Mme Sangaré Oumou Ba au Grand Débat de l’ORTM: «Les femmes ont un rôle essentiel à jouer dans le développement du Mali»

2

Le ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Sangaré Oumou Ba, était l’invitée du Grand Débat de l’ORTM le dimanche 21 août dernier. Occasion pour elle de mieux faire connaitre les missions de son département, d’aborder les défis et les perspectives et de s’appesantir sur la Loi sur la promotion du Genre dans les fonctions nominatives et électives et les différentes initiatives prises en faveur de l’autonomisation des femmes du Mali.

Au cours des 90 qu’a duré l’émission, Mme Sangaré Oumou Ba a réaffirmé sa conviction que «les femmes ont un rôle essentiel à jouer dans le développement de notre pays» et présenté quelques résultats probants obtenus par son département sur la période 2014 – 2016. Promotion de l’équité du Genre, autonomisation de la femme, entreprenariat féminin et la lutte contre la pauvreté, ainsi que promotion de l’épanouissement de l’enfant sont les mots-clés de l’action du MPFEF, comme en témoigne le désormais célèbre Fonds d’Appui à l’Autonomisation de la Femme et à l’Epanouissement de l’Enfant (FAFE).

Démarré en 2015, le FAFE a déjà financé plus de 96 projets pour un montant de 400 millions de FCFA. En 2016, il a procédé à une diversification de ses activités en faveur des femmes rurales, avec un budget de plus de 600 millions de francs. Rappelons que pour la période 2015 – 2016, le FAFE bénéficie d’une enveloppe d’un milliard de francs CFA sur financement du Budget national.

La mise en place du mécanisme institutionnel d’orientation, d’impulsion et de suivi de la Politique Nationale Genre (PNG), le cadre de référence de l’action gouvernementale en matière de promotion du genre et d’autonomisation de la femme et désormais effective et Mme Sangaré Oumou Ba s’est félicitée de l’adoption et de la promulgation de la Loi 052 du 18 décembre 2015 instituant des mesures pour promouvoir le genre dans l’accès aux fonctions nominatives et électives, que son département est en train de disséminer pour son application sur toute l’étendue du territoire national.

Au chapitre de la Paix et de la Sécurité, le MPFEF a élaboré le Plan d’action national triennal pour la mise en œuvre de la Résolution 1325 des Nations Unies relative aux femmes et à la paix et le Projet plateformes multifonctionnelles a été érigé en Programme national de lutte contre la pauvreté. Il cible 5 000 villages pour plus de 62 milliards FCFA, en partenariat avec le PNUD.

De nombreux Centres d’autopromotion des femmes ont été construits et inaugurés, afin de favoriser l’autonomisation de la femme et l’épanouissement de la petite enfance. Le Projet Karité, qui renforce les capacités des femmes évoluant dans le domaine sera bientôt érigé en Programme national de valorisation des filières porteuses, un facteur de développement de l’entreprenariat féminin et de la lutte contre la pauvreté, notamment en milieu rural, grâce à un appui financier de la BAD de plus de 2,7 milliards de FCFA.

Mme Sangaré rappellera qu’aujourd’hui de nombreuses Maliennes continuent d’être victimes de pratiques culturelles et ancestrales néfastes, dont l’excision et les mariages précoces, sans oublier les violences subies par les victimes de l’occupation d’une partie du nord du Mali. Face à cette situation, son département prend toute sa part dans la définition d’une politique judiciaire efficiente pour traiter de manière adéquate les VBG (Violences Basées sur le Genre).

En termes de Promotion et de Protection de l’Enfance, le MPFEF a élaboré et validé la Politique Nationale de Promotion et de Protection de l’Enfant et son Plan d’action 2015 – 2019. Le lancement de la Campagne nationale contre le mariage d’enfants a eu lieu en octobre 2015 et la Feuille de route nationale 2016 – 2017 pour l’élimination du mariage des enfants a été élaborée. En matière de lutte contre les mutilations génitales féminines / excision (MGF/E), le PNLE (Programme national de lutte contre l’excision) n’est plus à présenter.

«Nous travaillons quotidiennement pour la promotion et la protection des droits par la création d’un environnement juridique et intentionnel favorable au plein épanouissement de l’enfant», affirmera Mme Sangaré Oumou Ba, ajoutant que de nombreux outils sont en cours d’adoption ou de mise en œuvre dans ce domaine, dont le Code de protection de l’enfant et le Programme national de prévention et de prise en charge des enfants associés aux forces et groupes armés.

L’enregistrement des enfants à la naissance et l’acquisition d’actes de naissance pour les enfants nés pendant la crise dans les zones de conflit sont deux autres grands chantiers du MPFEF, et l’adoption de la Politique nationale de Promotion de la Famille permettra de renforcer les liens familiaux pour consolider la fonction de socialisation de la famille et améliorer sa participation à la vie publique et au développement économique et social.

Autres domaines d’intervention du MPFEF, sous la férule de Mme Sangaré Oumou Ba, la participation des enfants, à travers le Parlement National des Enfants du Mali, la sensibilisation dans le domaine de la Santé de la Reproduction et les débats intergénérationnels. Des preuves de la grande transversalité des questions de Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille.

Ramata Diaouré

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Comrade Ms. Sangare Oumou Bah I know the females of Mali have a very important place in developing Mali to a modern community. The overwhelming majority will do the right thing which is in the best interest of the Malian people however, we have to get the corrupt government criminals out of the way so you females are able to in unrestrained fashion do the right things. It is not easy but it will be done. Our survival requires it. Our position is far worse as oppose to what these slow thinking corrupt criminals in the Malian government believe. Keep it real. Peace piece. Very sincere, Henry Author Price Jr. aka Obediah Buntu IL-Khan aka Kankan.

Comments are closed.