Consortium Think Peace Sahel/AJCAD/CAP DH : Bilan semestriel globalement satisfaisant

0

Le  Consortium Think Peace Sahel/AJCAD/CAP DH  a procédé, le 27 août 2021 au siège de Think PEACE Sahel (sis à l’ACI 2000), à  la présentation  des  activités et résultats  dans le cadre  du Fonds  d’appui aux  moteurs  du changement  (FAMOC), lors  d’un déjeuner de presse. Le projet  est financé  par  l’Ambassade  du  Royaume  du Danemark  au Mali. Fousseyni   Diop de l’AJCAD Mali, Diaguiné Soumaré de Think Peace Sahel, Néguéfing Diarra, de CAP DH et  Mirja-Crone, représentante de l’Ambassade du Danemark, ont présidé ce déjeuner de presse. 

Prenant la parole au nom du consortium Think Peace Sahel, AJCAD et CAP DH, Diaguiné  Soumaré a indiqué que  ce déjeuner  s’inscrit  dans le cadre de leurs plans d’actions annuels  qui les servent d’occasion pour faire la présentation des résultats  des différents projets et initiatives réalisés au cours du semestre. Il est utile, dit-il,  de rappeler que  le consortium et le FAMOC et  l’Ambassade du Danemark est un long  parcours de collaboration. C’est en 2017, déclare Soumaré,  que nous avons été sélectionnés par  l’Ambassade du Danemark  au Mali pour  répondre aux  attentes  du FAMOC. « C’est ainsi que  nous avons décidé de constituer un consortium pour jouer un rôle crucial et avoir un réel impact à travers une synergie dans les activités liées à nos plans d’actions suivant des thématiques, les défis et les enjeux dans les communautés surtout chez les jeunes et les femmes », a fait savoir Diaguiné.

Les activités  réalisées  et résultats  atteints  dans le cadre de la subvention  par les  trois structures, durant le premier semestre 2021, ont été  détaillés par le porte-parole  du consortium, Diaguiné Soumaré.

Think Peace Sahel, dit Diaguiné, a pu réaliser entre  autres activités : l’appui économique dont profitent des jeunes et des femmes; l’accompagnement et la vulgarisation  des  cas de succès  issus  des réalisations de think Peace Sahel ; les ateliers  nationaux de validation ; la finalisation  des propositions de politique publique pour la transition (cohésion sociale et réconciliation, sécurité, extrémisme violent) ; des  rencontres  avec les quartiers et villages sur le rôle des jeunes filles et femmes pour la prévision contre l’extrémisme violent et le terrorisme ;  la retraite stratégique de think peace ; des ateliers nationaux  de validation et finalisation des propositions de politique publique pour la transition  à Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou, Mopti, Gao, Tombouctou, Kidal, Taoudéni et Ménaka. Think Peace a aussi tenu  des rencontres «Women national forum for peace »  à Kidal, Tombouctou, Gao, Mopti, Ségou, Kayes, Koulikoro et Bamako.  Les résultats atteints sont entre autres : validation des propositions de plan d’action 2021-2025 de la politique nationale de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent et le terrorisme.

L’AJCAD, ajoute Diaguiné Soumaré, a assisté  les citoyens  à l’extension des zones d’intervention  de l’AJCAD  avec  la création de nouveaux  CLAC dans cent communes identifiées pour plus d’impact dans les communautés ; l’identification  des jeunes  leaders des  CLAC comme futurs acteurs participant pleinement aux développement au niveau local et à la gestion des affaires publiques locales ; le démarrage du processus de révision du plan stratégique pour une meilleure réorientation des actions de l’AJCAD pour répondre aux mieux à la réalité et au contexte actuels du pays aux besoins spécifiques des groupes cibles ; le renforcement du leadership de l’AJCAD sur les questions de démocratie et de gouvernance à travers son implication au haut niveau des cadres de dialogue  et de concertation de la société civile sur les réformes politiques et institutionnelles. L’AJACD a eu aussi, poursuit Soumaré, à contribuer  au renforcement des capacités de communication ; à la redynamisation des plateformes numériques ; à l’appui  aux initiatives des CLAC dans la gestion des affaires publiques au niveau des communes, des cercles et des régions ; l’assistance juridique et judiciaire.

Les  activités réalisées par  CAP DH, souligne  Diaguiné Soumaré, se résument  entre autres  à l’atelier de formation des membres des OSC sur les droits des personnes vivant avec un handicap ; l’atelier de formation des parajuristes ; la mise en place des bureaux d’assistance communautaires ; la réalisation d’un forum sur la paix et la cohésion inter et intracommunautaire à Koro ; la réalisation  des séances d’animation sur l’éducation  à la culture de la paix et de la gestion pacifique  des conflits. Comme résultats  atteints  par CAP DH, dit Soumaré, l’on  note  la réalisation de deux sessions de formation à l’adresse de 55 parajuristes, dont 19 femmes, issus des zones d’intervention du CAP DH ; la réalisation  d’un atelier de  formation  à l’adresse de 32 membres des organisations de défense des  droits de  l’Homme en  général et des droits  des personnes vivant avec un handicap  en particulier à la suite duquel CAPDH a appuyé la mise en place d ’un groupe  de plaidoyer et  l’élaboration de son plan d’actions grâce au financement du FAMOC ; la mise en place et l’opérationnalisation  de sept bureaux  d’assistance  communautaire ; la réalisation d’un forum sur la paix et la cohésion inter  et intracommunautaire à  Koro qui a réuni 120 personnes : membres des OSC , partis politiques, jeunes femmes  etc. La représentante de l’Ambassade du Danemark au Mali a salué les résultats obtenus par le consortium et a rassuré de l’accompagnement du royaume de Danemark à ses côtés.

Hadama B. Fofana

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here