Prise d’otages à l’hôtel Radisson Blu : 21 morts, 7 blessés : Le film d’un vendredi cauchemardesque !

La journée du vendredi 20 novembre 2015 a été très longue et cauchemardesque à Bamako. Des commandos(04) armés ont fait irruption à l’hôtel Radisson Blu(sis à l’Aci 2000) avant de prendre en otage 170 personnes. L’assaut final qui a été donné par les forces spéciales maliennes en partenariat avec les forces françaises, américaines et de la Minusma, a pris fin aux environs de 16 heures, soit plus de 6heures d’interventions. On déplore 21 morts dont 2 terroristes et 07 blessés.

0

 

Rappel des faits.

Au environ de 6h30 minutes, des commandos terroristes, à bord d’un véhicule d’immatriculation diplomatique selon certaines sources et d’autres à bord d’un taxi, font irruption à l’hôtel Radisson Blu (sis à l’Aci 2000) où se trouvaient 170 personnes de nationalités diverses dont 140 clients et 30 employés. Ils tirent sur les vigiles de l’hôtel avant de prendre en otage les occupants de l’hôtel tout en criant Allahou Akbar ! Allahou akbar. Selon des témoignes, ils ont demandé à certains occupants de réciter des versets du saint coran.seule condition de leur libération.  Alertés, les éléments des forces de sécurité et de défense sont arrivés aussitôt sur place et rapidement ils ont formé un cordon de sécurité tout au long de l’hôtel. Entre temps, certains clients et des employés de l’hôtel ont pu sortir sains et saufs, parmi eux des membres de l’équipage d’Air-France (12) et 06 américains.

A 10h, l’assaut est donné par les forces spéciales maliennes en partenariat avec les forces françaises, américaines et de la Minusma.

Aux environs de 11h30, le ministre de la sécurité et de la protection civile, Salif Traoré, après une réunion d’urgence dans son cabinet avec la hiérarchie militaire, fait un point de la situation. Bilan :03 morts, des blessés (dont 02 parmi les forces spéciales maliennes) sont conduits à l’hôpital Gabriel Touré, et une trentaine d’otages libérés. Pas d’information sur l’identité des terroristes, l’  assaut étant toujours en cours. Le ministre de la sécurité et de la Protection civile appelle cependant au calme. Même appel au calme lancé à la Primature, à l’issue d’une réunion d’urgence présidée par le Premier ministre, Modibo Kéïta, sur la situation. Au même moment, le ministre de la Santé, Marie Madeleine Togo, s’est rendu à l’hôpital Gabriel Touré au chevet des premiers blessés transportés sur place.

Depuis Djamena au Tchad où il se trouvait pour le sommet du G5, le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, suspend sa participation et décide  de se rendre d’urgence au pays pour gérer de près la situation.

Aux environs de 13h, les forces spéciales ont pu libérer plusieurs autres clients et personnels de l’hôtel, environ 80 personnes. Elles sont prises en charge par les éléments de la protection civile au Palais des sports  où les ministres de la sécurité,  de la solidarité, respectivement Salif Traoré et Hamadoun Konaté se sont rendus pour assurer les ex-otages.

Au même moment, il est annoncé la présence d’un véhicule (4×4), couleur blanche, stationné vers l’immeuble Badjélika rempli d’explosif.

L’attaque est revendiquée par le groupe Al mourabitoun de Mouktar Ben Mouktar surnommé ‘’ le borgne’’, un groupe lié à Al-Qaïda qui a aussi fait des opérations avec le MUJAO dans le nord du Mali.

A 16h, le ministre de la sécurité et de la Protection civile, Salif Traoré, fait un 2ème point de la situation, l’assaut final est terminé : Bilan : 21 morts dont 02 terroristes et 07 blessés. Quelque minute plus tard, l’avion du président de la République, IBK, atterrit à l’Aéroport international de Bamako-Senou. Il annonce aussitôt la tenue d’un conseil des ministres extraordinaire sur la situation à Koulouba. Il s’est ensuite adressé à la nation. Adresse au cours de laquelle, il a décrété un deuil national de trois jours (à compter du lundi- aujourd’hui) et l’état d’urgence pour dix jours à compter du vendredi 20 novembre 2015 à partir de minuit.

Agmour

PARTAGER