Exposé Liminaire du Premier Vice-président de l’URD, le Professeur Salikou Sanogo, à l’occasion du point de presse du mercredi 10 août 2016.

3

Mesdames, Messieurs les journalistes et hommes de médias,

Chers camarades de l’URD et de l’opposition,

Fidèle à son devoir d’informer l’opinion nationale et internationale après chaque scrutin sur les résultats obtenus, l’URD vous remercie vivement d’avoir répondu à son invitation pour partager nos réflexions sur l’élection législative partielle d’un Député à l’Assemblée Nationale dans la circonscription électorale de Barouéli.

Comme vous le savez, le 1er tour de ladite élection a eu lieu le 17 juillet 2016. Dix candidats étaient en lice. A l’arrivée, le candidat de l’URD s’est classé premier avec 11.139 voix soit 28,74% des voix suivi du candidat de l’ADEMA-PASJ avec 8.342 voix soit 21,52 % des voix.

Premier constat: le candidat du parti au pouvoir, le RPM, arrivé troisième avec 6.933 voix soit 17,89 % des voix, a été éliminé.

Deuxième constat : le premier tour a eu pour effet la sortie définitive de YELEMA de Moussa Mara de l’assemblée nationale. Le candidat de Cheick Modibo Diarra s’est classé dernier sur 10, et celui de Racine THiam (CAP) avant dernier avec 1%.

Troisième  constat : sur les 10 candidats en compétition, en dehors du candidat de l’URD et celui du PDES, les 8 autres soutiennent l’action du Président de la République.

A l’analyse des résultats sur les 94.199 électeurs inscrits dans la circonscription, 40.233 ont voté. 38.755 suffrages ont été déclarés par la cour constitutionnelle valablement exprimés. 1.478 bulletins ont été déclarés nuls. Le candidat de l’URD, arrivé en première position, totalise avec celui du PDES (741 voix soit 1,91%) 11.880 voix soit 30,65%.

Les 8 candidats de la majorité totalisent 26.875 voix soit 69,35%.

Aucun candidat n’ayant obtenu la majorité absolue au 1er tour, un second tour a été organisé le 07 août 2016 entre le candidat de l’URD et celui de l’ADEMA – PASJ.
Les résultats provisoires proclamés par le Ministère de l’Administration Territoriale appellent les observations suivantes:
Sur les 39.633 votants, 38.182 suffrages ont été provisoirement validés avec un taux de participation de 42,07% contre 42,71% au 1er tour, donc même taux de participation.
Le candidat de l’URD a obtenu 17.435 voix soit 45,66% et celui de l’ADEMA – PASJ a eu 20.747 voix soit 54,34% des voix.

S’il est vrai que le candidat de l’ADEMA – PASJ a été élu, il est tout de même évident que le résultat obtenu par le candidat de l’URD traduit le dynamisme de notre parti d’une part et le malaise général qui caractérise la majorité présidentielle, d’autre part. Ce résultat prouve à suffisance que les populations de Barouéli font confiance à notre parti, et au delà, à toute l’opposition.

 

Sur les 30,65% des voix obtenues au 1er  tour par les deux candidats de l’opposition contre les 69,35% des voix obtenues par la majorité présidentielle, l’URD s’attendait à être écrasée au second tour, étant entendu que depuis la salle du conseil des ministres du 03 août 2016, des injonctions ont été faites par le Président de la République à l’ensemble des membres du Gouvernement pour que la victoire soit du côté du candidat de l’ADEMA – PASJ qui a été considéré comme étant le candidat de la majorité , le candidat du pouvoir, le candidat du Président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta.
Le Président de la République, en considérant cette élection comme un deuxième tour d’une présidentielle donne l’occasion à Barouéli de démontrer que sa côte de popularité va decrescendo, car s’il a obtenu 74% en 2013 dans ce Cercle, il s’en sort avec 54% en mi-mandat  soit un recul de 20%. Cette tendance se poursuivra en fin de mandat par sa défaite sûrement.
L’URD ne peut pas comprendre qu’avec tous les problèmes sécuritaires et de mal gouvernance qui caractérisent le quotidien de notre pays depuis trois ans, que les sessions du conseil de ministres, cadre prestigieux de rencontre et de très haut niveau présidé par le Chef de l’Etat, au lieu de servir de laboratoire à proposer des solutions aux multiples problèmes de l’heure, spéculent sur les stratégies à mettre en place pour empêcher vaille que vaille l’élection d’un candidat de l’URD, donc de l’opposition. Le ridicule ne tue plus dans ce pays.
Ainsi dit ainsi fait, la volonté du Président  Ibrahim Boubacar Keïta a été traduite par la ruée des membres du gouvernement sur le terrain. Quand les uns promettent des emplois à tous les fils du Cercle de Barouéli, d’autres distribuent gratuitement des sacs d’engrais et autres matériels agricoles. Certains n’ayant autre chose que l’argent, ont préféré le distribuer à volonté. Le spectacle était désolant et pathétique. Au même moment nos braves militaires étaient mortellement agressés par des djihadistes faute de moyens adéquats leur permettant de faire face à l’ennemi. C’est cela le Mali d’Ibrahim Boubacar Keita.
Mesdames, Messieurs les journalistes,
Vous avez aisément constaté qu’entre le 1er  et le second tour l’URD a fait un bond spectaculaire. Même si le parti n’a pas obtenu le siège, sa ligne de progression de 28% à près de 46% traduit à la fois son dynamisme et le désaveu du peuple à un régime spécialisé dans l’art de mentir et de tromper.
Oui le candidat de Ibrahim Boubacar Keita a obtenu le siège. Les désirs du Président IBK sont des ordres. Prions Dieu le Tout Puissant pour que durant le reste de son mandat calamiteux, ses désirs soient orientés vers l’équipement de notre armée et vers la résolution des problèmes auxquels le Mali est confronté. Amen !!!!
Mesdames, Messieurs les journalistes,
Notre pays vient de terminer sa quatrième élection législative partielle depuis le début de la législature en cours. Il me plait de vous rappeler les statistiques des 4 scrutins législatifs partiels pour vous permettre de vous rendre compte du dynamisme de notre parti. Nul besoin de vous rappeler que si Voter c’est donner librement son suffrage à l’occasion d’une élection, il est aussi évident que les résultats du vote constituent un moyen précieux pour jauger la popularité d’une formation politique.
Mes statistiques issues du Ministère de l’Administration territoriale vont concerner essentiellement les trois partis politiques qui ont occupé le peloton de tête lors desdits scrutins, à savoir l’URD, le RPM et l’ADEMA – PASJ.
1– Élection législative partielle de Yorosso
– 1er Tour: le 02 novembre 2014: 13 candidats étaient en lice. L’URD s’est classée deuxième avec 5.346 voix derrière l’A qui a obtenu 6.430 voix. Le RPM n’ayant pas présenté de candidat a soutenu l’ADEMA – PASJ.
– 2ème tour: le 23 novembre 2014: l’URD s’est classée deuxième avec 11.237 voix contre 12.066 voix pour l’ADEMA – PASJ soutenue par le RPM et les autres partis politiques qui étaient en compétition à l’exception du PDES.
2– élection législative partielle de la commune V du district de Bamako:
– 1er tour: le 31 mai 2015: 14 candidats étaient en compétition. L’URD, avec 4281 voix, a obtenu la deuxième place derrière le RPM qui a obtenu 5652 voix. L’ADEMA – PASJ, n’ayant pas présenté de candidat, a soutenu le RPM.
– 2ème tour: le 21 juin 2015: l’URD est arrivée deuxième avec 11.050 voix contre 12.788 voix pour le RPM soutenu par l’ADEMA – PASJ et tous les partis politiques de la majorité qui étaient en lice.
3– élection législative partielle de Ansongo:
– 1er tour: le 10 janvier 2016: 5 partis politiques étaient en compétition. L’URD a obtenu la première place avec 10.932 voix suivie du RPM avec 10.380 voix. L’ADEMA – PASJ s’est classée troisième et a été éliminée.
– 2ème tour: le 31 janvier 2016: l’URD arrive en deuxième position avec 17.696 voix contre 20.848 pour le RPM soutenu par les 3 autres partis éliminés. Inutile de vous rappeler ce qui s’est passé à Tessit, vous avez suivi  en son temps l’injustice dont nous avons été victimes.
4– élection législative de Barouéli :
– 1er tour: le 17 juillet 2016: 10 candidats étaient en lice. L’URD a occupé la première place avec 11.139 voix contre 8.342 voix pour L’ADEMA – PASJ. Le RPM avec seulement 6.933 voix a été éliminé.
– 2ème tour: le 07 août 2016: L’URD a obtenu 17.435 voix contre 20.747 voix pour l’ADEMA – PASJ soutenue par les autres partis en compétition à l’exception du PDES.
Au vu de l’ensemble de ces résultats l’URD devient aujourd’hui la première formation politique du Pays. Sur les 4 scrutins législatifs partiels réunis : Aux premiers tours il y a eu globalement 125.032 suffrages valablement exprimés, l’URD totalise 31.698 voix soit 25% contre 22.965 soit 18% pour le RPM et 22.245 soit 17% pour l’ADEMA – PASJ.
Lors des seconds tours il y a eu globalement 123.867 suffrages valablement exprimés l’URD totalise 57.418 voix soit 46% contre 33.636 voix soit 27% pour le RPM et 32.813 voix soit 26% pour l’Adema-Pasj.
Le sondage sorti des urnes étant le meilleur critère d’évaluation des partis politiques pris individuellement, l’URD est incontestablement la première formation politique du Mali aujourd’hui avec les pourcentages obtenus lors de ces scrutins.
Il est important de rappeler qu’aucun moyen de l’Etat n’a été utilisé pour atteindre ces résultats.
Mesdames, Messieurs les journalistes
La situation catastrophique de notre pays oblige notre Parti à redoubler d’efforts et à faire face aux nombreux défis. Nous avons choisi d’aller à l’opposition, et cette position exige de nous, responsables comme militants de base, une union et une cohésion plus fortes, un engagement constant et sans calcul, une meilleure organisation, une excellente communication et un meilleur fonctionnement du parti à tous les niveaux. Je demeure convaincu que c’est ce que vous observez en nous aujourd’hui.

 

Toutes les campagnes d’intimidation ou d’intoxication qui ont consisté à vouloir ternir l’image de nos premiers responsables et à déstabiliser notre parti sont restées sans succès.
L’admiration et l’espoir suscités par notre Parti sont essentiellement dus à ses valeurs fondatrices, elles-mêmes enracinées dans son attachement indéfectible à la République, à la démocratie, à l’Etat de droit, à la justice à l’égalité citoyenne, au travail et à la VÉRITÉ.
Je profite de cette occasion pour remercier et féliciter la section URD de Barouéli, la Fédération URD de Ségou, le Bureau Exécutif National, les Mouvements des Femmes, des Jeunes, nos sympathisants et l’ensemble des populations pour leur mobilisation en faveur du candidat de l’URD, Modibo Niaré.

Je remercie également tous les partis politiques de l’Opposition républicaine et démocratique en général pour leur soutien, et singulièrement le PRVM-Fasoko pour son accompagnement dès le 1er tour.
Mesdames, Messieurs les journalistes
Pour terminer je vous rappelle qu’au sein de l’URD nous serons exigeants et bienveillants, nous serons  excellents et ouverts, et nous serons solidaires et unis, pour l’honneur et le bonheur des Maliens.
 Je vous remercie

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Urd vous n’avez même pas honte!! Bande de voleurs tout vos manigances se retournent contre vous ! Vous faites pire non bande de vauriens vous faites tout pour déstabiliser le pays vous incitez les gens à la révolte une chose est sure nous sommes dans le même bateau !!! Vous aurez pu aider ibk à gouverner compte tenu de la situation les maliens auraient vu en vous un sauveur mais au lieu de cela nous assistions chaque jours à vos coût bas orchestré contre nos pauvres ministres Dieu ne dort pas vous verrez …

  2. un ministre qui a donné aucune valeur ajoutée pendant son séjour au département, veut faire croire aux maliens qu’il est encore la , or il est cité sur la liste des cadres grillés pour le pays

Comments are closed.