Crise sociopolitique : La Constitution du Mali et les textes de la CEDEAO confortent la lutte du M5-RFP

14

Le jeudi 23 juillet 2020 à Bamako, les Chefs d’Etats de la CEDEAO ont rencontré l’Imam Mahamoud Dicko et la Délégation du M5-RFP ensemble, en vue d’échanger la situation sociopolitique et les solutions de sortie de crise au Mali.

L’occasion était bonne pour amplement démontrer que l’exigence de démission est fondée sur l’incapacité et la perte de légitimité avérées de M. Ibrahim B. Keita à redresser le Mali, sur fond de violations graves de la Constitution et des lois, des droits et libertés comme l’enlèvement de l’Honorable Soumaïla Cissé, et plus récemment les massacres perpétrés par les forces antiterroristes (FORSAT) contre des manifestants aux mains nues jusque dans les domiciles et lieux de culte.

Sans remettre en cause la justesse et la légitimité des revendications populaires portées par le M5-RFP et le leadership de l’Imam DICKO, la préoccupation des Chefs d’Etats, leur ligne rouge disent-ils, se résume en deux points :

– les Chefs d’Etats ne pourront pas demander la démission d’un Président de ses fonctions ; et

– les protocoles de la CEDEAO interdisent tout changement anticonstitutionnel de régime.

Au demeurant, les exigences et actions populaires conduites par le M5-RFP s’opèrent dans le respect des dispositions constitutionnelles maliennes et ne transgressent pas les interdictions fixées par la CEDEAO, sur trois points comme suit :

1) La demande de démission d’un président au Mali n’est pas contraire à la Constitution malienne qui prévoit en son article 36 les cas de « vacance… pour quelque cause que ce soit » ou « d’empêchement absolu ou définitif ».

La lutte du M5-RFP a démontré la perte de légitimité de M. Ibrahim Boubacar Keïta, qui doit, de ce fait en tirer comme conséquence sa disqualification à continuer à présider aux destinées du Mali, et donc sa démission volontaire.

2) A l’évidence l’article 1er c) du Protocole A/SP1/12/01 de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance (https://www.eisa.org.za/pdf/ecowas2001protocol1.pdf) stipule que « Tout changement anticonstitutionnel est interdit de même que tout mode non démocratique d’accession ou de maintien au pouvoir ».

Il est constant que la démission d’un président de la République, qui ne sera pas une première au Mali (le cas ATT l’atteste), n’est pas anticonstitutionnel. De même, le moyen de la désobéissance civile mise en œuvre par le M5-RFP pour y parvenir se trouve inscrite à l’article 121 et est amplement justifiée dans le cas présent comme suit : « La forme républicaine de l’Etat ne peut être remise en cause. Le peuple a le droit à la désobéissance civile pour la préservation de la forme républicaine de l’Etat ».

Du reste, le M5-RFP ne cherche pas à accéder au pouvoir, mais à empêcher la dislocation du Pays et créer les conditions d’une union sacrée des forces vives du Mali pour discuter et convenir des voies idoines pour la reconstruction d’un Mali nouveau, républicain, démocratique, laïc et prospère.

3) Enfin, il convient de rappeler que le même Protocole A/SP1/12/01 de la CEDEAO énonce des principes forts qui ne sont plus garantis au Mali, sous le régime IBK :

– Article 1er a), 1er tiret : « La séparation des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire » ;

– Article 1er b) : « Toute accession au pouvoir doit se faire à travers des élections libres, honnêtes, et transparentes ». ;

– Article 3 : « Les organes chargés des élections doivent être indépendants et neutres et avoir la confiance des acteurs et protagonistes de la vie politique. En cas de nécessité, une concertation nationale appropriée doit déterminer la nature et la forme desdits Organes ».

En définitive, la lutte du Peuple malien est en accord avec les engagements communautaires et internationaux du Mali, et agit dans le strict respect de la Constitution, et en son nom le M5-RFP sollicite l’accompagnement de la CEDEAO pour aider à engager le Mali sur la voie de la sécurité, de la paix et de la prospérité socioéconomique, à travers une gouvernance responsable et vertueuse.

Et, les Chefs d’Etats et les Organes de la CEDEAO doivent se rassurer d’une chose : leur « ligne rouge » n’est pas franchie : la démission de M. Ibrahim Boubacar Keïta sera volontaire ; et, personne au Mali n’envisage un changement anticonstitutionnel de régime. Et là assurément, personne !

Ibrahim Ikassa MAIGA

Enseignant/FDPRI-USJP, Membre de EMK/M5-RFP

 

Commentaires via Facebook :

14 COMMENTAIRES

  1. > Désormais, SE-M.IBK, l’auguste béni, a devant lui tout un boulevard bien dégagé pour exécuter totalement et parfaitement tout le restant de son riche, alléchant et noble programme.
    > La seule chose qu’il redoutait, c’était le non-soutien de ses pairs, dans un monde de néo-colonialisme.
    > Pour le reste, ” Qui s’y frottera, s’y piquera “, sans aucun doute.
    > Wait and see !

  2. > Désormais, SE-M.IBK, l’auguste béni, a devant lui tout un boulevard bien dégagé pour exécuter totalement et parfaitement tout le restant de son programme.
    > La seule chose qu’il redoutait, c’était le non-soutien de ses pairs, dans un monde de néo-colonialisme.
    > Pour le reste, ” Qui s’y frottera, s’y piquera “, sans aucun doute.
    > Wait and see !

  3. Un autre PETITE Maiga idiot avec sa lecture TORDUE de la Constitution du Mali!
    IBK exrece le pouvoir conformement a’ LA CONSTITUTION DU MALI ET A’ LA VOLONTE’ DU PEUPLE MALIEN QUI LUI A CONFIE’ UN DEUXIEME ET DERNIER MANDAT DE 5 ANS EN 2018.
    LES ACTIONS ET LES DECLARATIONS DU M5-RFP QUI VISENT A’ DEMETTRE LE PRESIDENT DUMENT ELU DU MALI DE SES FONCTIONS, NOMMER UN PREMIER MINISTRE PLEIN POUVOIR, DISSOUDRE LES INSTITUTIONS DE LA REPUBLIQUE, SUSPENDRE LA CONSTITUTION ET CREER UNE ASSEMBLE’E CONSTITUANTE SONT DES VIOLATIONS FLAGRANTES DE LA CONSTITUTION DU MALI.
    JE DEMANDE A’ CE PETIT IDIOT MAIGA DE RELIRE LA CONSTITUTION DU MALI!!!
    NOTRE FASO COMPTE TROP D’IDIOTS DANS SES RANGS!!!!

    • Le RBS.
      Le problème n’est pas la légitimité de la personne qui incarne cette Institution-la Presidence de la République-mais la gouvernance de ce pays par le régime en place. Une grande question de RESPONSABILITÉ.
      Le Mali n’est pas les USA, encore moins la France.

      Bro.

      • A mes connaissances, IBK a toujours respecte’ la Constitution du Mali!
        Ladji si toi aussi tu as un probleme de… bouteille, je te conseille de deposer la… bouteille! Pour ma part, je n’ai jamais bu ces genres de boisson dans ma vie. Tous les gens qui me connaissent vous diront que je ne bois pas et je ne fume pas!!!!!

  4. Merci M. Ibrahim K . MAIGA. Même ces syndicalistes chefs d’État venus à Bamako, au secours d’IBK et non du Mali, savent bien que IBK est disqualifié désormais pour diriger le Mali. Ça prendra le temps qu’il faut, mais IBK s’en ira sur la pointe des pieds et par la fenêtre de l’histoire . Cet homme n’a que mépris pour le peuple . La contestation va se poursuivre à tous les niveaux .personne ne pourra le sauver de cette noyade. A bas IBK, a bas ses partisans , à bas ses soutiens , vive le Mali libéré.

  5. IL N’Y A PAS DE PROBLÈME SANS SOLUTION. L’IMAM DICKO A ÉTÉ VRAIMENT CONCILIANT. A TÈ TÈMÈ NIN KAN ! JE PROPOSE 2 VOIES:
    – IBK PEUT RESTER MAIS AVEC UN PM PLEIN POUVOIR DÉSIGNÉ PAR DICKO AVEC FEUILLE DE ROUTE CLAIRE (MAIS DE GRÂCE PAS LES DYNAUSORES OPPORTUNISTES QUI GRAVITENT AUTOUR DE DICKO ! )
    – IBK RESTE AVEC UN PM DE CONSENSUS AVEC FEUILLE DE ROUTE CLAIRE, NON RÉVOCABLE PAR IBK, ET ADMINISTRATIVEMENT INDÉPENDANT DE IBK.

    • AU NOM DE QUI DICKO PREND DES DECISIONS ET/OU PARLE! EN TOUT CAS PAS AU NOM DU PEUPLE MALIEN!!!!!!!!! LA COALITION JIHADO-COMMUNISTE QUI TEMPETE DE TEMPS A’ AUTRE SUR LA PLACE DE L’INDEPENDANCE NE REPRESENTE POINT LE PEUPLE MALIEN!!! AW BE’ O DON! AWN BA DON!
      LA CONSTITUTION DU MALI DIT TRES CLAIREMENT LE POUVOIR APPARTIENT AU DIGNE PEUPLE DU MALI QUI L’EXERCE PAR LE CANAL DE SES ELUS OU PAR VOIE DE REFERENDUM!!!!! LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DU MALI SON EXCELLENCE IBRAHIM BOUBACAR KEITA EST ELU SUR TOUTE L’ETENDUE DU TERRITOIRE NATIONALE MALIEN COMME PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE!!!!!!!
      QUI A ELU L’IMAM DICKO POUR PARLER AU NOM DU MALI?
      QUE DICKO RESTE DANS SA MOSQUE’E POUR FAIRE L’UNIQUE CHOSE QU’IL SAIT FAIRE DEPUIS 40 ANS, A’ SAVOIR DIRIGER LA PRIERE. (C’EST CE QUE DICKO DICKO A DIT DE LUI MEME.) DICKO NE CONNAIT RIEN DE LA POLITIQUE! QU’IL S’ELOIGNE DE CE TERRAIN QU’IL NE CONNAIT APS!!!!

    • YUGU, VOTRE CAMP EST LE PREMIER RESPONSABLE DES TUERIES QUI ONT EU LIEU! EN MOBILISANT DES MILLIERS DE PERSONNES POUR LEUR DIRE D’ALLER ATTAQUER LES BATIMENTS DE L’ETAT, VOUS ASSUMEZ LA RESPONSABILITE’ DE CE QUI EST ARRIVE’. JE TE RAPPELLE QUE VOUS VOULEZ TUER D’AUTRES MALIENNES ET D’AUTRES MALIENS APRES LA FETE DE TABASKI!
      AW BE’ KA SABALI!!!
      BANDE DE POLITICIENS CRIMINELS!!!!! NOUS NE VOUS LAISSERONS PAS SACRIFIER NOS ENFANTS POUR RETOURNER AU POUVOIR QUE VOUS AVEZ LACHEMENT SPOLIE’ ET PERDU!!!!! PRESQUE TOUS LES DIRIGEANTS DU M5-FRP ONT EXERCE’ DES FONCTIONELLES MINISTERIELLES! QU’ILS NOUS DISENT LEURS BILANS RESPECTIFS! ILS NE PEUVENT PAS PARCE QUE LE BILAN DE CHACUN D’EUX EST ZERO!!!!!
      MODIBO SIDIBE’ ANCIEN PREMIER MINISTRE
      KADIATOU SOW ANCIENNE MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES ET ANCIEN GOUVERNEUR DE BAMAKO
      MOHAMED ALY BATHILY ANCIEN MINISTRE DE LA JUSTICE ET ANCIEN MINISTRE DES REFORMES FONCIERES
      MOUNTAGA TALL ANCIEN VICE- PRESIDENT DE L’ASSEMBLE’E NATIONALE ET ANCIEN MINISTRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR
      CHOGUEL MAIGA ANCIEN MINISTRE DES NOUVELLES TECHNOLOGIES
      CHEIKH OUMAR CISSOKO ANCIEN MINISTRE DE LA CULTURE
      YEAH SAMAKE’ ANCIEN AMBASSADEUR
      SOULEYMANE KONE’ ANCIEN AMBASSADEUR
      MAHMOUD DICKO IMAM DEPUIS 40 ANS
      OUMAR MARIKO HAS HIS HEART AT THE RIGHT PLACE, BUT HE IS VERY STUPID WHEN IT COMES TO STRATEGIES!!!
      CES GENS SONT HABITUE’S A’ CONTROLER LA VIE DES GENS!!!!! IT’S ALL ABOUT POWER, CONTROL AND MONEY FOR THEMSELVES! THESE PEOPLE DON’T CARE ABOUT OUR BELOVED MALIAN PEOPLE!!!
      YUGU INI IKA MOGOW NEGUE’ BORA! AW YA TO ANKA NANAKILI!!!!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here