Annonce d’une intervention militairement de l’Otan au Mali : Le ministre Espagnol des Affaires étrangères est revenu sur ses propos

0

72 heures après l’annonce d’une éventuelle intervention de l’Otan au Mali attribuée au Ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Albares est revenu sur ses propos. Il « réaffirme les liens profonds d’amitié et de coopération avec le Mali ».

La nouvelle a été la Une des médias occidentaux et avait circulé à Bamako comme une trainée de poudre. L’annonce jeudi dernier par José Manuel Albares, chef de la diplomatie espagnole d’une intervention de l’Otan au Mali, « nous ne l’excluons pas si cela représentait une menace pour notre sécurité, nous le ferions », avait-il déclaré. Ces propos de M. Abares avaient été repris sur la chaine nationale par Abdoualye Diop, ministre des Affaires Etrangères du Mali.

Sur l’ORTM, c’était l’indignation de la part de M. Diop. « Ces propos sont inacceptables, inamicaux, graves parce qu’ils tendent à encourager une agression contre un pays indépendant et souverain », a estimé le ministre Diop.  Et de poursuivre « Nous avons demandé des explications, une clarification de cette position au gouvernement espagnol. Nous espérons que cela va venir assez rapidement ».

Cette demande d’explication a été adressée vendredi 1er juillet 2022 à l’Ambassadeur d’Espagne au Mali, convoqué par les soins du ministre Diop.

Désormais sur ses grands chevaux, le ministre des Affaires Etrangères du Mali ne s’est pas contenté de convoquer l’Ambassadeur, il a joint le 2 juillet 2022 au téléphone « l’accusé ». Sur un tweet, M. Diop dit « avoir eu un échange téléphonique avec le ministre des Affaires Etrangère Espagnol au sujet des propos à lui attribués sur l’éventualité d’une intervention militaire de l’Otan au Mali ». Le Tweet poursuit que « le ministre espagnol a démenti et exprimé son attachement aux relations amicales de coopération avec le Mali ».

Comme si cela ne suffisait pas un communiqué attribué à l’Ambassade du royaume d’Espagne au Mali et au Burkina Faso véhiculé le samedi 2 juillet précise que « l’Espagne n’a pas demandé pendant le Sommet  de l’OTAN ni à aucun autre moment une intervention, mission  ou une  action quelconque  de l’Alliance au Mali. L’Espagne réaffirme ses liens profonds d’amitié et coopération avec le Mali et continuera à développer  des relations pacifiques et amicales avec le Mali ».

Ces clarifications doivent en principe mettre fin à une information qui pourrait si jamais elle s’avérait confirmée, dégrader les relations entre le Mali et l’Espagne et par ricochet l’Otan.

Amadou Sidibé

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here