Le monde vu de Bamako : Gouvernement- martyr à Niamey ?

1

Continuité  dans le résultat et dans le symbole avec la reconduction du Premier ministre; rajeunissement avec l’arrivée de fringants quadra; gratitude envers des alliés dont l’apport en voix est indiscutable; signal de fermeté par les nominations au ministère de l’intérieur et à celui de la Défense; souci marqué pour le dividende démographique:  voici donc  le premier gouvernement du dernier mandat d’Issoufou Mahamadou. Un gouvernement- martyr à tous points de vue.  Le président nigérien, un doctrinaire du consensus n’hésitera pas à le remanier pour le gouvernement d’union nationale qu’il ne cesse d’appeler  de ses vœux. Un appel pas encore entendu par l’opposition qui a toute sa place dans l’attelage du dernier mandat de son rival mais non moins compatriote. Car il s’agit de renforcer le rôle du Niger comme verrou de la paix et de la stabilité au Sahel. Il s’agit de positionner le Niger parmi les pays où l’espérance se transforme en bonheur national brut. Le projet est faisable partout sur le continent africain. Il est à l’œuvre  dans le cas du Niger qui, rassemblé peut déplacer les montagnes. Ce gouvernement est martyr ensuite parce que les conditions politiques actuelles du Niger n’autorisent que la performance. Le tâtonnement et la dispersion des ressources ne se feraient qu’au détriment des promesses et des aptitudes du président Issoufou Mahamadou qui a prouvé que les programmes peuvent déboucher sur des réalisations concrètes et qui est fort de toutes les leçons – les forces comme les faiblesses- pour faire plus. Et pour faire mieux.

Adam Thiam

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. Monsieur,
    appellons un chat un chat! Sortons des prétendus projets dits réalisables ou des justificatifs de sécurité et jettons une vue panoramique sur ce qui est à mettre comme mascarades à l’actif de ce gouvernement. Le président Issoufou Mamadou a agit comme une musaraigne qui mord pour souffler sur la morsure après:

    1- Polémique autour d’un fichier biométrique…
    2- Polémique sur le vote par témoignage…
    3- Monopole de toutes les différentes structures chargées de superviser les élections…
    4- Réduction de la durée de la campagne électorale de 21 á 10 jours…
    5- Emprisonnement d’un concurrent direct…
    6- L’état des lieux d’Arlit et de la gestion qui en est faite…

    Alors il faut tout oublier!

    Pour construire son phalanstère il va falloir que le président Issoufou rétablisse le discours véritable avec tous les Nigériens, sinon son souhait, s’il en est un, reste très très connoté, très fleur bleue, mais non inventeur de concepets, fait rire et sourire, enfin cette espèce de façon siphonée d’une structure dite conscensuelle ou coalition nationale a du mal à convaincre même les plus crédules!

Comments are closed.