Mise en œuvre de l’accord de paix : C’est le financement qui manque le plus !

88
accord de paix
photo à titre illustratif

La paix, dit-on, n’a pas de prix, certes ! Mais elle a un coût ! Elle coûte souvent très chère.  Et faute de financement, elle se fragilise très vite. C’est bien ce qui ressort, en fond sonore, de ce communiqué.

A l’issue de la réunion à Alger le 18 janvier 2016, entre Ramtane Lamamra, Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, Chef de file de la Médiation, avec les membres du Comité de suivi de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali, il ressort que les bailleurs de fonds à l’origine des promesses mirobolantes se font encore désirer.   Raison pour laquelle, les participants à ladite réunion «lancent également un appel en vue de la mobilisation des financements nécessaires pour assurer le bon fonctionnement du Comité de suivi de l’Accord et de ses mécanismes, y compris pour assurer une présence continue à Bamako des représentants des Parties au sein de ces instances ainsi que l’opérationnalisation effective des patrouilles mixtes. Ils soulignent l’importance et l’urgence de discussions entre les parties signataires maliennes à un niveau stratégique»

B.S. Diarra

AH BON, IL Y

PARTAGER

88 COMMENTAIRES

  1. Pauvre journaliste, vos idées ne sont pas le bienvenu en ce moment pareille, mais au lieu de critiquer le régime en place, il ferait mieux d’aller faire des recherches claire et nette concernant le mode de gestion du pouvoir.Sachez que si ces ministre ne travaille pas bien ceux ci doivent être démis de leurs fonctions.

  2. Les journalistes arrêtez de nous emmerdez avec vos discours à la con sur le limogeage des ministre .IBK ne va pas toujours vous dire les différentes raisons.Il n’a aucun compte à vous rendre
    Nous on avance.

  3. c’est étonnant et voir très surprenant de constater que ces ministre incapable de bon résultat après limogeage seulement font la une des journaux ils sont incapables

  4. VIVE LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE
    VIVE LE GOUVERNEPENT
    VIVE LA PAIX
    VIVE LA TRECONCILIATION NATIONALE
    VIVE LE DEVELOPPEMENT

  5. «lancent également un appel en vue de la mobilisation des financements nécessaires pour assurer le bon fonctionnement du Comité de suivi de l’Accord et de ses mécanismes…»
    Il y a un problème qui dit que dans la mise en œuvre lorsqu’il ne reste que les moyens financiers c’est que réellement le projet n’a pas encore débuté. Raison pour laquelle je souhaite de tout cœur que les ptf puissent honorer leurs paroles pour que l’accord puisse être mis en œuvre afin que notre pays puisse retrouver la paix. 🙁 🙁 🙁

  6. «lancent également un appel en vue de la mobilisation des financements nécessaires pour assurer le bon fonctionnement du Comité de suivi de l’Accord et de ses mécanismes…»
    Il y a un problème qui dit que dans la mise en œuvre lorsqu’il ne reste que les moyens financiers c’est que réellement le projet n’a pas encore débuté. Raison pour laquelle je souhaite de tout cœur que les ptf puissent honorer leurs paroles pour que l’accord puisse être mis en œuvre afin que notre pays puisse retrouver la paix.

  7. L’accord de paix connait des difficultés mais avec le comité national de suivi qui a été mis en place il y a quelques semaines; des solutions seront trouvées pour ne pas retarder de plus la mise en œuvre de l’accord qui pourrait le rendre vulnérable.

  8. il ressort que les bailleurs de fonds à l’origine des promesses mirobolantes se font encore désirer. :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:
    Et c’est toujours les mêmes qui viennent dire que l’accord de paix n’avance pas. Si l’on n’est pas à mesure de respecter ses engagements, il ne faut pas les prendre!

  9. Vivement il faut que les partenaires techniques et financiers puissent honorer leurs engagements car l’accord de paix peine à être mis en œuvre non pas par manque de volonté mais par manque de moyens financiers qui demeurent la base de la mise en œuvre de l’accord.

  10. Article 15 : L’Etat rétrocède aux collectivités territoriales concernées un pourcentage
    des revenus issus de l’exploitation, sur leur territoire, de ressources naturelles,
    notamment minières, selon des critères à définir d’un commun accord.
    Ce n’est pas encore le cas dans le nord du pays où les richesses sont illégalement exploitées avec l’accord de certains leaders de l’AZAWAD donc qu’on mette pas la pression à Bamako; je veux dire ses autorités car ces capitaux qui quittent frauduleusement le pays peuvent servir à l’avancée du processus de paix…

  11. Le CSA peut user de tous les moyens pour que l’accord soit mise en application mais ils savent très bien la situation économique du pays donc il faut donc qu’il puisse aider à la mobilisation des fonds car l’accord dans tous les paramètres de son application nécessite beaucoup de moyens financiers .

  12. La sortie de crise coute excessivement chère. Les partenaires techniques et financiers ont pris des engagements vis-à-vis de l’état malien qu’ils n’ont pas honoré. Il n’est donc pas du tout aisé de mener des actions de développement dans le nord aussi rapidement comme le préconise les accords.

  13. Le souhait des autorités de ce pays est d’apporter la paix, la réconciliation et la cohésion sociale à leur population donc il ne faudrait pas douter de leur bonne foi et être un peu patient.
    Les autorités ont marqué leur engagement pour ces accords et je suis sur qu’elles le tiendront.
    Comme l’article le souligne des problèmes financiers sont à la base du retard dans l’application mais nous devons garder espoir.

  14. Les autorités maliennes ont toujours montrées leur ferme volonté de mettre en application ces accords qu’elles ont elles mêmes voulus.
    Mais la mise en œuvre d’un tel accord nécessite beaucoup de moyens financiers matériels et humains donc il faut qu’on comprenne le gouvernement quant au retard observé dans cette mise en œuvre.

  15. Certes l’accord n’est pas parfait comme l’a si bien dit le président, mais il est un véritable espoir pour la paix et de la réconciliation nationale. Cependant, pour y parvenir, il faut une application stricte de cet accord un préalable pour le retour de la paix.

  16. Le président IBK a toujours affiché sa ferme volonté de donner la paix à son pays par tous les moyens.
    Mais si un problème de financement se pose parce des bailleurs tardent à donner leur argent,je pense que c’est là que les maliens doivent montrer leur solidarité.

  17. Pour la paix et la reconstruction du pays notamment la partie Nord qui a subi les affres de la guerre, il faut une application pure et simple de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale. Même si celui-ci connait des difficultés d’ordre financier.

  18. Certes, il y a le manque de financement tarde à venir à cause de la lourdeur des partenaires financiers. Mais cela n’a pas affecté la volonté du gouvernement dans la mise en oeuvre de l’accord.

  19. Chers compatriotes maliens,le Mali est notre bien commun et à ce titre nous devons tout faire pour qu’il retrouve sa paix et sa stabilité.
    Ainsi,si les bailleurs de fonds ne veulent pas décaisser l’argent pour la paix dans notre pays,je pense que nous pouvons le faire pour le bien de tous.
    Alors réfléchissons y.

  20. Depuis le parachèvement de l’accord de paix, nos autorités surtout le président ont toujours montré leur bonne volonté pour la mise en oeuvre dudit accord. La création d’un nouveau comité de suivi et de coordination, nous montre une fois de plus cette volonté incessante. J’en appelle à toutes les parties signataires notamment celle de la CMA à emboîter le pas à nos autorités sans oublier les bailleurs de fonds pour une sortie de crise réussie pour le bien de tous.

  21. Je pense que cette réunion a permis de déceler le véritable problème de la mise en oeuvre de l’accord. C’est une réponse aux personnes qui pensent que le retard de la mise en oeuvre de l’accord est le fait du gouvernement. La volonté y est, mais il faut accompagnement financier pour consolider les acquis.

  22. Peut être qu’il y a manque de financement pour la mise en oeuvre de l’accord de paix.
    Mais il est important de souligner le manque de volonté affiché des groupes armés qui fait que toutes les actions du gouvernement malien sont invisibles.
    Il faut donc que ces groupes prennent toute leur responsabilité pour permettre à notre pays de sortir de dette crise.
    Vive la paix.

  23. L’accord de paix n’a pas été du tout facile à décrocher. Mais grâce la volonté des deux parties belligérantes a fait taire les armes au profit d’un dialogue, nous y sommes parvenus. Pour la mise en place de cet accord, les deux parties viennent de créer un nouveau comité de suivi plus inclusif en vue du retour de la paix gage d’un développement. C’est une preuve que tous sommes tournés vers la paix sans la quelle pas de développement.

  24. Je pense que le choix de MODIBO à la tête de ce nouveau comité de coordination et de suivi est très salutaire car il fut l’élément déclencheur de la conclusion de cet accord. Je sais qu’il saura donner une nouvelle dynamique dans la mise en oeuvre de cet accord préalable d’un retour de la paix. Mais sans les financements, ce comité ne saura à la hauteur de nos attentes. Vivement les fonds de la part des bailleurs de fonds…

  25. Je pense qu’avec cette réunion les opposant véreux sauront que le retard accusé dans la mise en ouvre de l’accord n’est pas une volonté manifeste du gouvernement malien mais plutôt le manque de financement.
    Tous les maliens doivent donc se donner les mains pour trouver ce financement pour permettre à notre pays cette page sombre de son histoire.

  26. Pour ma part, je pense que tout accord pour qu’il soit appliqué, demande en plus de la volonté, un financement conséquent. Par conséquent, je demande aux partenaires financiers d’honorer leur engagement afin que le comité de suivi puisse jouer convenablement son rôle.

  27. Nous souhaitons vivement que les fond puissent être débloqués par les bailleurs de fonds pour nous permettre de mettre en œuvre ce processus de paix pour mettre fin à la souffrance des maliens du Nord pris en otage pas ces bandits armés.
    Vive la paix dans mon pays.

  28. A travers la création de ce nouveau comité de coordination et de suivi de l’accord, moi, je retiens une chose. Et cette chose n’est rien d’autre que nos autorités et la plate forme ont compris que la mise en oeuvre de l’accord est la seule issue favorable de sortie de crise. Je me réjouis qu’ils aient compris cela car personne ne viendra faire la paix à notre place. Cependant, il faut que les bailleurs de fonds s’exécutent pour décaisser les financements pour le suivi dudit accord.
    VIVE LE MALI UNI ET INDIVISIBLE ! ❗ ❗ ❗ ❗

  29. ” La paix, dit-on, n’a pas de prix, certes ! Mais elle a un coût ! ”
    Effectivement, il est grand temps que les bailleurs de fonds apportent leur contribution pour la mise en oeuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation. Faute de quoi, nous serons toujours dans cette impasse.
    Qu’ils honorent leurs engagements vis-à-vis du Mali.

  30. La population malienne doit rester confiante car le gouvernement met tout en place pour instaurer une paix et une stabilité durable et maintenir la véracité et la crédibilité de l’accord de paix.

  31. Pour la paix et la réconciliation le régime d’IBK est vraiment près à tout. Ce nouveau comité tombe à pique, il apportera du sang neuf dans à la marche vers la paix. Le régime d’IBK est en train de tout mettre en oeuvre pour que la paix puisse revenir dans notre pays socle du développement durable.

  32. Ce nouveau comité épaulera le CSA pour la mise en œuvre effectif, durable et satisfaisante vis-à-vis à des exigence de l’accord de paix et de réconciliation. La population malienne salut cette initiative et encourage le PM et ce nouveau comité à jouer pleinement leur rôle.

  33. Le comité de suivi est en train de faire son travail et je crois qu’avec l’expérience du PM, il saura trouvé les failles afin d’appliquer les accords dans son entièreté.
    Je pense qu’ensemble et surtout la volonté nous réussirons pour le bien-être de notre cher pays.

  34. La paix n’a pas de prix donc le président trouver les moyens nécessaires pour résoudre tout ce problème. Il sait pourquoi il s’est engagé pour la paix. Nous comptons sur la bonne compréhension et la disponibilité des partis signataires

  35. Quelle est votre réelle intention en faisant de telle diffamation cher journaliste
    IBK en a beaucoup fait depuis son accession au pouvoir donc si vous n’avez pas d’infos, pas grave c’est mieux de dormir ou de surveiller les enfants pendant madame fait cuisine

  36. Au lieu de créer des polémiques prenez votre temps pour lire les infos.
    Le financement des projets a commencé
    L’image est lavée jusque jamais avec à notre tête IBK
    Nous faisons confiance à nos partenaires et nous ont toujours soutenu depuis le déclenchement de cette crise.

  37. Nous devons de loin vraiment avec la crise socio-politique qui avait affaiblit toute l’économie Cela est enfin un mauvais souvenir dans le bonheur de tout le peuple

  38. La lutte qui n’a pas été comprise jusqu’ici. J’invite les détracteurs de la République à prendre connaissance des réalisations du président IBK et ses collaborateurs avant de s’exhiber. Les débats stériles, nous n’en voulons plus.

  39. IBK est celui dont le MALI avait besoin pour se relancer économiquement, sur la scène internationale, pour entamer un procédure de développement durable, pour permettre au MALI de préserver son intégrité territoriale et de faire régner la paix et la sécurité dans notre pays !!! Et il est en train d’accomplir ces différentes tâches à merveille !!!

  40. Nous sommes à un moment où nous devons faire valoir les intérêts de la nation avant tout autre chose, pour cela nous devons être à même de nous entendre sur un seul point au niveau de toutes les couches, sociales et politiques !!!

  41. Il est temps que nous prenons conscience de la gravité de la situation et que nous arrêtons de faire de la diffamation cher journaliste, il est temps que nous nous donnons la main, que nous allons dans le même sens que ça soit les journalistes, l’opposition et le régime en place, et même les rebelles, et que vous arrêtez de nous emmerder !!!

  42. Nous avons confiance au retour de la paix et de la sécurité dans les trois régions du nord MALI, et ça se fera quoi qu’il arrive !!! Mais il nous faut juste être patient et solidaire envers nos autorités pour leur faciliter la tâche !!!

  43. La stabilité dans ces différentes régions se fera, mais je ne peux pas dire sans problème car nous savons tous comment est la tendance dans ces régions, et aussi face à quels problèmes le président et son gouvernement doivent faire face pour le retour de la stabilité et la bonne mise en œuvre de cet accord !!!

  44. La sécurité des populations des régions du nord-MALI sera assurer, mais on ne peut pas sortir d’une crise qui a duré plus de 20ans et crier pour la stabilité le jour d’après, cela n’est pas possible, il faut du temps pour la bonne mise en œuvre de cet accord !!!

  45. La Paix, la Paix rien d’autre que la paix, notre volonté à nous tous est la paix au Mali.
    Vive la paix.

  46. j’atteste que notre gouvernement a fait son mieux et continue toujours de faire plus envers le retour de la paix et de la réconciliation.
    Nous souhaitons le retour à la paix et nous avons de la chance d’avoir un gouvernement qui lutte envers ce sens. A nous maliens d’être de plus envers cette paix, elle consiste

  47. La paix est notre volonté à nous tous.
    Vive la paix et la réconciliation.
    Vive le gouvernement malien qui se soucis de la volonté de sa population qui est la paix et la réconciliation.

  48. Il faut savoir aussi que la sécurité du MALI ne peut pas être garantit en un clin d’œil, c’est un long processus et il faut du temps au président de la république et son gouvernement pour toucher toutes les zones, nous avons confiance en la mise en œuvre de cet accord

  49. Le gouvernement malien malgré plusieurs problème en particulier le fond pour le financement de la mise en œuvre de l'accord de paix est en train de tout faire pour résoudre ce problème. Le gouvernement est en train de relever le défis d'une manière salutaire.

  50. Aucun accord n’est parfait mais cet accord, je l’ai dit plusieurs fois, constitue une très bonne base pour faire la paix, traiter des questions de fond qui ont entraîné des difficultés au nord de notre pays, restructurer notre appareil sécuritaire et créer ainsi les fondements d’un Etat de nouveau en mesure de faire face à ses obligations.
    Si on l’applique dans la lettre mais surtout dans l’esprit, avec bonne foi, il y a de bonnes chances que le Mali retrouve de nouveau de bons espoirs vers demain.
    Nous disons merci au gouvernement pour l’octroi de cet accord signer.

  51. Le comité de suivi de l’accord s’est réuni plusieurs fois et a pu adopter son règlement intérieur. Espérons qu’à partir de là, on pourra engager des mesures urgentes sur les plans sécuritaires (cantonnement, désarmement…), humanitaires et de réconciliation (retour des réfugiés notamment) ainsi que les actions de développement.

  52. Ce que je demande est l’accompagnement, certes Tout le monde n’a pas intérêt à la paix, notamment les terroristes et les trafiquants de drogue qui feront tout pour que l’accord ne puisse pas être correctement appliqué et que les Maliens ne se réconcilient pas car cela signifierait la fin de leur quiétude et de leurs activités illicites et destructrices pour notre pays et le Sahel. L’accord ne sera jamais en danger si les Maliens se donnent la main pour faire halte à ces vendeurs de morts.

  53. On fait la paix pour nous et pour la nation, comment est-ce que cette paix peut-elle connaitre des traines ?
    Suivons les décisions du gouvernement et disons-nous que tous ce que nous faisons c’est pour le Mali.

  54. Ibrahim Boubacar Keïta est en train de tout mettre en n’œuvre pour que cet accord puisse aboutir.
    Tout le peuple malien aspire sortie de cette crise à l’aide de l’accord de paix et de réconciliation issu du processus d’Alger.

  55. Nous sommes conscients de la bonne volonté du gouvernement pour le retour de la paix au Mali. La paix est un comportement, nous devons jouer ce comportement pour l’intérêt de la nation sans chercher quelque chose d’autre comme récompense.

  56. Le gouvernement n’a jamais manqué à ses engagements, nous sommes conscient que des ennemis de ce pays qui se disent en accord avec le Mali rendent toujours difficile la mise en œuvre de la paix au Mali.
    Mais nous devons nous dire que cette paix ne viendra que de nous-même, que c’est de nos comportement, de nos façons de voir les choses et de nos façons de nous aimer entre nous.
    Nous avons tous dit la paix et rien que la paix nous satisfait.
    Vive la paix…

  57. Les processus pour la paix et la réconciliation ne dépend toujours que de nous, il faut qu’on se dit que nous sommes prêt pour le MALI, sans aucune arrière-pensée.
    Comme le dit le président de la république lors de la signature de l’accord de paix du 20 juin à Bamako, “il n’y a pas de plus beau que le retour de la paix et de la réconciliation au Mali “.
    Donnons-nous la main pour faire la paix…

  58. Le président de la république est en train de tout mettre en œuvre pour assurer la sécurité des populations des différentes localités, pour lutter contre le banditisme dans les régions du nord et pour la bonne mise en œuvre de cet accord !!!

  59. IBK a tout mis en œuvre pour la paix. La signature de l’accord de paix et de réconciliation est un grand pas franchit par le gouvernement malien. Le paraphe de cet accord ouvrira de nouvel horizon crédible pour le Mali. Mais cela sera vraiment que si tous les parties font preuve de responsabilité et de bonne foi.

  60. Les années passées par IBK au pouvoir ont été un combat de la paix et pour la stabilité du pays. Il est venu au pouvoir, trouvé le pays plongé dans un gouffre profond de crise. Il est venu trouver le pays dans une crise sans précédent. Il s’est battu et à obtenir en très peu de temps, la signature d’un accord de paix. Son combat de tous les jours s’oriente à présent vers la stabilité totale du pays.

  61. Une chose est sûre et certain, le Mali ne sera pas le premier fautif de l’échec de l’accord. Le gouvernement malien mettra tout en œuvre pour que la paix au nord Mali soit une paix et réconciliation durable et éviter tout risque de division territoriale.

  62. 💡 Le retour de la paix dans le nord Mali a été certes difficile, mais possible. Tout le peuple malien doit se mobiliser derrière nos leaders, IBK et son gouvernement sont engagés, déterminés pour la lutte du retour et le maintien de la paix et la réconciliation dans le nord Mali. 👿

  63. L’effort déployé par le président de la république et son gouvernement n’est pas négligeable dans cette situation, il faut reconnaitre qu’ils se donnent à fond pour améliorer les conditions de vie et la sécurité des populations dans ces différentes localités, et pour la mise en œuvre du dit accord !!!

  64. La signature de cet accord est favorable pourvu que la paix revienne au Mali. Le gouvernement est actif pour la mise en œuvre effective de cet accord. Cet accord de paix est très favorable pour notre pays car la paix, sécurité, l’intégrité territoriale et la constitution reste toujours à préserver. Certes le défi est énorme mais le gouvernement sait comment s’y prendre.

  65. La mise en œuvre stricte de l’accord est la seule solution pour la sortie de crise au Mali. Notre pays a été plusieurs fois confronté à un problème de non application des traités de paix. Le régime actuel et les groupes armés sont tous conscients de ce manque de volonté qui animait les dirigeants et les groupes de l’époque. Le problème actuel est que certaines personne n’ayant pas pris part à la signature sont engagés à compromettre l’application de celui-ci. Cela est loin du fait que le gouvernement ne s’assume pas. Vive le financement rapide du processus de paix!

  66. La paix sur le papier n’est pas forcement la paix sur le terrain. Certes, IBK et son gouvernement sont conscients de cela, mais l’accord la mise en application rencontre des difficultés ardentes mais pas insurmontables. Les différents acteurs doivent se faire confiance, le gouvernement est déterminé pour le en œuvre effective de l’accord de paix et de réconciliation.

  67. La paix et la réconciliation est un long processus qui nécessite plusieurs mois voire plusieurs années pour qu’elles soient dans les rangs de la stabilité !!! Et il faut reconnaitre que le cas de notre pays est plus compliqué qu’on ne le pense, mais nous avons confiance !!!

  68. Si les maliens se donnent les mains, les uns et les autres, pour la bonne mise en œuvre de l’accord signé, nous pourront faire en sorte que ce pays soit un exemple de pays où il y a la tranquillité comme il l’était avant la crise de 2012.

  69. Le gouvernement s’est toujours assumé dans la mise en œuvre de l’accord d’Alger. Le plus grand problème dans ce retard réside au niveau des groupes rebelles. Ceux-ci n’arrivent pas jusqu’à présent à s’entendre réellement.

  70. Les maliens doivent prendre leurs mal en patience, tout finira par etre résolu. Cet accord est un meilleur atout pour le Mali, pour aucun cas nos dirigeants ne laisseront cette opportunité passée. Par contre, nous devons comprendre que ce n’est pas du jour au lendemain que les choses pourront voir le jour. :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  71. Vu les difficultés rencontrés dans l’application des accords déchus sur la même rébellion. Cet accord ne sera pas comme les autres. Il sera un vrai accord, et apportera la solution définitive à notre vieil problème.

  72. L’application de l’accord est primordiale. Toutes personnes hostiles ou ayant des idées protagoniste sur ce traité doivent toutes être obligées à aller à l’exile. Cet accord est notre unique espoir. Sa mise en œuvre peut même être considérée comme l’une des conditions de l’avancée de ce pays.

  73. L’accord de paix et de réconciliation issu du processus d’Alger rencontre plusieurs difficultés dont le gouvernement est en train de relever d’une manière salutaire tous ces défis. Le gouvernement malien est décidé pour la bonne et effective mise en œuvre de cet accord de paix.

  74. L’application d’un accord de paix relève toujours des défis. Et ces défis sont pour les signataires et la population civile bénéficiaire qu’on est. Cet accord, pour qu’il produise ses effets doit faire l’objet d’une application intégrale. Cela n’incombe pas qu’au gouvernement. Le financement est une responsabilité partagée entre le gouvernement et les partenaires.

  75. 🙄 🙄 Bien sur que le problème de fond se fasse remarquer en ce moment dans la mise en œuvre de l’accord de paix et de réconciliation. A l’avènement du régime au pouvoir le caisse de l’Etat on été dilapider par les régimes précédent et par le régime transitoire. Le gouvernement travail alors par état jusqu’à atteins son objectif. 🙄 🙄

  76. Certes, il y a beaucoup de défis à relever, mais la volonté des parties est déterminante. Celles-ci se sentent dans l’obligation de mener à bien cet intervalle passager qui vient de s’ouvrir après la signature du 20 juin 2015. Mais il me semble aussi que contrairement au gouvernement, certains groupes ne sont pas de bonne foi. De la sorte, le financement aboutira à rien.

  77. Aucun accord de ce monde n’est parfait et ne le sera pas non plus. L’accord d’Alger peut ne pas être parfait mais il peut faire notre affaire. Nous voulons que le gouvernement procède au financement. Mais avec l’aide des partenaires et des bailleurs de fonds.

  78. 😉 😉 😉 😉 L’accession d’IBK à la tête du pouvoir a coïncidé avec beaucoup de problème. Deux ans ne peuvent guère sauver le Mali. Cet accord sera bel et bien appliqué soyez sans crainte tout ira pour le mieux. 😳 😳 😳 😳 😳 😳 😥 😥 😥

  79. Les gens ont beau dit tout ce qu’ils pensent sur l’application de l’accord de paix et de réconciliation. Ce gouvernement continue d’avancer, il n’a jamais renoncé à leur quête qui est la suivante redonner au Mali une image approuvable.

  80. Bien sur que le problème de fond se fasse remarquer en ce moment dans la mise en œuvre de l’accord de paix et de réconciliation. A l’avènement du régime au pouvoir le caisse de l’Etat on été dilapider par les régimes précédent et par le régime transitoire. Le gouvernement travail alors par état jusqu’à atteins son objectif.

  81. Les parties signatures de l’accord de paix doivent toutes s’engager afin que le financement de la paix puisse se faire dans un bref délai.

  82. La mise en œuvre de tout accord demande du financement. Les bailleurs de fonds qui se sont engagés aux côtés de nos autorités dans le but de les aider à financer la paix, sont priés de s’engager comme promit il y a longtemps.

  83. Le gouvernement fait tout ce qu'il peut pour que notre pays puisse sortir de cette crise qu'il connait sans précédent. Le financement manque le plus dans la bonne mise en oeuvre de l'accord d'Alger.

  84. Le gouvernement fait tout ce qu'il peut pour que notre pays puisse sortir de cette crise qu'il connait sans précédent. Le financement manque le plus dans la bonne mise en oeuvre de l'accord d'Alger.

  85. 😉 😉 😉 😉 😉 😉 Le Mali est à nous tous, et non à Ibrahim Boubacar Keita et son gouvernement. De ce fait, il est normal que nous unissions nos forces pour la sauvegarde de notre pays. Certes, nos dirigeants jouent leurs rôle, mais à nous aussi de contribuer à la reconstruction de notre pays. 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

  86. 😳 😳 😳 😳 😳 Le Mali est à nous tous, et non à Ibrahim Boubacar Keita et son gouvernement. De ce fait, il est normal que nous unissions nos forces pour la sauvegarde de notre pays. Certes, nos dirigeants jouent leurs rôle, mais à nous aussi de contribuer à la reconstruction de notre pays. 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😥 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

  87. C’est vrai que le Mali a traversé des moments difficile ces derniers temps. Mais est ce que nous pouvons dire que c’est le gouvernement IBK qui est la base de ce malheur. Soyons reconnaissant envers nos dirigeants, quoi qu’il en soit ils ont fait de leur mieux. Ils ont trouvés le pays dans cette phase difficile, ils font tous leurs possibles pour le sauver. Par contre, ne restons pas à côté et les critiqué, unissons nos forces et sauvons le Mali.

  88. C’est vrai que le Mali a traversé des moments difficile ces derniers temps. Mais est ce que nous pouvons dire que c’est le gouvernement IBK qui est la base de ce malheur. Soyons reconnaissant envers nos dirigeants, quoi qu’il en soit ils ont fait de leur mieux. Ils ont trouvés le pays dans cette phase difficile, ils font tous leurs possibles pour le sauver. Par contre, ne restons pas à côté et les critiqué, unissons nos forces et sauvons le Mali.

Comments are closed.