Banque de l''Habitat du Mali (bhm-sa) :rnEnfin le bout du tunnel ?

0

 On relève également, dans le document en question, que la  restructuration de la BHM suit son cours  et que la mise en œuvre du plan d”actions  se déroule normalement avec des résultats tangibles. "En effet, la BHM a retrouvé une trésorerie confortable (6,4 milliards de FCFA en octobre 2007) et le remboursement  du prêt  interbancaire  qu”elle a contracté en 2006 se déroule selon l”échéancier établi. Les déposants ont accès  à leurs dépôts et les restrictions sur les retraits ont été à toutes fins pratiques levées. Par ailleurs,  la confiance des déposants se restaure graduellement. Elle se matérialise par la diminution des demandes de retrait et le retour aux niveaux antérieurs des dépôts des Maliens de l”extérieur ; le manuel de procédures été finalisé  et a été validé par la BHM et la banque a repris des activités d”octroi de crédits, orientées, pour le moment, vers des financements à court terme" précise l”aide-mémoire.

rn

L’optimisme de la Banque Mondiale est, par ailleurs, sous-tendu,  tel qu”il ressort de l”aide-mémoire, dressé à l”issue de la mission, par le fait que les déposants  ont accès à leurs dépôts et que de nouveaux crédits à l”habitat sont accordés. L”Etat, soit dit en passant, a cédé une part importante de sa participation au capital à des privés.

rn

rn

 

rn

rn

Les auditeurs de la Banque Mondiale n”ont pas, cependant, manqué de souligner l”existence de deux difficultés qui devraient être surmontées pour que la restructuration de la BHM soit complète. Il s”agit du recouvrement des créances en souffrance et de la relance effective des activités de prêts immobiliers. S”agissant du premier point, à la demande de la Commission bancaire, la BHM a constitué  des provisions  complémentaires sur créance en souffrance de 22 milliards de FCFA, rendant à nouveau sa valeur négative. La valeur nette négative  ne pourra être résorbée que par des reprises de provisions suite aux recouvrements.

rn

rn

Dans le cadre du plan de restauration, poursuit le document de la Banque Mondiale, la BHM déploie des efforts importants pour accélérer le recouvrement de ses créances dues par les principaux débiteurs et les promoteurs immobiliers. Par ailleurs, les autorités  ont adopté  en Conseil des ministres, le 25 juillet 2007, un projet  de loi donnant à la BHM un privilège général pour le recouvrement de ses créances. Ce projet de loi a été soumis à l”Assemblée nationale pour examen et adoption lors de sa session en cours. Ce soutien affiché des autorités (qui du reste ont procédé  en octobre 2005 à la recapitalisation de la BHM pour 16 milliards de FCFA) a déjà des répercussions positives pour le dénouement à l”amiable des protocoles que la Banque a signés avec les débiteurs. Des négociations  et des actions devant les tribunaux sont en cours  et la BHM est confiante de pouvoir  recouvrer, principalement sous forme de dation en paiement, près de 20 milliards de FCFA au cours des six prochains mois.

rn

rn

L”aide-mémoire de la Banque Mondiale souligne que la relance des activités de crédits immobiliers par la BHM nécessite la disponibilité de ressources longues. La Banque a, certes, repris ses activités  de crédit, mais  en se focalisant sur les prêts au petit équipement et sur le crédits immobiliers par la conversion des prêts promoteurs en prêts acquéreurs. La BHM devrait réactiver le reliquat de la ligne de crédit  mobilisable auprès de la BOAD (1,5 milliard de FCFA) d”autant plus qu”elle respecte les échéanciers  de remboursement sur la part déjà mobilisée.

rn

rn

La mission considère que, pour l”essentiel, le repère concernant la BHM a été satisfait. La BHM a été recapitalisée en octobre 2005, les déposants ont accès à leurs dépôts et la Banque a repris des activités d”octroi de crédit. Les recouvrements engagés devraient  lui permettre de rehausser ses fonds propres au niveau  réglementaire.

rn

L”objectif de cette mission de supervision était d”évaluer les progrès  accomplis dans la mise en œuvre du PDSF depuis la dernière mission de supervision de décembre 2006. Cette évaluation est faite sur la base  des éléments constituant les résultats et repères devant guider la mise en œuvre du Projet d”avril 2006 à avril 2008, de discuter avec les autorités et les institutions financières les activités  à mettre en œuvre d”ici  à la clôture du Projet prévue pour le 30 avril 2008, de discuter avec les autorités et les institutions financières de la situation du secteur financier afin de définir les défis futurs et dégager des orientations stratégiques pour le secteur financier dans le cadre de la stratégie du secteur financier pour la période 2008-2011.

rn

Yaya SIDIBE

Commentaires via Facebook :