés par le nouveau gouvernement. Ces points doivent rapidement être consolidés et surtout amplifiés par d’autres succès encore plus éclatants permettant aux Maliens derenouer avec l’espoir.

Boubou SIDIBE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Pour les cheminots, je ne sais pas assez sur leurs revendications et les engagements gouvernementaux qui leur auraient été faits pour mettre fin à leur grève de faim. Par contre, le cas des enseignants est sans doute est une réussite du nouveau gouvernement. Mais il faudrait que le gouvernement finisse le travail en proposant des mesures contraignantes pour éviter que ce genre de situation se reproduise.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here