Mba Fô Piyan : Fête De L’armée : Une Armée à reconstruire !

1

Au service de la nation il y a 58 ans, l’Armée malienne reste et demeure notre fierté. En restructuration depuis un certain temps, elle a besoin du soutien du peuple afin de pouvoir répondre à ses attentes. Car, elle est composée de femmes et d’hommes ayant accepté de se sacrifier pour notre patrie et son drapeau tricolore : VERT-JAUNE-ROUGE.

Cependant, elle a besoin d’être reconstruite pour être républicaine, au service du peuple. Puisqu’elle a perdu ses vertus depuis le coup d’état de 1991. Auparavant, elle s’assumait et agissait pour le peuple. Mais, de plus en plus, elle est au service des régimes. Alors, il est temps qu’elle se ressaisisse au moment où elle a en son sein de nombreux hauts cadres. Sinon, depuis le régime AdémaPasj à nos jours, elle est au service des tenants du pouvoir contre le peuple dont elle est l’émanation directe.

Alors, Monsieur le président de la République, Chef suprême des Armées, reconstruisez l’armée de nos rêves. Celle au service du peuple et non à la solde du pouvoir. Non celle qui se plait dans les voitures luxueuses et des bureaux climatisés pour des résultats insensés, médiocres.

Bonne fête à vous, que Dieu bénisse le Mali éternel !

Boubacar DABO

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. « Restructuration » vous dîtes ? Ce mot magique est à la dimension de notre fameux « REPLI TAC-TIC »

    Dans les meilleures armées du monde, la plupart des soldats ne vont pas au-delà de 5 ans de carrière. Ils quittent pour devenir réservistes. Depuis Octobre 2011 le MALI est sous le feu de l’ennemi et c’est chez nous que la formation est plus longue que la carrière militaire. Au début on nous parlait de formation, ensuite on nous a sorti une loi de programmation militaire, aujourd’hui on nous parle de montée en puissance et de restructuration ! Restructurer pour venir faire quoi ? L’insécurité n’est plus sur la planète Kidal ou Taoudénit, elle est maintenant dans les faubourgs de Kati et Sébéninkoro. Les morts ne se comptent plus en dizaines, mais en milliers par an. Si malgré la situation militaire que vit la nation depuis 2011 l’armée n’a pas encore fini les préparatifs, je me demande si elle n’attend pas que les salopards viennent à Bamako pour ensuite se replier à l’extérieur du pays. Certes, c’est impératif pour nous d’être unis derrière nos forces armées mais si l’armée aussi s’assoie jusqu’à ce que le dernier d’entre nous tombe, il n’y aura plus personne pour être unis derrière elles. 💡💡💡💡

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here