Mali : L’ex directeur de cabinet du président déchu incarcéré

1

L’ancien directeur de cabinet du président malien déchu Ibrahim Boubacar Keïta, Mahamadou Camara, a été placé jeudi sous mandat de dépôt dans l’enquête sur l’achat en 2014 de l’avion du chef de l’Etat, a-t-on appris de sources judiciaires.

L’ex-Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga, ministre de la Défense au moment des faits, ainsi que l’ex-ministre de l’Economie et des Finances Bouaré Fily Sissoko, ont déjà été placés sous mandat de dépôt dans cette affaire le 26 août. Tous deux sont poursuivis pour atteinte aux biens publics et soupçonnés d’escroquerie, faux et favoritisme.

M. Camara, qui fut directeur de cabinet puis ministre du président Keïta, faisait l’objet depuis lundi, ainsi que deux autres personnes, d’un mandat d’amener de la Cour suprême, aucun des trois hommes ne s’étant présenté à une convocation du juge, a indiqué à l’AFP une source judiciaire.

Après sa comparution devant le juge qui l’a placé sous mandat de dépôt jeudi matin, il est arrivé à la maison centrale d’arrêt de Bamako, selon une source pénitentiaire.

L’achat d’un avion présidentiel pour près de 40 millions de dollars, ainsi que de matériel militaire, à une société malienne, tous deux sans appel d’offres, avaient valu en 2014 au Mali des sanctions des institutions financières, notamment le gel pendant six mois des décaissements du Fonds monétaire international (FMI).

La justice malienne a poursuivi son enquête sur l’achat de l’avion, épinglé par le Bureau du vérificateur général (BVG), autorité indépendante, pour des pratiques de surfacturation, de détournement de fonds publics, de fraude, de trafic d’influence et de favoritisme. Les partisans de M. Maïga, poids lourd de la politique malienne et auquel beaucoup prêtent des ambitions présidentielles, ont vu dans son arrestation une tentative de l’écarter de la prochaine élection.

Les colonels qui ont renversé le 18 août 2020 M. Keïta se sont engagés à organiser des élections pour rendre le pouvoir aux civils en février 2022. Ces poursuites ont également provoqué une polémique au sein de la Cour suprême, dont le premier avocat général, Cheick Mohamed Chérif Koné, a publiquement accusé le 7 septembre le président et le procureur général de la Cour, Wafi Ougadeye Cissé et Mamadou Timbo, de “forfaiture”.

Dans une lettre adressée au procureur de la République, M. Koné leur reprochait de se plier aux “pressions exercées par les réseaux sociaux et (aux) préoccupations des organes de la transition” en se saisissant d’une affaire relevant de la Haute Cour de Justice, qui ne pourra selon lui être constituée qu’après les élections. Il a aussitôt été relevé de ses fonctions par un décret du président de transition, le colonel Assimi Goïta, en raison de “graves fautes professionnelles qui sèment la confusion dans l’opinion”.

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. TRES BIEN QUE LA LUTTE CONTINUE …….AUX SUIVANTS……… LES MILLIARDS DU COVID LES FONCTIONNAIRES MILLIARDAIRES VOLEURS LES GENERAUX MILLIARDAIRES VENTRUS LES REPRESENTANTS DES DIFFERENTS ENTREPOTS DANS LES PORTS DE DAKAR ABIDJAN ETC..LES MAIRES VOLEURS ET CAMBRIOLAIRES LES DIFFERNTS MINISTERES PERSONNE NE SERA EPARGNEE VIVE ASSIMI ET SON GOUVERNEMENT DE TRANSITION BON VENT

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here