Processus de paix : Le leadership d’IBK reconnu à l’ONU

2
IBK à la 71ème Session de l'Assemblée Générale des Nations Unies
IBK à la 71ème Session de l'Assemblée Générale des Nations Unies

Plus d’un an après la signature de l’accord pour la paix et la réconciliation, c’est toute la communauté internationale qui salue le rythme, certes perturbé, mais porteur des autorités maliennes sous la conduite du Chef de l’Etat Ibrahim Boubacar Keïta.

Quelques jours après son passage devant la tribune des Nations Unies à new York, le Président Ibrahim Boubacar Keïta, draine la communauté internationale à la cause du Mali.

Dans le dernier rapport des Nations Unies publié le 6 octobre 2016, il est apparu clair que le Chef de l’Etat malien a fait de l’application de l’accord de paix, son cheval de bataille. A son actif, d’importants efforts ont été consentis, mentionne le rapport. Une manière pour l’ONU de reconnaître combien les autorités maliennes ont fait de l’instauration de la paix, un sacrifice ultime.

Textuellement, le rapport, rappelle les progrès enregistrés dans la mise en œuvre de l’Accord et reconnait les efforts déployés par le Gouvernement du Mali, sous le leadership de Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar Keïta.

Aussi, pour marquer son implication personnelle et sa volonté de diligenter le processus, le Chef de l’Etat a informé de la nomination de son Haut Représentant, chargé du suivi de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali.

Ainsi, IBK a souligné solennellement la cessation totale de toute belligérance entre les forces de défense et de sécurité du Mali et les groupes armés, depuis la signature de l’Accord en mai/juin 2015. Ce qui, du coup a fait renaître la confiance entre les parties signataires.

Reformes majeures

Concrètement, au titre des réformes politiques et institutionnelles, le Gouvernement du Mali a procédé à la révision du code des collectivités et à l’adoption d’une nouvelle Loi électorale,  à la nomination et à l’installation des gouverneurs des nouvelles régions. Egalement, il fut question de  l’installation effective du groupe de travail chargé de la relecture de la Constitution en vue de prendre en charge certaines dispositions pertinentes de l’Accord de paix. Aussi, sur le volet développement, il y a lieu de noter l’adoption par le Gouvernement du Mali du Plan d’Urgence et de Relèvement pour la période intérimaire 2016-2017, de même que l’élaboration en cours de la Stratégie spécifique de Développement des Régions du Nord du Mali et celle de l’architecture financière du Fonds de Développement Durable des Régions du Nord. Il s’agit d’un fonds qui sera abondé en premier lieu par Environ 457 millions d’euros sur la période 2016-2018, considérés comme étant une partie de «l’effort de paix » du Gouvernement du Mali. A ces actions s’ajoute la mise en place des Agences de Développement régional.

Autres mesures importantes à l’actif du Président IBK : la tenue avant la fin de l’année en cours de la Conférence d’Entente nationale.

Conformément aux dispositions pertinentes de l’Accord en son article 5, il  est question de créer les conditions d’un débat approfondi entre toutes les composantes de la nation sur les causes profondes du conflit, dans le souci d’aboutir à l’élaboration d’une Charte pour la paix, l’unité et la réconciliation nationale.

Fombus

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Les griots n’osent même plus donner leur nom.
    C’est connu, quand on raconte du n’importe quoi, il vaut mieux se cacher.
    Merci Fombus.

  2. Soyons juste raisonnables! Le bilan d’IBK n’est pas parfait, mais il faut au moins reconnaitre ses bienfaits qui sont aujourd’hui occultés par le problème de sécurité qui n’est pas inhérent à son mandat.

Comments are closed.