Forum national sur les outils de prévention et de gestion des crises alimentaires et nutritionnelles au Mali Les participants à la recherche d’outils de réponse adaptés pour faire face aux nouveaux défis

0

C’est aujourd’hui, vendredi 22 janvier, que les rideaux vont tomber sur les travaux du Forum national sur les outils de prévention et de gestion des crises alimentaires et nutritionnelles au Mali. Les travaux ont débuté depuis le lundi 18 janvier au Centre international des conférences de Bamako.  A travers ces assises, les participants cherchent à faire doter notre pays d’un dispositif national de sécurité alimentaire plus souple et flexible, à même de répondre à la complexité des situations d’insécurité alimentaire et nutritionnelle.

C’est le Premier ministre chef du gouvernement, Modibo Keïta, qui a présidé la cérémonie d’ouverture des travaux. Il avait pour la circonstance à ses côtés plusieurs membres du gouvernement et des partenaires techniques et financiers. Dans son adresse aux participants, le chef du gouvernement a rappelé qu’au cours des dernières années, les changements intervenus dans la carte de l’Insécurité alimentaire et nutritionnelle au Mali  imposent de nouveaux défis à relever. Car selon lui, en plus du milieu rural, cette carte couvre de plus en plus le milieu urbain, nécessitant des réformes appropriées au sein de notre dispositif national de sécurité alimentaire. “Comme je l’ai annoncé dans la Déclaration de politique générale du gouvernement, je voudrais particulièrement insister sur la nécessité de renforcer les outils de notre dispositif de sécurité alimentaire dans le cadre du processus actuel des réformes en cours, qui malgré les difficultés et l’ampleur des crises alimentaires, ont donné des résultats satisfaisants ” a souligné le chef du gouvernement.

Tout en saluant les efforts fournis   à travers la progression de la production agricole et la stabilité relative des marchés pour une meilleure accessibilité des denrées alimentaires aux couches les plus défavorisées, le Premier ministre a par ailleurs rappelé que l’évolution des causes sous-jacentes des crises alimentaires et nutritionnelles cycliques, fait apparaître de nouveaux enjeux et défis liés à l’amélioration des méthodes d’intervention des réponses d’atténuation consenties par l’Etat et ses Partenaires. “Ce qui me fait dire qu’en dépit de ces importants acquis, le combat contre la faim et la malnutrition est à poursuivre… “ a constaté le chef du  gouvernement, avant de rappeler les différents efforts fournis par l’Etat dans le secteur.

Intervenant de son côté, le Chargé d’affaires de l’Union européenne au Mali, Andrzej Bielecki, a soutenu que la sécurité alimentaire fait partie de leur préoccupation dans notre pays. A cet égard, il a précisé que le développement rural au Mali bénéficie d’un appui de 65 milliards de Fcfa pour la période 2014-2020. Il a aussi soutenu que l’UE  est aussi engagée dans beaucoup de programmes comme l’Alliance globale pour la résilience (Agir) et a renouvelé son accompagnement à travers la prévision d’un budget de 16 milliards de Fcfa pour la mise en œuvre des reformes des recommandations du secteur.

Quant à la représentante de la Fao, Fatima Seïd, tout en félicitant le Commissariat à la sécurité alimentaire pour le démarrage  effectif du processus d’élaboration de la sécurité alimentaire, elle a rassuré du soutien des PTF dans l’accompagnement de notre pays pour la concrétisation de cette initiative.                                                   K. THERA

PARTAGER