Le Mali en temps de guerre: dialogue platonique des autorités

0

Face à la recrudescence des attaques terroristes avec leurs cortèges de morts civils et militaires, des dégâts matériels importants, Me Allassane Diop, dans cette tribune invite les autorités du Mali à faire un choix entre ses deux soldats : le soldat de la guerre et le soldat de la paix. En tout cas, si ‘’on ne sait pas faire la guerre, pour l’amour de Dieu, mettons des fleurs dans nos canons et marchons vers la paix’’. ‘’Si nous ne savons pas faire la guerre, soyons des soldats de la paix, ces soldats qui prennent le chemin le plus court, qui arrivent au but tout de suite, à la paix sans traverser la guerre’’.

Robert SABATIER, dans son œuvre intitulée « Le livre de la déraison souriante » disait ceci : « La paix est un chant, la guerre est un long hurlement aux échos sans fin. On ne fait la guerre que pour conclure la paix.
Entre le soldat de la guerre et le soldat de la paix, la seule différence que j’aperçoive, c’est que le soldat de la paix prend le chemin le plus court ; il arrive au but tout de suite, il arrive à la paix sans traverser la guerre. »
Le Mali est en guerre nous dit-on !
Sommes-nous en guerre mesdames et Messieurs !
Non ! On n’est pas en guerre quand l’un des généraux réputés le plus compétent de sa génération proclamait avec force et sans faiblesse que : « Nous n’avons pas une armée de combat, mais une armée de caserne ». Il y a de quoi perdre tout espoir, une armée de caserne est une armée en état de mort cérébral, elle est incapable de faire la guerre, de défendre son territoire et de partir en conquête. Elle subit et fuit la guerre.
Non ! Nous ne sommes pas en guerre !
Quand un jeune soldat rescapé du massacre d’Indelimane s’adresse à la nation toute entière et au chef suprême de l’armée en ces termes : « ce que je demande à nos chefs militaires, c’est de passer enfin à l’offensive au lieu d’attendre et de se faire tuer » « Do kera défensive là !!! ». Ces mots prononcés par un agneau sacrificiel sont glaçants. Sommes-nous réellement en guerre, ou serait-ce un leurre à grande échelle ?
Une armée de caserne, clouée au sol, statique en défensive sur son propre territoire est-elle au service de la nation ?
Nous avons tous lu ce dialogue de Platon : Le Cratyle, où deux personnages débattent, Cratyle dit à Hermogene que les mots ont un sens au-delà de la convention, ils ont une racine qui tient à la nature même de la chose et qui le distingue de toute autre chose. La guerre et l’armée se distinguent de toute autre chose par leurs contenus et leurs significations.
L’armée est une institution d’un État dont les missions principales consistent à conquérir ou à défendre un territoire, détruire ou protéger d’autres unités militaires ou unités civiles. Protection, intervention et dissuasion sont les trois piliers de la mission de l’armée prête à intervenir en tous lieux et en toutes circonstances, avec des équipements performants et des effectifs constamment entraînés.
Il paraît que notre armée sous équipée et elle est mal formée. En plus, on nous dit qu’elle est confinée dans ses casernes. Il n’y a pas d’armée. C’est un leurre de type épouvantail et qui sera constamment éventré par l’ennemi qui sait désormais à qui il a à faire.
Le Mali doit faire un choix entre ses deux soldats : le soldat de la guerre et le soldat de la paix.
Le soldat de la guerre prépare la paix.
Le soldat de la paix veut aller à la paix sans faire la guerre.
Si on ne sait pas faire la guerre, pour l’amour de Dieu, mettons des fleurs dans nos canons et marchons vers la paix.
Si nous ne savons pas faire la guerre, soyons des soldats de la paix, ces soldats qui prennent le chemin le plus court, qui arrivent au but tout de suite, à la paix sans traverser la guerre.
Quel angélisme !
Hommage aux soldats tombés sur-le-champ de l’honneur.
Hommage aux hommes d’honneur, Morts pour la patrie. Elle vous sera éternellement reconnaissante.
Bon week-end à tous !
Me Alassane Aldior DIOP

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here