Les lycéens maliens ont passé cette année les épreuves du baccalauréat au mois d’août. Des épreuves décalées en raison d’importants mouvements de grève des enseignants qui réclamaient de meilleures conditions de travail. Cela a obligé les autorités maliennes à repousser la date de l’examen pour permettre le bouclage du programme scolaire. En conséquence, très peu de vacances scolaires et un casse-tête pour les inscriptions à l’université notamment celles en France pour une partie des futurs bacheliers.

0

Les lycéens maliens ont passé cette année les épreuves du baccalauréat au mois d’août. Des épreuves décalées en raison d’importants mouvements de grève des enseignants qui réclamaient de meilleures conditions de travail. Cela a obligé les autorités maliennes à repousser la date de l’examen pour permettre le bouclage du programme scolaire. En conséquence, très peu de vacances scolaires et un casse-tête pour les inscriptions à l’université notamment celles en France pour une partie des futurs bacheliers.

En raison du report de l’examen, pour les 108.925 candidats du pays les épreuves du baccalauréat se sont déroulées entre ce lundi 5 août et ce jeudi 8 août. En raison des semaines supplémentaires de cours pour achever le programme scolaire, les bacheliers de l’année n’auront droit qu’à de petites vacances.

Fatoumata Dicko et Samba Dicko, deux candidats bacheliers, se confient sur leurs projets de vacances écourtées.

Ce baccalauréat tardif est un casse-tête pour des élèves qui ont obtenu une préinscription dans des universités françaises. « La date limite, c’est le 5 août. Mais malheureusement, je ne sais pas si j’aurai le temps d’avoir les résultats et de faire la procédure de visa », nous explique Salimata Diallo.

Au Mali, par contre, pas de problème pour les inscriptions en faculté comme nous l’explique le doyen de la Faculté de droit privé.

Par RFI Publié le 09-08-2019

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here