Col-major Salif Traoré, ministre de la sécurité intérieure et de la protection civile : « Nous sommes là pour sécuriser la population »

0
Reforme du secteur de la sécurité : Le langage de vérité du ministre Salif Traoré
Le ministre de la Sécurité, le General Salif Traoré

Lors de sa première rencontre avec les journalistes, depuis sa nomination à la tête du département de la sécurité intérieure et de la protection civile, le Colonel- Major Salif Traoré s’est prêté à nos questions.

Le Pouce : Qu’est ce qui sous tend cette conférence avec l’ensemble de la presse ?

Col- Major Salif Traoré : « La presse est un élément incontournable pour une bonne sensibilisation de la population. Nous nous sommes dits  dès le début de notre mandat, qu’il faut se mettre en rapport avec la presse afin de créer un partenariat sain. Il fallait que les populations comprennent notre vision. Nous sommes aujourd’hui à la tête d’un département sensible. Par cette conférence, j’ai voulu dire à l’ensemble de la presse nationale et internationale que nos portes sont ouvertes. Il est important que la presse puisse facilement avoir accès à l’information utile à temps. Il n’est pas question d’amadouer la presse ou de lui faire dire ce qu’on veut. Il s’agit de les faciliter l’accès aux informations, de lui dire les faits : après chacun est libre d’aller au fond des données. Nous avons parlé avec la presse, de la politique de sécurité à moyen et à long terme. A long terme, nous avons dit que c’est à travers la reforme du secteur de la sécurité qui est en cours, que l’objectif essentiel sera de faire en sorte que la population malienne puisse favorablement participer aux actions de sécurité. Les forces de sécurité ne sont pas seulement la police, il ya la gendarmerie, la garde nationale. Nous sommes entrain de travailler à cela. Vous avez pu le constater, nous nous sommes d’abord attaqués à ce qui nous parait être facile à gérer, notamment le problème de passeport. Nous allons maintenant nous attaquer aux problèmes de carte d’identité. En ce qui concerne les moyens dont les forces ont besoin, la réorganisation, le changement d’attitude et de mentalité, cela va forcement prendre du temps. Cela ne peut réussir sans une bonne prise de conscience au niveau de la population elle-même. Elle doit, dès maintenant comprendre que tout ce qui va se passer, est fait pour elle-même et en son nom. Il faut être indulgent, vigilant et surtout collaborer avec les forces de l’ordre ».

Le Pouce : Est-ce à dire que vous êtes au travail pour créer la confiance entre le ministère de la sécurité et la population ?

Col-Major Salif Traoré : « Exactement. L’objectif final que nous recherchons, c’est que la population soit satisfaite de ce que nous faisons. C’est un objectif ambitieux. Cela passe par une prise de conscience de la population des défis sécuritaires. Aussi, cela passe par le changement de niveau de nos forces de sécurité. De même, nous, en tant qu’autorité, que nous mettions le minimum de moyen à la disposition des forces de sécurité pour qu’elles puissent faire le travail. Je pense que quand on aura des forces professionnelles bien équipées, bien entrainées et bien structurées, il y aura peu de raisons que la population ne soit pas satisfaite de ces forces de sécurité ».

Le Pouce : Un message à l’endroit de la population ?

Col-Major Salif Traoré : « Encore une fois, tout ce que nous avons fait, tout ce que nous faisons, c’est pour la population. Nous sommes là pour sécuriser la population et on ne peut pas le faire sans elle. Nous demandons l’indulgence, quand il ya souvent des défaillances, des incompréhensions. Nos portes sont ouvertes pour recevoir toutes les réclamations et pour toute dénonciation. Nous devons faire en sorte qu’on ne tourne pas dos  à nos forces de sécurité, car personne ne sera là pour sécuriser la population ».

 

Entretien réalisé par Tiémoko Traoré 

PARTAGER