Mali: qu’est devenu le journaliste Birama Touré, disparu il y a un an?

4

Le journaliste malien Birama Touré a disparu il y a un an jour pour jour à Bamako. Ses confrères ont demandé ce dimanche 29 janvier que l’enquête s’accélère.

La dernière personne qui l’a vu, sa fiancée, affirme que Birama Touté se déplaçait à moto, vers le domicile d’un parent à Bamako, selon l’enquête de la gendarmerie. Depuis, plus de nouvelles. Différentes associations de journalistes se sont tout de suite mobilisées. Le ministre de la Communication de l’époque les reçoit et affirme que le gouvernement est aussi mobilisé pour que la vérité éclate.

La justice est saisie. Le procureur de la République près le tribunal de la commune IV de Bamako diligente une enquête. Un jour, un corps est découvert à Kati, à 15 km de la capitale, mais ce n’est pas celui de notre confrère. A-t-il fugué, a-t-il été assassiné, est-il séquestré quelque part ? L’enquête n’a toujours pas abouti.

Birama Touré était un homme sans histoire, ses écrits ne dérangeaient pas vraiment. En revanche Le Sphinx, journal pour lequel il travaillait, posait des soucis à plusieurs personnes. Publications de scoops, plumes au vitriol, chaque semaine, cet hebdomadaire malien d’investigation se vend comme des petits pains. Adama Dramé, diretceur de la publication, demande que « toute la lumière soit faite ». « On a peut-être voulu lui soutirer des infos qu’il ne détient pas malheureusement. »

Qu’est-il arrivé à Birama Touré ? Un an après sa disparition, ses confrères se posent toujours la question. Ils se sont réunis symboliquement pour avoir une pensée pour lui, et pour demander à la justice et aux autorités de faire la lumière sur l’affaire. « Ce qui nous gêne, c’est que l’on ne sent plus le zèle chez les autorités. Tout porte à croire que l’enquête est abandonnée. C’est pour cela que l’on ne veut vraiment pas qu’on l’oublie », explique Alexis Kalambry, journaliste et vice-président de la Maison de la presse.

Par RFI Publié le 29-01-2017

4 COMMENTAIRES

  1. Birama TOURE est dans un grand complot qui implique beaucoup de personnalités de ce pays; dans de tel cas les pistes sont toujours brouillées sans équivoque. Mais, mais, mais la vérité finie toujours par triompher, certes que les morts ne parleront plus jamais, mais leur âme reste éternelle. Nos prières pourraient délier des langues ou donner des indices capables d’aller vers les présumés coupables de ce crime odieux. Les journalistes doivent faire front uni pour démasquer les coupables et les complice de ce crime abominable, indigne des humains.

  2. Ce n’est pas l’heure de faire des hypothèses.
    Ce qui est bizarre, il suffit que quelqu’un pète aujourd’hui à Koulouba pour qu’on apprend ça le lendemain dans les journaux. Mais là, c’est la vie de votre confrère qui est en jeu. Et vous êtes incapables de donner la moindre information crédible ou qui puisse soulager les gens…….Votre crédibilité est en jeu dans cette affaire.

  3. Un journaliste qui disparaît depuis Un An ??
    Mais nous sommes dans quel pays ?
    Et pendant ce temps, nos autorités paradent partout en parlant de démocratie de droits et justice. Qu’est ce que le nouveau ministre de la justice a entamé pour ce dossier ?
    Imagine-t-on un peu la douleur des proches de ce garçon qui disparaît tranquillement sans suite ?
    Est ce que si Karim Kéita avait disparu cela se passerait dans ce silence ?
    ALLAHOU AKBAR
    C’est grave

Comments are closed.