Organisation des élections par un organe unique : Le front populaire des jeunes du Mali émet des doutes sur cette décision du premier ministre Choguel Kokala Maïga

0

Le front populaire des jeunes du Mali, issu du M5-RFP, est encore sorti de sa réserve pour dénoncer l’inconstance du premier ministre concernant sa décision de faire organiser les élections par un organe unique. Le front populaire des jeunes du Mali a sorti un document signé entre Choguel Kokala Maïga et le président, Assimi Goïta, le 26 juillet 2021, document qui donne un large pouvoir au ministère de l’admiration territoriale dans l’organisation de ces élections. Dès lors, le front a estimé que ce que le premier a dit aux Maliens est en contradiction avec ce qui se trouve dans ce document. L’information a été donnée par le président d’honneur Mahamadou Diawara et ses camarades, à la Maison de la presse, le 4 août 2021.

Ces jeunes issus du M5-RFP réunis en « Front Populaire des jeunes du Mali », suivent le premier ministre comme la prunelle de leurs yeux. Chaque acte et action du Dr. Choguel est analysé par ces jeunes qui estiment que leur combat est pour l’intérêt du Mali.

En effet, le décret N°2021 0474 /PT-RM du 26 juillet 2021 signé entre le président Assimi Goïta et le premier ministre Dr. Choguel Kokala Maïga a fixé les attributions spécifiques des membres du gouvernement sur le rapport du second.

Ce document, en son article 5, a défini les tâches confiées au ministère de l’administration territoriale et de la décentralisation. En effet, il a été dit que c’est ce ministre qui prépare et met en œuvre la politique nationale en matière d’administration du territoire et Décentralisation.

A ce titre, il a l’initiative et la responsabilité des actions suivantes : l’organisation de la représentation territoriale de l’Etat ; la coordination et le contrôle de l’action des représentants de l’Etat dans les circonscriptions administratives ; l’organisation des opérations électorales et référendaires en rapport avec les autres structures intervenant dans ces opérations ; la gestion des frontières nationales et la promotion de la coopération décentralisée au niveau national, frontalier et international ; la gestion de l’état civil ; la gestion des personnes réfugiées au Mali ; l’élaboration et le suivi de l’application de la législation relative aux fondations, aux associations et aux groupements et partis politiques ; la coordination des relations du Gouvernement sur la situation politique et sociale du pays ; la participation à l’organisation des opérations de retour des Maliens réfugiés dans les pays voisins ; la création, la suppression, la scission ou la fusion de collectivités territoriales ; la définition de mesures propres à faciliter l’exercice des compétences des Collectivités territoriales ; le contrôle de la régularité juridique des délibérations des Collectivités ; le suivi des relations entre les Collectivités territoriales et les partenaires techniques et financiers et ou les organisations non gouvernementales, en rapport avec le ministre chargé de la coopération internationale : la mise en cohérence des politiques et programmes de développement des Collectivités territoriales avec ceux de l’Etat ; l’élaboration et la mise en œuvre de politiques ou stratégies visant à accroître les ressources financières de collectivités locales ; la gestion du personnel relevant du Statut général des fonctionnaires des collectivités territoriales. Youssouf Touré, un des membres du front a indiqué que leur mouvement n’est contre personne et n’est derrière personne sauf le Mali. Selon lui, leur lutte au M5-RFP ne doit pas être vaine sinon ce sera un acte de trahison envers les martyrs du 10, 11, 12 juillet 2020. Selon lui, le front sera un rempart pour la stabilité du Mali. Il a lancé un appel à la communauté internationale et nationale à l’application correcte de la Charte.

Selon lui, il faut laisser l’administration territoriale organiser les élections pour ne pas s’embourber dans un organe unique parce qu’on ne s’est pas encore quel rôle va-t-on lui conférer. Surtout que le premier ministre n’a pas encore défini jusqu’à présent tous les contours de cet organe unique; comment et quel rôle il va jouer avec tous ces pouvoirs conférés à l’administration territoriale.

Pour Mahamadou Fofana, il faut faire des bénédictions pour notre pays, parce qu’après l’adoption de la politique générale du premier ministre par le gouvernement, l’on est en droit de demander si les élections seront à date. Le président du front populaire Mahamadou Diawara dira que le premier ministre doit retourner à la base pour donner des explications aux militants, pourquoi il a signé ce document avec Assimi. En tout cas, ces jeunes se disent déterminés à poursuivre le combat pour un Mali nouveau.

Fakara Faïnké

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here