Gestion de la grande mosquée de Bamako : L’annexe II de Bazoumana Fofana subi des constructions anarchiques

    1

    L’affaire qui oppose l’opérateur économique Bazoumana Fofana et les gestionnaires de la grande mosquée n’a pas tiré son épilogue. Une autre révélation nous a été parvenue. Il s’agit de la construction d’un étage sur l’annexe 2 construite pas Bazoumana Fofana en contrat de bail avec le Conseil d’administration de la Grande mosquée de Bamako dans les années 1977.

    En effet, selon nos sources la construction de cet étage sur les magasins de sieur Fofana ne respecte pas les normes des autorités en charge de l’urbanisme. Car, la première construction n’avait pas prévu la construction d’un éventuel étage pour pouvoir supporter les charges. Alors, c’est le risque qui flotte sur l’éventuel écroulement de cet étage dans les années à venir que Dieu nous en préserve.

    Selon Bazoumana Fofana, un grand opérateur économique de son état, cette situation interpelle urgemment les autorités compétentes. Il nous a confié, fait partir des gens qui ont contribué à cause de Dieuà donner une belle image à la grande mosquée de Bamako. Cela ne pouvait se faire sans que les alentours de cet endroit saint soit épargné de tous les actes de l’insalubrité et de délinquance. Avec ses expériences à l’époque, il a demandé aux gestionnaires de la Grande mosquée de demander à l’Etat l’espace qui entoure la Grande mosquée. D’où l’obtention de l’espèce du sud de ladite mosquée et qui a fait l’objet de la construction par le pays donateur de la Grande mosquée (Arabie saoudite) l’annexe I qui abrite l’actuel artisanat. Ce n’était pas tout. Après cette construction il y’avait un vide qui était devenue l’abri des bandits et malfrats tous azimuts. C’est pour cette raison que Bazoumana Fofana a construit l’annexe II de l’artisanat avec une centaine de millions de franc CFA.

    En effet, depuis la construction de cette annexe II par le richard Fofana tout allait bien jusqu’à l’arrivé de l’actuel équipe qui dirige la grande mosquée de Bamako. Et ce dernier temps, le vieux Bazoumana Fofana fait l’objet defausses accusations. Contribuant à la salubrité de ce lieu saint, il est accusé de s’enrichir sur le dos de la Grande mosquée. Ce qui est faut et archi-faux, selon le sieur Bazoumana Fofana.

    Aujourd’hui, les choses n’évoluent pas « C’estque nous constatons leur entêtement de mettre le contrat en exécution à vouloir construire au-dessus de mes magasins, alors que les fondations (soubassement) ne peuvent pas supporter les poids de la charge qu’ils sont entrain de poser sur eux », nous a avoué Bazoumana Fofana. A ses dires, il y a eu une plainte pour l’arrêt des travaux de construction mais sans succès. « Malgré notre demande d’arrêt des travaux depuis le 24 avril 2017 ainsi que celle accordée par le tribunal de la Commune II par une ordonnance de référé. Ils refusent et continuent le travail », a-t-il rappelé. Pour lui, cette situation démontre que ces gens n’ont pas de cœur et ne pensent pas à la vie de nos citoyens qui vont désormais vivre en danger sous cet étage. Le vieux Bazoumana Fofana interpelle les autorités à réagir face à cette situation avant que le pire ne seproduise.

    En outre, il faut savoir que ces gens se croient être au-dessus de la loi, car ils refusent d’arrêter les travaux ordonnés par le service de l’Urbanisme et ils continuent  sans penser aux conséquences désastreuses qui découleront.

    M.L. KONE

    Commentaires via Facebook :

    1 commentaire

    1. La religion est comme un serpent. Il faut surtout pas jouer avec sinon quand il en a l’occasion, il va vous jouer un sale tour.

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here