Université de Bamako : La coordination de l’AEEM nie en bloc son implication dans l’assassinat de l’étudiant Souleymane Diarra

    10

    L’université de Bamako réputée, pour la violence inter-étudiant pour des luttes de positionnement au sein des comités l’Association des élèves et étudiants du Mali, vient de connaître une nouvelle tragédie. Il s’agit du décès de l’étudiant en première année d’Histoire et géographie, Souleymane Diarra, lors d’un énième affrontement entre deux clans d’étudiants opposés.

    maliweb.net Le secrétaire général de l’AEEM a annoncé, lors d’une conférence de presse en fin de semaine, qui cet assassinat n’est lié à aucune activité de l’association qu’il dirige. « L’AEEM n’est impliquée ni de loin ni de près dans la mort de Souleymane Diarra. Contrairement à ce que dit sur les réseaux sociaux, depuis deux ans, nous nous sommes engagés à combattre la violence dans l’espace universitaire. Et en retour, nous essayons de promouvoir la formation qui est la vocation première de l’AEEM », a répondu Moussa Niangaly à ses détracteurs sur la toile. Le premier responsable des étudiants du Mali a condamné ce crime odieux, avant de demander aux autorités l’ouverture d’une enquête pour faire la lumière sur la mort de leur camarade de la Faculté d’Histoire et Géographie. « l’AEEM ne va protéger personne dans cette affaire », a prévenu le conférencier, qui ajoute que cette nouvelle faculté n’a même pas encore un comité de l’AEEM à plus forte raison organisée une activité en son nom.

    Quid des circonstances de l’assassinant du malheureux étudiant, Moussa Niangaly de rétorquer que les affrontements seraient éclatés entre deux étudiants qui, selon ses sources, appartiennent à deux clans différents. Notre interlocuteur de déplorer, une fois de plus, l’insécurité dans l’espace universitaire. « N’importe qui peut venir commettre n’importe quoi à la colline du savoir sans se soucier des représailles. Nous avons maintes fois alerté les autorités sur la nécessité de sécuriser les étudiants sans réponse », a indiqué le coordinateur de l’AEEM, qui annone qu’une enquête policière a permis déjà d’arrêter trois suspects en dehors du campus universitaire. Et de préciser qu’aucune fouille n’a permis de saisir des armes blanches ou de pistolets dans le campus contrairement aux informations répandues sur les réseaux sociaux. Moussa Niangaly se dit déterminé à faire la lumière sur cette affaire pour prouver à l’opinion nationale que les activités au sein de l’AEEM ne sont pas synonymes à la violence.

    Siaka DIAMOUTENE/Maliweb.net

    Commentaires via Facebook :

    10 COMMENTAIRES

    1. Je suis entièrement d’accord avec Mali chez nous la FHG n’est pas une nouvelle faculté Si ne metrisse pas l’université. Pour être membre de L’AEEM il faut être le responsable d’une classe, ces en désignant un responsable qu’il y a eu mort d’homme. Comment L’AEEM n’est pas responsable de cette situation. C’est les petits soldats qui ce sont tué.

    2. Pkagame: le gansterisme estudiantin dans nos campus: un autre mal parmi les 1000 maux du Mali

      Bamanaw ko: “fali ni kourouni te sé ka yelama ka kè sô yé abadan!” ces leader incapables… flocons sans-conviction ne peuvent jamais changer quoi que ce soit dans cette situation de terreur dans nos universités face aux gangsters d’extorsion qui y campent leurs réseaux. L’État doit intervenir avec un iron fist!!! Sion ça sera trop tard. C’est inadmissible de maintenir ce terrorisme dans nos universités. Mort a ces mafieux gangsters brigands !

    3. Bamanaw ko: “fali ni kourouni te sé ka yelama ka sô yé abadan!” ces leader incapables… flocons sans-conviction ne peuvent jamais changer quoi que ce soit dans cette situation de terreur dans nos universités aux gangsters d’extorsion qui y campent leurs réseaux. L’État doit intervenir avec un iron fist!!! Sion ça sera trop tard. C’est inadmissible de maintenir ce terrorisme dans nos universités. Mort a ces mafieux gangsters brigands !

    4. Pkagame: le gansterisme estudiantin dans nos campus: un autre mal parmi les 1000 maux du Mali

      Ils n’ont pas honte. Apparemment ces SGs n’ont assez de cerveau ni de courage pour organiser la fin du gangstérisme estudiantin dans nos universités. Je pense que l’État doit intervenir avec un “iron fist” en limogeant tous les administrateurs et staff des facultés impliquées. Ce sont des mafieux qui maintiennent ces extorsions et violences dans nos universités….. il faut les chasser tous!

    5. JE NE SAIS PAS SI C’EST LE S G DE L’AEEM QUI NE COMPREND PAS FRANÇAIS OU ALORS SI C’EST LE JOURNALISTE QUI EST UN CANCRE.

      A MOINS QU’IL ESSAIE DE FAIRE VOIR LES LACUNES DU PREMIER.

      EN TOUT CAS LA LECTURE DE CE TEXTE FAIT HONTE.

    6. Actuellement, dans nos Facultés dès qu’il y a question de clans, croyez ou non l’AEEM y est impliquée. Même si les suspects arrêtés viennent de la ville ou d’un autre pays, cela ne blanchit en rien l’AEEM, en ce sens que les membres de cette organisation criminelle ont l’habitude de s’associer avec d’autres collègues criminels hors des universités pour venir s’attaquer à leur adversaires dans les milieux universitaires. Monsieur Niangaly dit que cette nouvelle Faculté n’a pas encore un comité AEEM. Je comprends que cette Faculté est une émanation de la FLASH, où l’AEEM règnait déjà avec les pistolets, les manchettes, les couteaux et autres intimidations. Donc dire que la Faculté est nouvelle pour prouver l’absence de l’AEEM n’a aucun sens.
      Concernant les fouilles que les policiers auraient effectué dans les locaux de l’AEEM, ç’aurait été plutôt une surprise que les policiers retrouvent encore des armes sur place après que tout le monde soit alerté par cet événement tragique. Les criminels de l’AEEM ont eu tout le temps nécessaire pour dissimuler leurs armes.
      Si une enquête crédible est menée, nous en saurons davantage…
      Impossible de redresser l’école Malienne avec l’AEEM dans sa forme actuelle. Je pense qu’il faut tout simplement dissoudre cette organisation corrompue et criminelle. Elle ne sert plus à aucun intérêt pour les étudiants, encore moins les élèves.

    7. L’investigation nous dira comment, qui et pourquoi le crime a ete’ commis sur LA COLLINE DES CRIMES!!!!

    REPONDRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here