Centre de détention de Bollé : Oumousouleym vient en aide aux femmes détenues

1

L’association Oumousouleym n’est pas sa première action de ce genre à l’endroit des personnes en difficulté. Depuis le début du mois de Ramadan, elle s’est donnée les moyens pour venir en aide aux personnes démunies ou en difficulté afin qu’elles puissent rompre leur jeûne dans de meilleures conditions. Et c’est cette largesse qui l’a conduite à Bollé le lendemain de la fête de Ramadan.

 

La présidente de ladite association, Mme Tamboura Kadidja Diarra, explique que cet acte de bienfaisance qui a eu lieu tout au long du mois de Ramadan en ces termes : «Nous avons bien fêté avec la grâce d’Allah et il est bien normal qu’on pense aussi à nos frères et sœurs qui sont dans les lieux de détention. Certains sont abandonnés par leurs parents et sont à la charge des autorités de détention. Il ne faudrait pas s’attendre à ce qu’ils aient à manger tous les jours, puisqu’elles aussi en manquent. Alors, dans notre joie, nous devons comprendre que certains sont dans le besoin crucial de nourriture et l’Islam nous enseigne le partage».

 

Pour Dramane Sidibé, adjoint à la directrice du Centre de détention de Bollé, communément appelé «Bollé Femmes», ce geste est très réconfortant. «Ces détenues, dont nous avons la charge dans ce Centre, sont souvent confrontées à certaines difficultés. De ce fait, elles ont vraiment besoin de l’aide des autres. Depuis le début du Ramadan, des associations humanitaires n’ont cessé de leur venir en aide et aujourd’hui, c’est l’association Oumousouleym, en collaboration avec la Radio Niéta, qui, encore une fois de plus, nous émerveille avec la prière collective, la sensibilisation sur les rapports humains entre détenues et la foi en Dieu, sans oublier cette quantité importante de riz au gras bien garnis pour les détenues. Vous savez, certains de ces détenues sont abandonnées par leurs parents ou viennent rarement avec de quoi manger. Il faut reconnaître aussi que certaines d’entre elles n’ont pas de parents ici à Bamako et sont à notre charge. Et si au lendemain de la fête de Ramadan, votre geste leur a permis de comprendre que des gens pensent à elles, nous ne pouvons que vous remercier», a-t-il lancé à l’endroit de l’association Oumousouleym.

 

Il est à noter par ailleurs que les détenues n’ont pas manqué de manifester toute leur reconnaissance à leur bienfaitrice. «Venir nous rendre visite, même avec les mains vides, nous fait beaucoup plaisir, à plus forte raison, nous faire profiter de la fête, c’est une marque de soutien. De même que la prière collective et la sensibilisation. Je pense qu’elles nous aideront beaucoup dans notre quotidien, en attendant que nous ayons de jours meilleurs», a plaidé une détenue. Et à une autre détenue d’enchaîner : «La prière, dans notre situation actuelle, est très importante. Le message de foi en Dieu et de bonne conduite entre personnes amenées à passer un temps ensemble en détention, nous a beaucoup édifiées. Je vous remercie d’avoir pensé à nous en ces moments de partage comme l’enseigne l’Islam».

 

Cependant, une troisième intervenante, tout en se disant très touchée par ce geste de l’association Oumousouleym, n’a pas manqué de nous confier qu’elle a passé plus d’une année sans jugement. Ce qui est, dit-elle, regrettable.

 

Gabriel TIENOU/Stagiaire

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

Comments are closed.