Collectif des associations musulmanes : Marche avortée, meeting sous tension

0

Pour montrer leur ras-le-bol face à la crise scolaire, le Collectif des associations musulmanes, sous la houlette de Mohamed Kimbiry, a organisé un meeting sur la terrasse de la Bourse du Travail, le vendredi 22 mars dans l’après-midi. Des enseignants, jeunes politiques et autres couches incontrôlables qui s’étaient plutôt mobilisés pour, disent-ils, prendre part  à une marche, ont exprimé leur déception voire leur colère. Empêchés par le dispositif sécuritaire mis en place de battre le pavé, ils se sont retournés contre Mohamed Kimbiry.

C’était la confusion vendredi dernier dans l’après-midi, devant la Bourse du Travail! Pendant que certains étaient prêts à marcher, d’autres s’attendaient à un meeting suivi de déclaration. « Nous ne sommes pas d’accord, nous allons marcher, on s’en fout de votre déclaration et de votre morale », lançait la foule. Mais par respect pour certains imams, qui ont demandé de sursoir à la marche au profit d’un meeting, c’est cette option qui a été prise selon Kimbiry, s’attirant du coup l’ire de la foule.

Dans une déclaration qu’on entendait à peine à cause des frondeurs, Mohamed Kimbiry a lancé un appel aux autorités du Mali pour trouver sans délai, une solution afin que les enfants retrouvent le chemin de l’école. Pour lui, l’éducation est le socle du développement de toutes les nations. Mais, depuis des années, les autorités maliennes sont en train de fouler notre système éducatif aux pieds. « Toute chose que le collectif des associations musulmanes ne peut laisser passer », ajoute-t-il.

C’était le tohu-bohu à la Bourse du Travail. Dans la foule, certains parlaient d’école et d’autres d’une marche pour faire partir le Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga.

De quels collectifs des associations musulmanes parle-t-il ?

La déclaration faite par Mohamed Kimbiry a été faite au nom du Collectif des associations musulmanes. Pourtant, il n’a pas daigné donner la liste de ces associations à la fin de sa déclaration. Au même moment, le prêcheur Chouala Bayaya Haïdara, président d’une association musulmane, recevait un regroupement dans sa famille, non loin de la Bourse du Travail. El Hadj Macky Ba, Bandiougou Doumbia et d’autres présidents d’associations n’étaient pas non plus sur place. Aussi, certains se posaient la question de savoir pourquoi Mahmoud Dicko n’était pas venu. C’était la confusion, le découragement et la déception chez les manifestants, surtout ceux qui étaient là pour la marche.

Un jeune s’en prend aux forces de l’ordre

Dans la foule certains voulaient que ça dégénère. C’est le cas de ce jeune homme qui est sorti de la foule, appelant les autres à le suivre. Il a été stoppé dans son élan par une colonne des forces de l’ordre qui avait bloqué la sortie vers le Monument de l’Indépendance. Du coup, il s’est mis à provoquer les agents. « Que celui qui est homme  me rejoigne ! Je suis prêt à vous affronter et je vais vous battre. Je n’ai peur de personne, je suis ceinture noire quatrième dan et ce n’est pas du bluff ». lançait-il à l’endroit des forces de l’ordre qui n’ont pas réagi à la provocation.

Drissa Togola

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here