Affaire des locomotives : « La SATAREM » obtient le marché dans les règles de l’art

0

Accusé d’avoir puisé dans ses relations, pour permettre à la SATAREM, une société de droit américain, à travers la DCG (Dembélé Commerce Générale), pour obtenir le marché des quatre (4) locomotives, le jeune opérateur économique Bassirou Dembélé dit Roi 12-12, s’est expliqué sur la procédure, à travers les réseaux sociaux.

L’affaire en question est relative à un marché d’acquisition que le Gouvernement malien avait lancé, suite à un appel d’offres, conformément aux règles en vigueur du Code de marché.

Bassirou Dembélé, connu sous le sobriquet Roi 12-12, qui n’est même pas le bénéficiaire N°1 dudit marché, est aujourd’hui accusé à tort et à travers d’être intervenu au profit de la SATAREM. Bien qu’il a plusieurs nié une quelconque interférence dans cette affaire, des esprits malveillants refusent de le croire. C’est pourquoi, quand il a été joint au téléphone, par le journaliste, d’ouverture média, Thierno N’Diaye, il a voulu marquer sa réticence à se prononcer sur l’affaire. Mais, par respect pour ce dernier, il a fini par le faire.

Ce jeune opérateur économique malien, très intelligent et entreprenant,  cherche toujours à faire prospérer ses affaires. Fort de cette philosophie, le Roi 12-12, pour les intimes, est parvenu par le biais d’un ami à faire connaissance du patron de cette société américaine (SATAREM). Dès lors, les deux parties ont décidé de cheminer ensemble. C’est partant de cette relation, que la Société (DCG) de Bassirou Dembélé, a été retenue pour représenter la SATAREM en Afrique.

Revenant à l’attribution de ce marché, le PDG de Dembélé Commerce Général, dira que c’est la société SATAREM, elle-même, qui avait soumissionné à cet appel d’offres, conformément aux règles en rigueur au Mali, relatives à l’attribution des marchés publics. Et à l’arrivée, trois (3) sociétés ont retenues par la commission commise, pour statuer sur les dossiers, par le ministère des Transports et de la Mobilité urbaine. Il s’agit de la SATAREM, de l’Entreprise Demba et fils et la Société Bocoum et Service. Chacune de ces trois sociétés avait  introduit dans les dossiers le montant pour lequel, elle était prête à exécuter ledit marché.

L’entreprise Demba et fils avait avancé 9 milliards de nos francs. Quant à la Société Bocoum et Service, elle était prête à s’engager pour ce marché, pour un montant de 7 milliards de F CFA. Et la SATAREM qui a été retenue pour exécuter le marché, avait arrêté un somme globale de 4 580 000 000 de FCFA. C’est donc tout à fait logique que cette société de droit américain, qui avait été la moins disante soit retenue pour l’exécution du marché.

Roi 12-12 qui fait aujourd’hui, l’objet toutes les controverses  autour de ce marché, n’y est impliqué ni de loin ni de près au choix de la SATAREM. Bassirou Dembélé ira même, plus loin pour faire comprendre à ses détracteurs, qu’il n’a jamais franchi les portes du ministère des Transports et de la Mobilité urbaine et qu’il ne s’est jamais servi de ses relations pour obtenir un marché par favoritisme.

Contre tous ceux qui mêlent sa marque « Roi 12-12 », à cette affaire pour tenter de ternir son image, Bassirou Dembélé se prépare pour déposer une plainte.  En tant que jeune opérateur économique, Bassirou Dembélé contribue, inlassablement, au quotidien au développement de son pays, à travers des emplois qu’il offre aux jeunes. A suivre

Diakalia M Dembélé

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here