Achat de véhicules militaires : Les instructions du PM foulées aux pieds

0
photo à titre illustratif

Dans une correspondance datant de juin 2015, le Premier ministre Modibo Kéita a instruit au ministre de la Défense et des Anciens combattants de privilégier l’achat de véhicules militaires à la place de véhicules civils comme les Toyota Pick-up.  La remarque du chef du gouvernement était sous-tendue par le fait que les véhicules civils ne sont  pas non seulement adaptés au terrain et au climat désertiques, mais aussi qu’ils s’identifient beaucoup à ceux utilisés par les populations civiles, particulièrement celles vivant au Nord de notre pays et très prisés par les terroristes. D’ailleurs, la plupart des véhicules enlevés par des bandits armés sur nos forces armées (FAMa) sont des Pick-up.  Le Premier ministre avait dans sa correspondance indiqué d’envisager la possibilité de remplacer les véhicules civils par les engins exclusivement militaires. Il avait jeté son dévolu sur la marque KIA, en se fondant sur l’appréciation qui en a été faite par la hiérarchie militaire.  Sept mois après cette recommandation primatoriale, le ministère de la Défense et des Anciens combattants en a fait à sa tête. Les FAMa continuent d’utiliser, contre leur gré, les véhicules civils dont l’achat, effectué sur le budget de la Défense, est une question de gros sous avec des retro-commissions juteuses qui font boire et manger les différents intervenants. Il urge de privilégier l’intérêt supérieur de notre pays et surtout la vie de nos soldats qui veillent sur la sécurité des Maliens.

 

Accident de pinasses à Gao :        

 Un bilan de trois morts

Les riverains du fleuve Niger à Gao ont été témoins d’une scène tragique le mardi dernier: la collision de deux pinasses a fait trois morts. Deux pinasses dont l’une de 25 tonnes, en partance pour Tombouctou, et l’autre de 3 tonnes, venant de Magnadaweye dans la commune de Soni-Ali Ber, se sont heurté. Le choc a été très violent et la plus petite des embarcations a coulé avec ses occupants, dont certains ont pu s’accrocher aux bords de la grande pinasse. Une femme de 50 ans a été tuée sur le coup et deux passagers sont portés disparus. Cet accident pose encore une fois la question de la réglementation du transport des pinasses dans nos régions.

 

Kita     :                                          

Les enseignants en grève

Qu’est-ce qui se passe dans le monde éducatif malien. Car les jours passent et se ressemblent, avec son corollaire de grève. Depuis le jeudi passé, les enseignants de Kita sont en grève pour protester contre le retard dans le payement de leurs salaires. Selon un responsable du bureau syndical, les cours vont rester suspendus jusqu’à ce que leurs doléances soient prises en compte. Il urge que le ministre en charge de l’Education prenne ce dossier en main, afin d’éviter une crise qui pourrait avoir des impacts sur le bon déroulement de l’année scolaire.

 

Sikasso          :                                                                                                         Moussa Mara pose la 1re pierre d’un pont

Qui veut aller loin, ménage sa monture, a-t-on coutume de dire. Et le président du parti Yéléma l’a si bien compris. Lui qui multiplie les sorties sur le terrain afin de prêcher la «bonne nouvelle». Le jeudi 7 janvier, il a procédé au lancement des travaux d’un pont à Sikasso. 30 millions de francs CFA, c’est le coût de réalisation de ce pont. La première pierre a été posée par le président du parti Yèlèma, Moussa Mara, parrain de ladite cérémonie. Ce pont est long de 12 mètres, il sera réalisé dans un délai  de trois mois.

 

Tombouctou      :  

  La Suissesse se fait de nouveau kidnapper

Une ressortissante suisse a été enlevée par des hommes armés à Tombouctou, dans le nord-ouest du Mali. Béatrice Stockly a été enlevée dans la nuit de jeudi 7 à vendredi 8 janvier dernier. «Des hommes armés se sont présentés au domicile où elle vivait. Ils ont frappé à la porte et, lorsqu’elle a ouvert, le rapt s’est fait rapidement», rapportent certaines sources.

Pour Béatrice Stockly, c’est le second enlèvement. Le 15 avril 2012, la quadragénaire avait déjà été enlevée par des djihadistes, puis libérée le 24 avril grâce à une médiation burkinabè. Relâchée par le groupe Ansar Eddine d’Iyad Ag Ghaly, la Suissesse avait été ramenée au Burkina Faso par une mission conduite par le chef d’Etat-major particulier de la présidence d’alors, le général Gilbert Diendéré.

Sommet de l’UEMOA :                                                                                            Macky Sall plaide en faveur du franc CFA

Lors du sommet de l’Union monétaire ouest africaine (Uemoa) du vendredi dernier, à Cotonou, le chef de l’Etat sénégalais, Macky Sall, pense que la crédibilité et la solidité du franc Cfa, la monnaie communautaire, seront renforcées. ’’Je pense que la crédibilité et la solidité de la monnaie communautaire (le franc CFA) vont être renforcées’’, a-t-il déclaré aux journalistes à son arrivée, jeudi, à Cotonou, où il prenait part à la 19ème session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Uemoa.

Macky Sall a assuré que les chefs d’Etat et de gouvernement travaillent pour aller ’’vers une convergence globale en Afrique de l’Ouest’’, indiquant que ’’c’est un autre gros chantier au sein de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao)’’.

 

Gestion de la crise du football malien :

Soumaïla Cissé exhorte les acteurs à éviter une suspension du Mali

Il y a   exactement une année, une crise a éclaté au sein de la Fédération malienne de football à la suite de son assemblée  générale ordinaire  du 10 janvier 2015.  A la surprise générale, accusant le Président  Boubacar Baba Diarra à tort ou à raison de mauvaise gestion des fonds de la Fédération, une tendance dirigée par Mamadou Dipa Fané,  ancien ministre des Sports, a mis en place un bureau parallèle.   Du coup, 4 clubs ayant refusé de participer au reste du championnat national ont été  relégués en D2,  dont le Djoliba AC.  Ce qui créa un blocage. Face à cette situation, le Mali est menacé de suspension par la Fifa. Or, selon le Chef de file de l’opposition, Soumaïla Cissé, le seul point positif sous l’ère IBK est le résultat obtenu dans le domaine du football en 2015. A cet égard, il invite les acteurs du football à mettre de côté leur égo en privilégiant l’intérêt supérieur de la nation. Ce, afin de pérenniser les acquis de notre football qui a obtenu de meilleures performances en 2015.

La Rédaction

PARTAGER