Chronique d’une citoyenne indignée et débout : Stabilisation des armées nationales africaines: Le vrai faux challenge de l´UE!

0

CBSD! L’acronyme pourrait bien, chez nous, signifier Commandant de Brigrade pour les Sans Domicile! Mais il n´en est rien! L´acronyme étant plutôt l´une des multiples trouvailles de l´Union Européenne  encore en quête de marques sécuritaires! Et, il correspond à Capacity Building in Support of Security and Development dont nul expert ne saurait vous dire le sens exact, à en croire Monsieur Nicolas Gros-Verheyde, Rédacteur en chef de B2 – Bruxelles2, Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Ouest-France, Sud-Ouest et Lettre de l’expansion et Auditeur de la 65e session de l’IHEDN (Institut des Hautes Etudes de la Défense nationale)!

Alors, retenons-le comme ça: le CBSD c´est le Capacity Building in Support of Security and Development! Puisque la trouvaille va, de toute façon, compter dans nos vies, en ce sens qu´elle concerne aussi nos armées d´ici! En ce sens qu´il s´agit, au sein du CBSD, de voir « comment l’Europe peut s’engager, en Afrique notamment, pour stabiliser les armées des pays, les entraîner et les équiper afin qu’elles soient en situation d’assurer elles-mêmes la sécurité et la stabilisation de leur pays ? Quels équipements financer ? Sous quelles conditions ?».

La cause est noble et la brave UE toujours à nos côtés est à saluer! Même si elle donne plutôt l´impression d´y patauger encore. Et, depuis tout le temps qu´on en parle! Les Chefs d’Etat et de gouvernement, les ministres des Affaires étrangères et ceux en charge de la défense de l´UE ayant, depuis fin décembre 2013, chargé la Commission et la Haute représentante de l’UE, Federica Mogherini de se penser sur ces questions d´importance capitale.Mais à l´UE, la patience est un exercice qui se pratique au quotidien! Parce que, de l´avis de ceux qui empruntent les belles avenues de Bruxelles, c´est toujours des «communications, des consultations, des propositions» à n´en jamais finir! Et, ça use, disons, du côté de l´Afrique! Puisque l´UE, comme on dit dans le sérail, maîtrise son destin! Et, les réunions y sont toujours aussi grassement payées!

Cela, nul ne saurait d´ailleurs le leur reprocher, dans la mesure où  ils ont, à un moment donné de leur histoire,  accepté de renoncer à leurs égo individuels et nationaux pour s´unir!

Ce que l´Afrique n´a jamais réussi à faire, et, depuis le quinzième siècle! Et, le résultat aujourd´hui nous tape à la figure! Avec cette Afrique nôtre, immense et fort riche mais vivant  toujours d´aumône. Conséquence: nous n´avons que des armées nationales nues, comme ces nobles âmes qu´on promenait jadis de marché en marché, toujours en quête du plus offrant!

Et qui veut habiller son armée doit savoir attendre!Alors, attendons! Au moins, d´ici juin! Délai avancé à l´UE pour la promesse d´une proposition!

De toute façon, gourous de Bruxelles ont toujours eu leur agenda; et, ça se respecte!

Sauf que l´heure n´est plus à la fanfaronnade mais à la lutte, à la vraie lutte contre le terrorisme. Du moins, pour qui sait que la terreur s´internationalise grand, au moins depuis! Et, «la défense, ce n’est plus de rendre hermétiques nos frontières, c’est de permettre aux autres pays du voisinage et plus loin d’assurer leur stabilité», avertit le général grec Mickael Kostarakos, président du comité militaire de l’UE que cite Monsieur Nicolas Gros-Verheyde.

Quant aux liens forts qu´entretiennent sécurité africaine, stabilisation des armées africaines, économie et  développement ne sont plus à démontrer. Le goût toujours aussi prononcé des Africains pour l´exil économique, l´asile politique ou l´asile sécuritaire est, de toute façon, là pour nous le rappeler sans cesse.

Mais le gourou, par définition même, est toujours aussi absorbé par sa religion, incapable de sentir le moindre vent extérieur. Ainsi, des jeunes d´Afrique ont beau, chaque jour en milliers, périr sur les sables brûlants du Sahara ou sous les eaux de la méditerrannée, les gourous resteront les gourous, c´est-à-dire des monstres froids aux dents polies! Et l´Afrique n´aura rien d´autres que des promesses, encore et toujours des promesses!

Enfin, pour une fois, ne cédons pas au pessimisme! L´UE politique va peut-être nous surprendre agréablement, en  s´arrachant, cette fois-ci,  des crocs de ses gourous; et prendra donc à cet effet les décisions qui s´imposent.

Pour autant, ne rêvons pas trop! Car, même au cas où l´UE donnerait un contenu viable à son CDBS, elle ne donnerait que des broutilles qu´aux armées africaines. La vérité, de l´avis de l´expert, c´est qu´il s´agit simplement de donner à nos armées des équipements «en radios, véhicules, gilets-pares balles, uniformes, outils de déminage» mais aussi de leur «bâtir des casernes». C´est déjà ça! En tout cas, pour des États qui ne peuvent même pas donner à manger à leurs armées! Et, pour l´auditeur de la 65e session de l’IHEDN (Institut des Hautes Etudes de la Défense nationale), c´est  même «vital pour avoir une armée qui ne soit pas tentée de rançonner la population ou tout simplement de « rentrer à la maison » (= déserter) « pour aller manger car il n’y a pas de cantine sur place ».

Autant, avec l´expert Européen, dire: «tout saut les armes»!  Et, il ajoute: «le principe est clair également: il n’est pas question de livrer des armes. Ce n’est pas le karma de l’Union européenne. Ce n’est pas son objectif.» !Une vérité qui sonne triste et dur mais tellement vrai que les Africains doivent prendre leurs responsabilités, toutes leurs responsabilités historiques ! Parce que la question des armées c´est quand même une question de souveraineté nationale. Et ce n´est pas aux autres de travailler à notre souveraineté à notre place!

En clair, l´Afrique doit travailler au financement de ses armées!

Et, pour sûr, aucun pays n´y arrivera seul, aucun! Pas l´Afrique du Sud ou le Nigéria ou encore l´Algérie, encore moins les États nains du Sahel dont la plupart sont d´ailleurs des semblants d´État!

 

Alors, que faire, comme disait Lénine?

 

Comme celui-là, point n´est besoin de dire: «prolétaires de tous pays, unissez-vous!». Les grands prolétaires d´antan ayant eux-mêmes volontiers basculé dans le bloc «capitaliste bourgeois»!Pour autant, l´Histoire ne fait que commencer! Et, pour ne pas rester l´éternelle couille molle de l´Histoire, l´Afrique doit moins prêter son sein aux caresses sans lendemain et s´engager durablement, pour l´avenir, pour  la postérité.

Cela s´appelle, avec Bob Marley, l´Afrique doit s´unir! Pas des unions factices à l´union africaine, à la CEDEAO ou à l´UEMOA. Lesquelles ont, de toute façon, montré leur limite. Et nos décideurs en sont réduits à flagorner  les «PTF» (Partenaires Techniques et Financiers), en particulier l´UE! Histoire de pouvoir obtenir  quelques sous pour nos armées! Car, figurez-vous, c´est la «généreuse donatrice» qui paie les «soldes des armées de l’Union africaine». Et, selon Bruxelles2: «cet argent provient du budget communautaire qui transite par le Fonds européen de développement, puis par l’Union africaine qui les répartit ensuite»!

C´est justement là que se situe l´opprobre pour l´Union Africaine! Et, cette honte, on ne peut plus, profonde, ce déshonneur extrême, nous ne devons pas seulement l´éviter à la postérité, nous pouvons aussi et surtout l´éviter à la postérité!Moyennant le travail, une organisation sérieuse du travail ainsi qu´une mobilisation de la force africaine du travail dont les autres ont toujours su tirer un profit assez justeux et sur la longue durée (le commerce transaharien, commerce atlantique, la colonisation, le néocolonialisme, le tiers-mondisme, la mondialisation…etc)! Il s´agit aussi pour nous de mobiliser les solidarités nationales agissantes et de fédérer les moyens, ressources économiques, matériels et financiers de l´Afrique. La meilleure solution, chacun le sait, restant la fédération politique.En fait, toutes les solutions sont connues, même si chacun fait semblant de les ignorer! Puisque ça fait gagner en facilité! Celle qui consiste à laisser les générations suivantes filer du coton transgénique!

Et, c´est là chose moche, trop  moche même, ne rimant nullement  avec la grandeur de l´Afrique! Une grande dont chaque Africain aime tant se  glorifier! A juste raison d´ailleurs! Car, à vrai dire, elle est grande, l´Afrique! Disons même, immensément grande, par la Grâce du Seigneur Tout-Puissant!

Mais, disons-le tout haut, l´Afrique restera toujours cette mastodonte aux pieds d´argile sans l´union en son sein voulue, pensée, conçue et mise en oeuvre, par et pour elle-même!

Et, l´union de l´Afrique c´est si difficile à faire? Oh, que oui, que oui! Du moins, tant que les égo démesurés l´emporteront sur l´essentiel: la postérité! Maleureusement, ces égo personnels et nationaux l´emportent encore, et, de très loin!

Bien sûr, au détriment de nos armées. lesquelles existent à peine et sont, en tout cas, sous tutelle!

Cela s´appelle souveraineté castrée! Et, l´on a bien envie de dire aux idéologues africains à la Amadou Djicoroni Traoré du Mali: taisez-vous!

Hawa DIALLO

Commentaires via Facebook :

PARTAGER