Avenir du franc CFA : Le CERM lance le débat avec des universitaires

0

Le franc des colonies françaises d’Afrique (F CFA) était au centre d’une conférence débat entre le Centre d’étude et de réflexion du Mali (Cerm) et la Faculté des sciences économiques et de gestion (Fseg) mardi dernier. La conférence était animée par Moussa Mara, ancien Premier ministre et membre du Cerm, en présence du recteur et doyen de l’Université des sciences sociales et de gestion (USSG), du corps professoral et des étudiants.

 

Cette conférence, qui se situe dans le cadre de la collaboration entre Cerm et USSG, avait pour objectif d’ouvrir un débat intellectuel sur l’avenir du F CFA. Le conférencier a tout d’abord rappelé aux universitaires que le F CFA suscite beaucoup de débat quant à sa pertinence pour les pays utilisateurs de cette monnaie.

Pour répondre à la principale interrogation qui était posée au début de son exposé ; à savoir : “F CFA bouc émissaire ou obstacle au développement ?” et permettre aux universitaires de mieux cerner le sujet, l’ancien Premier ministre, Moussa Mara, a fait un rappel sur l’historique de cette monnaie, dégagé ses acquis et ses difficultés et proposé des perspectives pour un avenir meilleur pour elle.

Pour le conférencier, le F CFA a permis à ses utilisateurs l’unité monétaire, la cohésion économique favorable à un développement d’ensemble et à des relations socio-économiques poussées entre eux tout en facilitant des relations économiques. Le F CFA est à la base d’une intégration dans le commerce internationale. La crédibilité et la convertibilité de la monnaie sont aussi perçues comme d’autres avantages par M. Mara. En plus, la zone F CFA est à inflation modérée sans compter l’indépendance de la Banque centrale vis-à-vis des Etats, etc.

Malgré ces acquis, le F CFA rencontre de sérieuses difficultés dont les incohérences des politiques socio-économiques, une vision globale inexistante, peu de stratégies de développement pensées à l’échelle de la zone. Aussi, trouvera-t-il, que malgré la monnaie la base économique des pays n’a pas fondamentalement changé depuis les indépendances et que la croissance économique ne figure pas parmi les priorités de la gestion monétaire.

Le maintien de réserves importantes auprès du Trésor français qui peuvent être utilisées pour soutenir les investissements publics est perçu pour le conférencier comme un véritable obstacle pour le développement des pays du F CFA, sans oublier que la présence française dans les instances de gestion de la monnaie (conseil d’administration) n’est pas un avantage pour les pays.

Pour pallier ces difficultés, l’ancien Premier ministre a proposé de flexibiliser la gestion du cours de la monnaie, la désarrimer de l’euro et la lier à un panier de monnaies correspondantes aux pays en relation économique avec la zone ; de parachever la gestion exclusive de la monnaie par les Africains et de s’orienter vers des relations normales avec la France. Il a dit qu’une monnaie Cédéao sera la meilleure solution à ces problèmes.

Cette dernière option, selon le conférencier, est un moyen sûr de la mise en œuvre de la politique de la vision de la Cédéao.

Youssouf Coulibaly

PARTAGER