Festival international Nianankan, 1ere édition : Un événement culturel au service du développement local

0

La 1ère édition a été marquée par diverses activités notamment la course de pirogues, la visite des stands d’exposition d’objets d’art, des conférences-débats, des manifestations folkloriques et artistiques, des visites de sites touristiques. En plus de la revalorisation culturelle et artistique de la localité, l’événement a mobilisé des milliers de festivaliers et a fait bénéficier à la population locale des retombées économiques de plusieurs  millions de Fcfa.

L’Association culturelle «Doussou Kélé» (AC-DK) a organisé la première édition du Festival international Nianankan (FIN), du 1er au 3 janvier 2016, à la COMANAV de Koulikoro, sous le thème : «Paix et réconciliation nationale». La cérémonie d’ouverture  s’est tenue le vendredi 1er janvier 2016 dans la cour de la COMANAV à Koulikoro, en présence de plusieurs personnalités, notamment Mahamane Baby, ministre de la l’Emploi, de la Formation professionnelle, de la Jeunesse  et de la Construction citoyenne ; Mamadou Diallo, Directeur de Cabinet du président de l’Assemblée nationale, représentant le parrain de l’événement, l’honorable Issiaka Sidibé, élu à Koulikoro. Il y avait également le représentant du gouverneur, Zoumana Traoré ; Youssouf Papa Traoré, maire de la commune urbaine de Koulikoro ; Dramane Konaté dit N’Dalous, promoteur du Festival. Des représentants de la jeunesse et des femmes ont massivement répondu à l’appel de la Commission d’organisation.

Pour le maire de la commune urbaine de Koulikoro, Youssouf Papa Traoré, ce Festival sera sans nul doute un moyen de développement économique local. «Le développement d’une localité dépend de son développement culturel et artistique. Donc, ce Festival est notre marque de fabrique et nous allons tout faire pour le pérenniser…» a-t-il déclaré.

Le représentant du gouverneur de la région de Koulikoro, Zoumana Traoré, a retracé l’historique de  la ville de Koulikoro qui a été fondée, selon lui, par un chasseur du nom de Dioba Diarra. Selon le représentant du premier responsable de la région, tout sera mis en œuvre pour la sécurité des festivaliers. Il a signalé que cette rencontre est une opportunité pour découvrir les différentes facettes de Koulikoro ; autrement dit, ses coutumes et rites qui sont considérés comme des identités.

Au nom d’Issiaka Sidibé, parrain du Festival, Mamadou Diallo a noté que ce Festival permettra de valoriser et de donner un nouveau souffle au patrimoine culturel et artistique de Koulikoro. Il a aussi ajouté que cet événement est une occasion de révéler la riche culture de la localité au monde entier.

Quant au promoteur, Dramane Konaté dit N’Dalous, ce Festival s’inscrit dans le cadre du renforcement de l’esprit de solidarité, de fraternité et d’entente entre les communautés par le  dialogue. Selon lui, la rencontre vise également à valoriser des éléments du patrimoine  artistique, culturel et touristique.

Au titre des activités, une place de choix a été accordée aux conférences-débats dans le domaine culturel et artistique, de l’emploi, de l’éducation et de la paix. Dans le domaine culturel et artistique, Ousmane  Idrissa Fofana dit Mami, enseignant de profession, a brillamment exposé le thème : «Arts et cultures de Méguétan». Il a été suivi par Bakoroba Diabaté, artiste et historien. Ce dernier s’est étalé sur «La tradition orale et l’histoire de Soumaoro Kanté». Le troisième thème sur «L’apparition des noms patronymiques» a été développé par le griot Bourama Soumano. Il s’est illustré par sa grande connaissance des origines des hommes et les différents noms de famille, particulièrement au Mali.

Dans le domaine de l’emploi, Amadou Cissé, Directeur de l’Apej, a édifié le public autour du thème : «La problématique de l’emploi au Mali». Selon lui, plus de 100 000 emplois ont été créés en 2015 dans notre pays.

Du côté de l’éducation et de la paix, deux conférencières ont étalé leur savoir-faire. Il s’agit de Mme Sidibé Aminata Diallo, ancienne ministre, sur le thème : «Les recalés du Def et l’emploi ; jeunes formés à l’ENA ; le changement climatique». Quant à Ami Konaté du Réseau des femmes paix et sécurité de Koulikoro, elle a exposé sur : «La participation des femmes dans le processus de paix au Mali».

Des courses de pirogues, des expositions de produits locaux, des visites de sites touristiques ont été au cœur du Festival. Les chasseurs et les artistes locaux de Koulikoro ont également fait des prestations. La présence des artistes comme Rokia Koné, Aïcha Niamé et Coumba Sira Koita, a suscité un grand engouement pour les habitants de Méguétan. Les festivaliers ont eu droit aux défilés de modes traditionnelles.

La Commission d’organisation de FIN 2015 a aussi remis des attestations de participation à plusieurs personnes, notamment au maire, au gouverneur et au préfet de Koulikoro.

Y DOUMBIA

Envoyé spécial

Ils  ont dit :

Dramane Konaté dit N’Dalous, Directeur du Festival : «Aujourd’hui, j’ai un sentiment de satisfaction»

«J’ai un sentiment de satisfaction aujourd’hui. Malgré l’état d’urgence, il y a eu une grande mobilisation autour de l’événement. La population de Koulikoro s’est approprié le Festival. En plus, le Festival a bénéficié de l’adhésion des autorités locales et traditionnelles. La population était nostalgique du passé. Les défilés de modes traditionnels, des expositions, des manifestations artistiques et culturelles, des visites de sites ont permis aux gens de revivre le passé durant le Festival. L’échange interculturel, le dialogue franc entre les habitants et les différentes conférences-débats sur des thématiques très variées et animées par d’éminents   conférenciers, notamment Mami Fofana de Koulikoro, Bakoroba Diabaté et Bourama Soumano, le Directeur général de l’Apej et la présidente de la Cafo de Koulikoro, ont été des moments importants du Festival. Je suis content de voir la population de Koulikoro sortir massivement pour apprécier et soutenir  son propre patrimoine et sa propre richesse culturelle. Cette mobilisation s’explique par une évolution culturelle à travers le Festival international Nianankan. Il est difficile de faire une estimation économique actuellement parce qu’on n’a pas encore fait le bilan. Mais vous avez vu des commerçants et des artisans entourés de gens, malgré l’état d’urgence. Le nombre dépassait mille personnes par jour. Je suis également satisfait, car le Festival s’est tenu dans la paix et la sérénité. Je salue l’engouement suscité et souhaite que les femmes et les jeunes se l’approprient.

Mme Traoré Binta Diallo,  coordinatrice régionale de la CAFO de Koulikoro : «Ce Festival est une grande opportunité pour nous, les femmes»

Ce Festival est une grande opportunité pour nous, les femmes. Nous avons pris toutes les dispositions, mais malheureusement, l’état d’urgence nous a un peu contraints à ne pas faire toutes les activités. Ce Festival a permis aux femmes transformatrices d’exposer leur savoir-faire et de vendre leurs produits. Ici à Koulikoro, les femmes font beaucoup de choses, notamment dans la transformation des produits locaux, les teintures, le maraîchage. Toutes les associations de la  Cafo de Koulikoro soutiennent ce Festival, car c’est un espace pour nous, femmes, de nous exprimer et d’exposer nos produits. Nous souhaitons que cet événement soit pérennisé.

Propos recueillis par Y. DOUMBIA

PARTAGER