Faut-il croire à l’ «imamité » dolosive du Cheickh égaré en politique ?

3

Cheickh Mahmoud DICKO, le très éclairé et très respecté Imam, après 4 mois sabbatique dans sa mosquée a-t-il honni son Dieu pour le lucre et la luxure occidentale ? Rien qu’à y penser serait un suprême sacrilège et une abominable insolence à l’imamité de ce mufti par les muftis qui vient d’être adoubé par l’autorité suprême, le conseil des oulémas ! Non l’Imam Cheickh Mahmoud DICKO n’a pas apostasié encore moins abjuré.

 

Toutefois, après 4 mois de confinement, pardon de retraite spirituelle ponctuée de mise en scènes publiques, on ne peut s’empêcher de s’interroger sur ses nouvelles références. Et pour cause, la référence à une aristocrate américaine et épouse d’un président des Etats-Unis. Le choix de cette citation particulière d’Anna Eleanor Roosevelt («il ne s’agit pas seulement de parler de paix, il faut y croire. Il ne s’agit pas simplement d’y croire, il faut la construire ») surprend et inquiète. En effet, d’un Cheickh et d’un Imam, on s’attendait plus à un verset de coran et/ou un hadith qu’une citation d’une femme, fut-elle Première dame des USA, qui est loin d’être un modèle pour la communauté musulmane. Parce que les Tarikhs de l’islam regorgent certainement de milliers de vertueuses références que l’Imam Dicko aurait pu et aurait dû choisir.

Autant crève les yeux l’aplatissement par l’appel du pied du Cheickh très respecté et éclairé à l’Occident autant le choix de la citation apparaît insultant pour l’Islam et les musulmans. L’Imam est-elle prête autant à faire les yeux doux aux Occidentaux au point de laisser penser qu’il n’y a pas de citation dans le Coran, dans les hadiths, dans la pensée musulmane qui puisse égaler celle qu’il a choisie ? Veut-il avoir l’onction des Occidentaux au point de laisser croire que l’Islam et les musulmans ne connaissent pas la paix, c’est pourquoi il a fait recours à Anna Eleanor Roosevelt ! Non le Cheickh éclairé et très respecté Imam DICKO qui connaît plus que quiconque le verset 72 de la Sourate Houd («la paix en Islam est la règle ; la guerre, l’exception dictée par la nécessité.») sait que l’Islam est une religion de paix. Et la paix, on la construit sur la vérité et la foi en l’éternel.

DICKO a-t-il toujours la foi ? Sans aucun doute. Est-il toujours un homme de Dieu ? Le temps du choix a sonné pour lui. Soit il reste dans la maison de Dieu soit il choisit l’aréna politique.

A l’Imam d’intégrer que dans l’aréna politique, ce n’est pas la spiritualité, mais la réalité crue, on n’y croit pas on prouve pour convaincre. Or sur ce terrain, l’Imam ne propose rien que ce qu’il n’a déjà fait par le passé : établir le dialogue. Mais quel pacte républicain propose-t-il. Sauf respect pour son imamité, qu’on nous permette de ne plus le croire sur parole. En tout cas, pas cette fois-ci.

 

PAR BERTIN DAKOUO

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. C’est pas lui qui disait qu’il retournait dans sa mosquee?
    Il s’ennuyait tellement qu’au bout de 4 mois il sort de sa mosquee pour que les Maliens le croient?
    Un Monsieur doit arreter son hypocrisie.
    Comme le disait ce Monsieur qui a cite le Prophete (SPS):
    “Dicko vous parle, il ment
    Il prend un engagement, il ne l’honore pas
    Vous vous associe a lui, il vous trahit
    Vous lui confie quelque chose (la confiance), il ne la restitue pas”

  2. L’égoïsme et l’accusation gratuite ne servent à rien. Si c’était un verset du coran, c’est facile de dire qu’il prépare une éventuelle république islamique, le Mali est un pays laïc. Chaque citoyen a le droit de donner son point de vue. C’est pas toi, un journaliste qui raisonne de cette façon qui doit l’apprendre la religion.

  3. Quel article !, bravo monsieur le journaliste, les maliens connaissent désormais les limites de Mahmod Dicko. Un proverbe bambara dit je cite : mogo ni yé seko bè kè a to bekè i don ko yé. aujourd’hui force de constater l’imam n’aura plus le même aura.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here