Discours du Président de la République SEM Ibrahim Boubacar Keïta à l’occasion de l’installation des facilitateurs du dialogue politique inclusif

2

Monsieur le Premier ministre,
Madame, Messieurs les Présidents des Institutions de la République,
Mesdames, Messieurs les membres du Gouvernement,
Mesdames et Messieurs les membres du Corps diplomatique et des Missions
Consulaires accréditées en République du Mali,
Mesdames et Messieurs les représentants des organisations internationales,
Autorités religieuses et chefs coutumiers,
Mesdames et messieurs les chefs de partis politiques,
Messieurs les membres des mouvements signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger,
Messieurs les membres des mouvements non signataires adhérant à l’esprit de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger,
Responsables d’Organisations citoyennes,
En vos grades et qualités,
Tous protocoles observés,

Je vous souhaite la bienvenue et je vous remercie sincèrement d’être une fois de plus à mes côtés, à mon invitation. Invitation que j’ai toujours honneur et privilège de vous adresser en raison de qui vous êtes, ce que vous représentez, et ce pourquoi chacune et chacun, vous vous êtes battu, parfois à votre corps défendant, toujours pour la cause du Mali, que vous mettez au-dessus de tout, de toutes les contingences, de toute autre considération.
Responsable de la Communauté islamique, responsable de la Communauté catholique, responsable de la Communauté protestante, légitimités traditionnelles, leaders politiques, responsables d’organisations de la société civile, syndicats, souffrez que je vous exprime ma gratitude.
Vous êtes tous acteurs dynamiques de la transformation qualitative de notre pays, des maillons essentiels de la grande chaîne qu’est le Mali.
Vous êtes avec nous chaque fois que votre présence est requise et que votre voix est attendue.
Puisse Allah le tout Puissant vous rendre l’honneur et la considération que vous me portez !
Puisse le Tout-Puissant, accorder à ce pays pacifique et tolérant, la paix qu’il désire !
Puisse t-il éloigner de nous les affres de la violence et de l’obscurantisme !

Mesdames et messieurs,
A l’instant, nous installerons les trois personnes sur lesquelles le choix que me confèrent mes charges, s’est porté, pour conduire le dialogue politique inclusif ainsi que le processus subséquent de réformes institutionnelles.
Une femme et deux hommes.
La femme, d’abord : une femme attachée au terroir, au territoire, à l’Afrique, dans un monde partageux où les uns ne sont pas des loups pour les autres. Une femme au verbe et clair et haut : Aminata Dramane Traoré. Merci chère sœur de nous avoir fait l’honneur d’accepter !
Maintenant les deux hommes, mes aînés respectables.
Baba Hakib Haidara, le médiateur de la République, militant infatigable, persuasif et loyal. Il vient à cette mission, fort de décennies d’expérience, dans la science de l’écoute, de l’interaction et de la synthèse.
Puis, Ousmane Issoufi Maiga, ancien Premier ministre, homme d’action porté sur le résultat, avec la poigne et l’autorité qui lui sont reconnues, mais également avec le respect qui lui est témoigné, y compris par ses adversaires.
Baba Hakib Haidara et Ousmane Issoufi Maiga, merci également pour nous avoir fait l’honneur d’accepter !
Dans ces travaux, vous aurez certes besoin de tout le Mali dans son ensemble mais pour coordonner et harmoniser cet ensemble, un homme d’expérience vous accompagne, l’Ambassadeur Cheick Sidi Diarra dont le parcours pour le moins élogieux milite en tous points pour lui, là encore au bénéfice du pays tout entier.
Vous êtes de ceux-là ! La Nation vous a désignés ! Vous ne saurez-vous dérober ! Et je sais, vous ne vous déroberez point.
Ce ne sont pas seulement nos vœux qui vous accompagnent, c’est toute la Nation malienne, avec toutes ses ressources sans exclusive aucune, qui vous porte et vous supporte !

Mesdames et messieurs,
Tous ensemble, nous devons saluer, avec déférence ce triumvirat de patriotes engagés et désintéressés.
Nous devons les acclamer et les accompagner car sans hésiter un seul instant, ils ont accepté le sacerdoce.
Ils sont les premiers à savoir que leur mission sera tout sauf une sinécure.
Mais ils sont authentiquement Maliens, authentiquement engagés pour le Mali et ils savent que menée à bien, leur mission consolidera la marche du Mali, ancrera davantage la démocratie malienne qui a payé le prix du sang, le prix rédhibitoire du sang.
Ils savent et c’est pourquoi, je leur serai toujours reconnaissant d’avoir accepté la mission, qu’ils ont fort à faire.
Ils ont fort à faire entre plusieurs nécessités, toutes impérieuses. D’abord, secouer le cocotier après trois décennies de parcours institutionnel. Ensuite éviter de jeter le bébé avec l’eau du bain, pour utiliser ici et pour toute sa pédagogie, l’expression du regretté Me Demba Diallo.
Ils donneront également la parole car la catharsis, en l’occurrence, peut être salutaire. Mais il leur faudra arbitrer avec tact. Car les débats devront être ordonnés et courtois, ils devront être épuisés dans un temps donné pour donner lieu à l’utile synthèse que le pays attend et à laquelle il a droit.
Tout cela devra être fait. Ce ne sera rien de facile pour le trio arbitral. Nous savons quel peuple nous sommes. Nous savons nos motivations individuelles en venant à ce dialogue.

Mesdames et messieurs,
J’ai adressé en mai dernier une lettre à tous les partis politiques, aux mouvements et aux regroupements politiques, à la société civile, aux autorités religieuses et coutumières, aux centrales syndicales et aux syndicats autonomes pour solliciter leur contribution à la tenue du dialogue politique inclusif.
Je peux me réjouir de la réception de propositions de qualité à hauteur des enjeux nationaux, et qui serviront de base au travail du Triumvirat.
Permettez-moi de remercier vivement tous ceux qui ont fourni ces propositions et de solliciter encore une fois leur accompagnement et leur soutien pour enrichir les débats à venir lors du dialogue politique inclusif.

Madame et messieurs les facilitateurs,
C’est votre art, Aminata Dramane Traoré, Baba Hakib Haidara, Ousmane Issoufi Maiga, qui fera le succès de ce grand moment d’évaluation et de propositions que doit être le dialogue politique inclusif.
Arbitres et joueurs, vous serez appelés souvent à monter au filet autant qu’à garder les buts.
A travers ce dialogue politique inclusif, il s’agira de faire l’inventaire des problèmes auxquels notre pays est confronté avec l’ensemble des acteurs, et de proposer des solutions avec un chronogramme et un plan d’actions de mise en œuvre. Votre mission, sous mon autorité, consistera à :

– assurer l’inclusivité du dialogue politique avec l’ensemble des forces vives de la Nation ;
– assurer l’adhésion de l’ensemble des acteurs aux résolutions et conclusions du dialogue ;
– favoriser l’adhésion des acteurs aux réformes politiques et institutionnelles ;
– assurer l’orientation du dialogue politique inclusif ;
– connaitre les attentes de toutes les forces vives de la nation ;
– contribuer à l’apaisement du climat social ;
– trouver un consensus politique en vue de l’organisation des élections ;
– s’entendre sur la loi fondamentale ;
– renforcer la confiance entre les Institutions de la République et les populations ; – encadrer le dialogue politique inclusif.

Tous, vous avez le background souhaité et les aptitudes requises pour que l’exercice soit conduit dans les règles de l’art, dans la perspective SMART (Sustainable, Measurable, Applicable, Realistic, Time-bound) si chère aux développementalistes Anglo-Saxons.
Ce qui en français donnerait un forum aux résultats suivants :
§ Soutenables,
§ Mesurables,
§ Applicables,  Réalistes et,  Tangibles.
Mesdames et Messieurs,
Je dis tout cela, non pas pour donner des instructions, ni pour guider les professionnels aguerris qui composent le Triumvirat, mais pour mettre en relief le caractère stratégique de l’exercice que nous nous apprêtons à conduire.
C’est à la fois à une œuvre de correction et de refondation de notre démocratie que nous sommes conviés.
Nous avons également à vérifier et raffermir notre volonté de rester une nation unie et solidaire, appelée à prendre sa part dans un contexte de forte concurrence où seul le mérite prévaudra.
J’avais eu à dire que le dialogue politique inclusif part d’un vécu, que le pays avait eu à organiser plusieurs réflexions stratégiques sur son avenir et ses choix.
Des débats fort édifiants se sont déroulés toutes ces années dont les conclusions méritent d’être prises en compte lors des travaux qui s’annoncent. Les Assises de la Décentralisation, les Assises Nationales sur le Nord ont été autant de moments d’incubation et de résultats qui doivent être versés au débat.
Il ne peut donc s’agir d’enfoncer des portes ouvertes et votre long parcours, Madame et messieurs du Triumvirat, nous aidera à circonscrire les pièges de l’enlisement et de l’irréalisme.
Ma confiance en vous est totale. Le Mali compte sur vous. Et le Mali a raison de compter sur vous.
Bonne chance. Bonne mission. Bonne moisson

Vive le Mali uni et indivisible, Qu’Allah bénisse le Mali !

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Bravo keletigui
    Grand chasseurs d’hommes
    Oh! très chère ennemi de tous les maliens
    Nous avons assez écouter tes montangnes de critiques
    Toi qui ne vien jamais avec une solution, mai!,qui cherche tous les jours à nous plongé dans des problèmes
    Mon cher grand ennemi ayer pitié de nous maintenant.
    Ne fait plus aucun montage pour détruire ce bon stratégie
    Mercie que ta vie soit court enfin que le soit sauvé

  2. Un Discours, un beau discours, encore un autre, sûrement le 423 ème.
    A la lecture, on sent le soucis maladif du choix des mots et des tournures. Une préciosité qui force l’admiration.
    Background, SMART et autres expressions recherchée abondent.
    Les 85% des Maliens illettrés apprécieront.
    Ils vont se hâter d’applaudir des deux mains.
    Ils dormiront le ventre vide mais l’oreille bercée de la symphonie poétique de la langue de Molière.
    Que voulez-vous, on ne peut pas tout avoir.
    Mais c’est qui ce Molière ?
    Un beau parleur du pays lointain des visages pâles.
    Soundiata Keïta, Babemba, Da-Monzon étaient peut être des muets qui s’exprimaient en langage des signes.

    Dans son emportement, l’auteur attribue à DEMBA DIALLO l’expression
    ” jeter le bébé avec l’eau du bain” sans l’ombre d’un doute.
    Le Chef répète sans hésitation.
    Sûrement un moment d’égarement.
    Nous sommes peut être parmis les derniers du monde en terme de développement humain, mais qu’est ce qu’on s’amuse avec nos beaux discours flamboyant….On va finir par en manger un jour.
    Merci Koulouba.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here