Démissionnaire de son poste du PCA à la BMS : Dr. Bocary Tréta règle ses comptes avec Soumeylou Boubèye Maiga

3

Démissionnaire de son poste de président du conseil d’administration  de la Banque Malienne de Solidarité (BMS-SA), le président du RPM et de l’EPM n’a pas tardé à critiquer ouvertement certaines actions de l’actuel PM. Du coup, ces deux personnalités s’opposent sur plusieurs dossiers brulants de la nation.

Depuis la conquête du pouvoir par le parti Rassemblement pour le Mali (RPM) en 2013, seulement un cadre du parti a dirigé la Primature, en la personne d’Abdoulaye Idrissa Maïga. Malgré les qualités avérés et incontestables des cadres du RPM qui ne ménagent aucun effort pour IBK, le choix a toujours porté sur des intrus pour conduire les actions gouvernementales. Soit un technocrate ou un homme d’autre bord politique.

Du coup, les différents Premiers ministres nommés par le président IBK bénéficient rarement du soutien du RPM. Les cadres du parti se sentant ignorés, voire trahis par leur mentor se transforment en véritables adversaires pour faire échouer le locataire de la Primature.

A cause de ces rivalités politiques, plusieurs PM ont échoué à concrétiser leur politique. Il s’agit notamment d’Oumar Tatam Ly, Moussa Mara, Modibo Kéita…

L’actuel PM ne semble pas échapper à cette règle. Depuis quelques jours, les critiques du président du RPM se multiplient à l’encontre de Soumeylou Boubèye Maïga sur certaines questions de la nation. Dr. Bocary Tréta reproche au PM de profiter de son poste pour relancer son parti Asma/CFP au détriment du RPM. L’Alliance pour la solidarité au Mali/Convergence des forces patriotiques (Asma/CFP), sans passer par les urnes, a fait une percée inquiétante ces derniers temps. De 145 à 300 conseillers et de 4 à 21 députés en moins de deux mois.

Sur d’autres plans, le président du RPM n’a pas hésité à critiquer publiquement la gestion du manuel éducatif sur la sexualité complète. Le président du RPM a lâché en pleine tempête le PM pour soutenir les membres du Haut conseil islamique. Désormais toutes les occasions sont bonnes pour Tréta pour tirer à boulets rouges sur le PM.

Comme si cela ne suffisait pas, Tréta a entamé une série de mobilisations des militants de son parti dans les différentes régions. Il a déjà sillonné plusieurs localités de Koulikoro.

La relation entre Tréta et le PM s’est sérieusement détériorée à tel point que la démission de Soumeylou Boubèye Maiga serait exigée par le président du RPM et ses partisans. IBK s’immiscera-t-il dans ce bras de fer pour trancher ? En un mot, le président de la République se trouve dans une position cornélienne où le choix sera difficile entre ces deux hommes qui ne soufflent plus dans la même trompette. Les prochaines semaines s’annoncent cruciales entre ces deux ténors de la politique malienne.

Y. Doumbia

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Yacouba, les politiciens Maliens ne se sont jamais interesses au peuple Malien ou a ses institutions pour leur rendre fortes et democratiques, alors ne te trompes pas du tout car comme le disait le Maninka ce sont les memes caimans du meme marigot Treta et SBM qui ne se mangent pas mais mangent le peuple Malien tous les jours.

  2. Rien ne s’annonce cruciale entre Bocary Treta et Soumeylou Boubeye Maïga au cours des prochaines semaines. Ce sont les mêmes caïmans d’un même marigot, ils ne vont jamais se disputés. Bonnet Blanc égale Blanc Bonnet. C’est le peuple qui souffre tout simplement. Apparemment Y. Doumbia ne connait pas les politiciens maliens, il faut qu’il apprenne à les connaitre.

  3. Attention! Attention! Attention! car la situation actuelle de notre pays ne permet pas ce genre de lutte qui n’intéresse pas le pauvre peuple malien qui souffre, souffre et souffre depuis toujours, aucun politicien n’a pitié de ce peuple, ils ne se préoccupent que de leurs poches et celles des grands ténors de leur parti, avec ça comment l’administration publique pourrait travailler sérieusement avec les moyens qu’il faut, dans la mesure ou les ressources de cette administration publique sont détournées au profit des partis politiques pro-gouvernementaux, quelle ignominie? Tant que l’état malien n’aurait pas eu de solution au financement des partis politiques aucun développement ne serait amorcé dans notre cher pays. C’est dommage pour ce pauvre pays dont son peuple finirait par comprendre que son seul ennemi aujourd’hui c’est les politiciens de ce pays. Le jour où cette assertion serait potassé par le citoyen lambda, le Mali ferait un nouveau départ fulgurant et nous attendions la fin de cet exercice pour le bonheur de notre très cher peuple. Nous sommes sidérés par le comportement des ténors des partis politiques de notre pays, mais étant donné que chaque bêtise a une fin, restions certains que celle-là des politiciens maliens prendra fin très prochainement. Que les partis politiques fassent comme ceux des grands pays démocrates tels la France, l’Allemagne et des Royaume-unis, c’est seulement à ce titre que l’administration pourrait fonctionner rationnellement pour garantir le développement du pays.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here