« Affaire Assassinat d’Issa Diarra en 2009 » : 12 ans après les faits, ADDW et l’UADDDD réclament justice pour sa femme et ses 3 enfants

0

15 novembre 2009 – 15 novembre 2021. Cela fait justement 12 ans, jour pour jour, qu’ Issa Diarra ( qui était un habitant de Kognoumani, en Commune I du district de Bamako), a été abattu par les armes sur les 84 hectares de Kognioumani, en Commune I du District de Bamako, à cause de son terrain par la Mairie de la Commune qui a envoyé ses éléments garder le site démoli. Depuis, ses parents, ses amis, ses camarades de lutte de l’Association pour le Développement de Diankinébougou Wéréda (ADDW) 84 hectares, et ceux de l’UACDDDD (Union des Associations et des Coordinations d’Associations pour le Développement et la Défense des Droits des Démunis (UACDDDD), ne cessent de lui rendre hommage chaque année et demander que justice soit faite pour sa femme et ses enfants. Le 15 novembre 2021 n’a pas dérogé à cette règle établie par les camarades d’Issa Diarra. En effet, en toute communion au cimetière de Daoudabougou, Salif Niaré, membre de l’ADDW 84 hectares, Soungalo Koné, président de l’UACDDDD, Mory Diarra, grand frère d’Issa Diarra, et leurs militants se sont recueillis sur la tombe d’Issa Diarra pour prier pour le repos de son âme. A l’occasion, ils ont également lancé un appel pressant aux autorités de la transition de rendre justice sur cette affaire qui n’a que trop duré.

«Issa est mort en défendant la démolition de sa maison par la Mairie en 2009 de façon injuste. La Mairie nous a dit que c’est pour faire une zone de recasement. Mais après on s’est rendu compte qu’elle a menti ; qu’elle l’a vendue à des gens qui ne savaient pas que c’était à nous aussi. D’explications en explications, eux aussi ont compris la magouille de la Mairie et se sont retournés contre la Mairie pour lui demander de rembourser leur argent. Dos au mur, la Mairie a envoyé des gens nous attaquer avec des armes à feu. Cela a fait des blessés et des morts dont Issa Diarra. Nous demandons justice pour Issa Diarra et sa famille. Mais rien n’est fait. Nous continuons et insistons à demander toujours justice pour Issa tué injustement. Mais nous ne baisserons jamais la garde jusqu’à ce que les 1000 familles qui ont été chassées soient remises dans leurs droits, jusqu’à ce que les coupables de la mort d’Issa soient punis », a déclaré avec détermination Salif Niaré.

Le président de l’UACDDDD, Soungalo Koné, s’est dit avoir confiance aux autorités de la transition quant à l’affaire d’Issa Diarra. « J’ai l’impression que la justice est en train d’être rendue dans le bon sens avec les autorités actuelles de la transition. Ce qui me pousse à dire que j’ai de l’espoir sur elles. Le samedi dernier, lors de notre réunion, une de nos victimes est venue nous annoncer une bonne nouvelle. Plus de 10 ans, nous combattons l’injustice dont elle faisait objet à Yirimadio Zerny. C’est un pauvre, ils ont divisé sa maison en deux et l’ont vendue à un expatrié au vu et au su de tout le monde. Mais, à notre grande surprise, elle a gagné son procès l’autre jour, elle a été mise dans ses droits par la justice malienne. Nous saluons la justice pour ce travail, pour avoir rendu justice. C’est cela que nous demandons à notre justice. Cela dénote que l’honneur et la dignité ont pris le dessus sur l’argent, la corruption. Quand le bien est fait, il faut le dire aussi. Nous saluons la justice malienne pour cet acte courageux et salutaire», s’est fortement réjoui Soungalo Koné.

Hadama B. FOFANA

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here