Paix et Sécurité au Mali : Un forum des femmes en novembre à Bamako

0

Le jeudi 08 octobre 2020, les responsables du Forum de femmes Actives pour les Objectifs du Développement durable et l’Émergence « FAODE »-Mali étaient face à la presse à la Maison de la presse de Bamako. Objectif : informer de la tenue de leur forum qui sera axé sur les thèmes : l’autonomisation des Femmes et des filles, condition préalable au Développement Durable ; Paix et Sécurité au Mali . La dite conférence de presse était animée par Mme Mariam Ina Koïta, présidente du FAODE-Mali, Mme Adiawiyakoye Nana Koné, point focal de FAODE à la CVJR, Mme Daou Assétou Traoré, la présidente de la Commission Paix, Sécurité et Cohésion Sociale, Mme Coulibaly Korotoumou Traoré, présidente de la sous-commission scientifique.

Selon Mme Mariam Ina Koïta, la présidente du FAODE-Mali, l’épanouissement des femmes reste au cœur des différentes rencontres du FAODE. C’est ainsi que dès sa création, le FAODE a tenu la 1ère édition de son forum, le 11 novembre 2017 à Genève, sur le thème : un monde meilleur avec les femmes et les entreprises : l’argent n’est-il pas le pouvoir ? Comment les femmes peuvent-elles accéder à la finance. La seconde édition du forum s’est déroulée à Chevilly la Rue le 8 décembre 2018 dont le thème était : Femmes rurales incontournables pour un développement durable. La 3ème édition s’est passée aussi à Paris le 23 novembre 2019 à Aulnay sous-bois sur le thème : l’autonomisation des femmes et des filles, condition préalable pour un développement durable. C’est lors de cette dernière édition, selon Mme Mariam Ina Koïta, que la 4ème édition qui aura lieu au Mali normalement en Novembre 2020 à Bamako a été officiellement lancée. «  les préparatifs vont bon train en prélude à ce forum qui aura pour thème :  Paix et Sécurité au Mali », a déclaré Mme Mariam Ina Koïta.

Lors d’une communication sur la contribution du FAODE-MALI pour la paix, la sécurité et la cohésion sociale, les responsables ont indiqué qu’au Mali, les massacres, les viols, les destructions de villages, les règlements de compte alimentent désormais le quotidien des communautés qui, jadis, ont toujours vécu en symbiose et dans une grande complémentarité et tout cela a fini par installer la méfiance, la suspicion. « Les femmes et les enfants sont les plus touchés par cette tragédie. L’insécurité ayant pris le pas, la paix s’est éloignée de jour en jour et la cohésion sociale est désormais mise à mal même pour des groupes ethniques homogènes. Quid du développement tant rêvé et souhaité pour notre pays à travers les ODD ? », expliquent les responsables du FAODE-Mali. Pour elles, aujourd’hui, des milliers d’enfants sont interdits de leur droit à l’éducation, socle de tout développement : « Ils sont désormais à la merci des groupes terroristes et mafieux de tout genre qui profitent de la situation précarité, de la peur, de l’absence de perspective pour enrôler les plus jeunes dans leurs rangs. Les femmes du Mali, face à cette situation, ont un devoir historique de se démarquer, de prendre conscience des enjeux pour jouer leur partition afin d’influer sur l’avenir des générations futures, leur progéniture. »

Crée le 20 Avril 2017 à Genève afin de rendre plus visible le travail des femmes et des filles francophones, le FAODE, selon sa présidente Mme Mariam Ina Koïta, est le forum des femmes actives pour les objectifs de développement durable et l’émergence permettant aux femmes de contribuer d ‘une manière efficace à l’atteinte des objectifs du développement durable et de l’émergence en Europe et en Afrique. Elle a 4 antennes dans le monde : l’antenne du Mali ; de la Suisse ; du Cameroun et de la France. Le siège de la structure-mère est basée à Bernes en Suisse. Le bureau de l’antenne du Mali, qui a été mis en place le 17 Septembre 2019, a 5 commissions thématiques qui sont les piliers du FAODE: Commission paix sécurité et cohésion sociale ; autonomisation des femmes et des nouvelles technologies ; éducation santé ; eau assainissement et la commission des ODD.

M K. Diakité

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here