Dialogue de générations : « Tournons le dos à une société civile alimentaire »

0
Abdoulaye Niang
Dr Abdoulaye Niang

Le 4ème  numéro de l’émission « Dialogue de Générations » réalisé le samedi 30 janvier 2106 à la maison de la presse et présenté par notre confrère Lanfia Sinaba de Chine Nouvelle avait  comme invité, le Dr  Abdoulaye Niang, directeur exécutif du Centre Sènè d’études stratégiques sur le Co-entrepreneuriat, membre fondateur  du Réseau Citoyenneté et Co-entrepreneuria01t JOKO ni MAAYA.  Initiée par la Maison de la presse en partenariat avec la société Malitel, cette émission a pour objectif de créer un  cadre d’échanges instructifs entre les jeunes et les aînés pour une meilleure capitalisation de leur expérience. Il  s’agissait pour le détenteur du doctorat en économie agricole de Purdue University, West Lafayette Indiana, USA, d’éclairer la lanterne des jeunes journalistes sur la notion  de l’économie de la défense.

Né le 30 janvier 1949 à Kéniéba, le Dr Niang, après de brillantes études au Mali, en Europe et au Usa, a occupé de hautes fonctions tant au plan national qu’international avant de faire valoir ses droits à la retraite en 2009. Niang Abdoulaye est de  la Communauté des Chercheurs socio économistes sur le Co-entrepreneuriat avec la véritable fonction de trouver des solutions de rechange aux politiques existantes fondée sur l’analyse de la Situation de la globalisation de Co-entrepreneuriat pour l’identification de la Cause profonde de la Crise Sociale globale et Sécuritaire et les relations sous-jacentes

 

Parlant de son itinéraire et de son ambition, l’invité du jour a déclaré qu’il a bénéficié d’une formation américaine axée sur la compétence et l’excellence : «je dois tout mon succès à ma maman. Je me considère comme étant un chercheur au niveau mondial après 40 ans de service, surtout sur le plan de l’économie de la défense. Je suis au service du monde. Faisons de l’Afrique ce qu’elle doit être, c’est-à-dire la région de croissance économique globale, la région de croissance démographique globale. C’est l’Afrique qui doit tirer le reste du monde de sa misère ».

Aux dires du Dr Abdoulaye Niang, il est temps d’inverser la courbe du développement humain. La nouvelle ère démocratique exige qu’on extraie de la classe politique le leadership total de la gestion du pouvoir, à t-il dit. Pour lui, on ne doit plus laisser le pouvoir au président et la gestion de l’argent à sa famille. « Les chefs d’Etat n’aiment pas être conseillé », a aussi fait remarquer l’invité. Expliquant la notion de l’économie de la défense, le directeur exécutif du Centre Sènè d’études stratégiques sur le Co-entrepreneuriat  a précisé qu’il : « s’agit d’aller à la recherche des causes qui ont fait que nous sommes dans ce gouffre d’aujourd’hui. Nous sommes en face d’une infraction pénale. Nous vivons toujours sous  le régime de la charte de chameau qui date de 1496 et où la couronne britannique a institué le principe d’acquisition de titre de propriété de la doctrine de la découverte chrétienne des ressources naturelles sur les terres des païens et autres infidèles .Le code minier et le code pétrolier sont tous basés sur ça. La charte des nations unies n’est pas respectée. Les gouvernements et l’ingénierie internationale sont en mode de pilotage automatique .La France est dans ce système là. Normalement, on doit porter plainte à la CPI contre François Hollande, Ives Le drian et Laurent Fabius, au moins  pour  commencer. Ils ont amené le terrorisme, créé de façon artificielle et dans la durée une guerre provoquée par la privatisation des gens de leur propres moyens de subsistance ».

Pour conclure, Dr Niang a souligné qu’il faut sortir de la léthargie intellectuelle et tourner le dos à une société civile alimentaire et institutionnelle.

 

Jean Goïta

PARTAGER