Procès Gbagbo et Blé Goudé: les temps forts du premier jour à la CPI

0
Procès Gbagbo et Blé Goudé: les temps forts du premier jour à la CPI
L'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo a plaidé non coupable aux accusations de crimes contre l'humanité, au premier jour de son procès devant la CPI, jeudi 28 janvier 2016. © REUTERS/Peter Dejong

A La Haye, la première journée du procès de Laurent Gbagbo devant la CPI a été marquée par une audience solennelle, avec la présentation des charges contre l’ancien président ivoirien, mais également contre son ancien ministre Charles Blé Goudé. Ce procès est aussi celui d’un système élaboré, selon l’accusation, pour maintenir en place un régime coûte que coûte.

Avec nos envoyées spéciales à La Haye,

Tout commence par cette mise en garde de la Cour : pas question de faire de ce procès une tribune politique. « C’est un procès pénal, pas une manifestation politique. Il ne s’agit pas du tout d’un procès à la Côte d’Ivoire ou même au peuple ivoirien, mais à deux personnes accusées de crimes », prévient le président.

Le temps fort de la journée survient une heure plus tard, lorsque Laurent Gbagbo rejette les quatre chefs d’inculpation dressés par la Cour. « M. Gbagbo, plaidez-vous coupable ou non coupable ? », demande-t-on à l’ancien chef d’Etat. « Merci M. le président, je plaide non coupable », répond simplement l’ex-chef d’Etat.

Fatou Bensouda charge Laurent Gbagbo

« Non coupable », même réaction de son co-accusé, Charles Blé Goudé, qui tout au long de l’audience restera de marbre, focalisé sur sa prise de notes face à un acte d’accusation clair, stipulant que l’ex-président et son ministre sont poursuivis pour avoir conçu et exécuté un plan meurtrier destiné à assurer coûte que coûte la survie du régime.

De l’avis de la procureure, Laurent Gbagbo s’est appuyé, pour parvenir à ses fins, sur un « cercle restreint » de proches qui contrôlaient une véritable « organisation » sur le terrain, composée des forces de défense et de sécurité, de milices, de mercenaires et de mouvements de jeunes.

…….Lire la suite sur rfi.fr

SOURCErfi.fr
PARTAGER