Mali: un chef de la police, relâché après protestation de ses collègues se constitue en prisonnier

3

Le commandant d’une unité de la police malienne, dont l’incarcération pour son rôle présumé dans la répression de manifestations en juillet 2020 a été annulée sous la pression de policiers en colère, s’est constitué prisonnier lundi, a-t-on appris de sources policière et de sécurité.

Le commissaire Oumar Samaké, chef de la Force spéciale antiterroriste (Forsat), était devenu vendredi la première personnalité placée en détention dans l’enquête sur la répression de la contestation contre le président Ibrahim Boubacar Keïta, finalement renversé par des militaires le 18 août 2020.

Sa libération quelques heures plus tard face à une mobilisation de policiers, dont une partie avaient marché sur la maison centrale d’arrêt de Bamako, a provoqué l’émoi dans le pays. “Tous les syndicats de la police, le commissaire divisionnaire Oumar Samaké et le ministre de la Sécurité (le colonel Daoud Aly Mohammedine) ont fait une réunion ce matin, c’est à l’issue de cette réunion qu’il (le ministre) a demandé au commandant (de la Forsat) de retourner en prison”, a déclaré à l’AFP le secrétaire général du syndicat national de la police, Tiekounta Kanté. Mais cette fois c’est au camp 1 de la gendarmerie que M. Samaké a été placé en détention, selon la même source. Il “est parti de lui-même seul au camp 1, où il est placé sous mandat de dépôt. Nous allons expliquer cette décision à la base aujourd’hui”, lundi, a précisé le syndicaliste policier.

Le commissaire Samaké se trouve “au camp 1 et sous mandat de dépôt”, a confirmé à l’AFP un responsable du ministère de la Sécurité sous le couvert de l’anonymat. Le 10 juillet 2020, après des semaines de mobilisation contre le président Keïta, une manifestation avait dégénéré en plusieurs jours de troubles à Bamako. L’opposition avait fait état de 23 morts et l’ONU de 14 manifestants, dont deux enfants, tués pendant la répression.

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Le Commandant Samake n’avai d’autre choix en tant qu’ officier de police que de se rendre a la justice de son pays, sinon il sera un pariat pour toujours et ne saurait fonctionne ou meme travaille dans la fonction publique Malienne. Il doit dire la verite et toute la verite a la justice de son pays pour la bonne marche de la democratie et le droit!

  2. Actions taken by police force to free Mr. Oumar Samake’ was terrible error plus show some thoughtful reorganization must immediately be done to where authority controlling anti terrorism force have limited contact with regular police plus must channel it’s request of regular police to command of regular police. Never again should such blatant disregard for law plus order be exhibited by police force.
    If issue causing blatant disregard for law plus order by police force was where Mr. Oumar Samake’ was being detained his comrades rescuing him should have guarded his safety plus demanded he immediately be moved to safe location.
    We are thankful greater reasoning prevailed plus Mr. Oumar Samake’ is in custody at secure location. However, this do not dismiss there must be realignment in chain of police authority between anti terrorism police unit plus common police officers. We should not have police committing criminal escape acts with impunity. To allow such acts is to not have reliably functioning government plus thereof not have nation.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here