A propos des relations Maliano-Marocaines dans le processus de paix : « Nous avons les meilleures relations avec le Royaume du Maroc… », dixit le Premier ministre Modibo Keita

0
Le président  Ibrahim Boubacar Keïta
uNE coopération fructueuse entre le roi du Maroc, Mohammed VI, et le président malien, IBK ?
REUTERS/

Selon le PM, le Mali a les meilleures relations avec le Maroc. Contrairement à une idée largement répandue qui faisait croire que c’est le Maroc qui est derrière le refus de la Coordination des Mouvements de l’Azawad de parapher l’accord d’Alger.

En effet, après l’annonce du paraphe de l’accord d’Alger par certains groupes armés, le Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) avec à leur tête, les rebelles du MNLA, avait émis des réserves concernant le paraphe de cet accord, pour disent-ils, aller consulter leur base. Une base qui n’existe pourtant que dans leur rêve, car durant près d’un mois, ceux-ci se sont confinés à faire de la propagande qu’à Kidal et dans ses alentours immédiats, sans oser se rendre dans les autres régions qu’ils prennent en compte dans leur « Azawad » imaginaire. Il s’agit des régions de Gao, Tombouctou et une partie de la région de Mopti où les populations les attendaient de pied ferme. Mieux, celles-ci ont organisé des rassemblements populaires, des marches pacifiques pour exprimer leur totale adhésion à cet accord. Mais aussi, leur soutien indéfectible au gouvernement et à l’intégrité territoriale du Mali, sa laïcité et sa forme républicaine.

Quelques temps, après, ces rebelles annoncent que leur base s’est opposée fermement à la signature de cet accord. Une situation qui a certainement irrité la communauté internationale qui a décidé de taper du poing sur la table pour mettre fin à la tergiversation des groupes rebelles de la CMA.. Celle-ci a fixé la signature de l’accord définitif de paix au 15 mai prochain tout en brandissant des sanctions contre ceux qui refuseraient de signer cet accord. Une décision qui va certainement mettre fin à la comédie de la CMA.

Cela intervient alors que le royaume du Maroc se trouvait accusé d’être derrière cette prise de position osée des groupes armés qui avaient décidé de défier le gouvernement du Mali et la médiation internationale sous la houlette de l’Algérie.

Sur la question, un expert en questions sécuritaires et en lutte antiterrorisme se serait même prononcé en accusant le Maroc d’être derrière l’attitude de la CMA et du MNLA. Toute chose qu’il explique par la visite que les responsables du MNLA y ont effectuée il y a quelques temps au Maroc. Visite lors de laquelle, des promesses leur auraient été faites par le royaume chérifien.

Lors de la concertation entre le Premier ministre et les forces vives de la nation, hier jeudi 23 avril, dans la salle de réunion de la Primature, la question concernant le soutien du Royaume chérifien à la CMA a été posée au ministre des Affaires Etrangères Abdoulaye Diop.

A sa place, c’est le Premier ministre Modibo Keita qui a décidé de répondre à cette question pour clore ce débat. Selon lui,  « nous avons les meilleures relations avec le Royaume du Maroc… ». Mieux, souligne-t-il, le gouvernement a reçu du Maroc, la disposition de ce pays à aider le Mali dans son processus de paix qui doit se terminer par la signature d’un accord inter-Maliens le 15 mai prochain.

« Il n’y a pas l’ombre d’un quelconque conflit entre le Mali et le Maroc », a martelé le Premier ministre Modibo Keita.

Et le ministre Abdoulaye Diop d’ajouter que la médiation internationale a demandé que l’accord soit signé à Bamako. Aussi, que c’est la médiation qui endosse ce processus et se fait le devoir de sanctionner les contrevenants. Et de promettre qu’une cérémonie sera organisée à cet effet à laquelle seront conviées toutes les parties au processus de paix, les forces vives de la nation.

  1. Diama

Commentaires via Facebook :

PARTAGER