–Souleymane Bobo Tounkara, secrétaire général du comité syndical de l’Amap : “Je n’ai pas été surpris par la reconduction de mon bureau, mais très sincèrement, je ne m’attendais pas à une telle mobilisation”

2

“Si tout va bien, la Cité AMAP sera construite avant la fin de notre mandat”
Aujourd’hui – Mali : Le vendredi 13 juillet, vous avez été reconduit à la tête du Comité syndical de l’Agence malienne de presse et de publicité (Amap) pour un nouveau mandat de cinq ans. Quel sentiment vous anime-t-il après cette réélection ?
Souleymane Bobo Tounkara : Je voudrai, tout d’abord, remercier l’ensemble des travailleurs de l’Amap pour cette marque de confiance qui m’a beaucoup touchée. C’est vrai que je n’ai pas été surpris par la reconduction de mon bureau, mais très sincèrement, je ne m’attendais pas à une telle mobilisation autour de ma candidature. Les travailleurs ont décidé à l’unanimité de reconduire notre bureau et il n’y a pas eu une seule fausse note lors de l’Assemblée générale. Les mots me manquent vraiment pour exprimer ma joie et mon bureau fera tout pour ne pas décevoir nos mandants.
Tout le monde ou presque a soutenu votre candidature et il n y a pas eu de liste concurrente, comme c’est souvent le cas lors des assemblées électives. Selon vous, qu’est-ce qui a pesé sur la balance ?
En toute modestie, je pense que c’est le bilan du bureau et la solidarité qui existe entre les travailleurs de l’Amap. Au cours du mandat écoulé, notre bureau a initié des actions, notamment les opérations de prêt bancaire, le pèlerinage à la Mecque et l’achat de parcelles qui ont permis à environ 99% des travailleurs de l’Amap de réaliser des projets personnels. La réalisation et la bonne marche de ces projets ont donné beaucoup de crédibilité au comité syndical et en même temps incité les travailleurs à s’intéresser au syndicat. Je dois dire aussi que depuis notre arrivée à la tête du syndicat, nous mettons beaucoup l’accent sur la communication et la sensibilisation. A chaque fois que nous entreprenons une action, les travailleurs sont informés à toutes les étapes et nous prenons toujours en compte leur avis. Mais tout cela n’aurait peut-être suffi pour asseoir la popularité du bureau si on n’était pas resté fidèle à notre slogan qui dit “un syndicat ne peut pas régler tous les problèmes, mais il a l’obligation de s’intéresser à tous les problèmes”.
Dans le cadre de l’amélioration des conditions de travail des agents, nous avons également obtenu quelques résultats significatifs. Entre autres, on peut citer la signature de l’Accord d’établissement, l’alignement du salaire des contractuels sur celui des fonctionnaires, le paiement mensuel des heures supplémentaires, l’augmentation des primes. Comme le dit l’adage, “le miel ne se dit pas doux”, mais je pense que notre bilan parle de lui-même.
Quelles sont vos relations avec la direction de l’Amap et le département de tutelle, c’est-à-dire le Ministère de l’Economie numérique et de la Communication ?
Elles sont bonnes. Pour moi, un syndicat doit toujours travailler en bonne intelligence avec la direction, parce que les deux sont condamnés à collaborer pour la bonne marche du service. Il peut y avoir des divergences sur certains dossiers, mais avec le dialogue, on peut résoudre beaucoup de problèmes. Nous, nous avons toujours privilégié le dialogue, mais nous n’hésitons pas non plus à hausser le ton quand les intérêts des travailleurs ou du service sont menacés. Un syndicat responsable doit être aussi soucieux de la bonne marche du service qu’un directeur ou un ministre. Loin de moi toute prétention de donner des leçons de morale ou de syndicalisme à qui que ce soit, mais je pense qu’un syndicat n’a pas besoin de brandir, systématiquement, l’arme de la grève pour faire aboutir ses revendications. Le syndicaliste doit savoir qu’il est dans le même bateau que l’administration et qu’il peut se retrouver, un jour, de l’autre côté.
Sous quels signes votre bureau place-t-il ce nouveau mandat ?
Nous plaçons ce nouveau mandat sous le signe du renforcement des acquis. Nous restons fidèles à nos idéaux qui sont l’amélioration constante des conditions de travail des agents et l’épanouissement de l’Amap. Nous avons beaucoup de projets, mais celui qui nous tient à cœur, c’est la construction d’une cité dans la périphérie de Bamako. Nous sommes en discussion très avancée avec une agence immobilière et si tout va bien, la Cité Amap sera construite avant la fin de notre mandat, en 2023.
Votre dernier mot ?
Je voudrai, une fois encore, remercier l’ensemble des travailleurs de l’Amap pour leur confiance et assurer les camarades de la détermination de mon bureau à continuer sur la même lancée. J’aime souvent dire que je ne note pas ce qui a marché, mais plutôt ce qui n’a pas marché. Tout n’est pas rose pour notre bureau et nous devons nous employer à rectifier le tir là où ça n’a pas marché. Aussi, nous devons rester constamment à l’écoute de nos mandants et nous n’avons pas le droit de les décevoir.
Réalisé par A.B. HAÏDARA

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Témoignage Témoignage !! je me nomme Mariam je suis algérienne d’origine mais je vie en France ; mère de 3 enfants. Je vivais avec mon mari avec un grand amour, il est tombé sur le charme d’une jeune fille dans son boulot , mon mari a changé du jour au lendemain , il ne dors plus à la maison , il ma même dit en face qu’il ne veut plus de moi qu’il ne m’aime plus ,je ne fais que pleurer chaque jour , j’ai consultée des marabouts sur le net sans résultat.DIEU merci j’ai parlé de ma situation à un collègue de travail qui m’a donné le contact d’un Grand Maitre au nom de AZE CHANGO,il vit au Bénin dans un petit Village c’est lui qui m’a ramené mon homme très amoureux et nous sommes très heureux,Mon mari est revenu à la maison apres 7jours de travaux magique, son travail est rapide et éfficace,Voici son Contact Télephone: Whatsapp/Viber : 0022966547777
    Allez sur son site Web pour voir tous ces contacts : http://grand-marabout-mediumvoyance-retour-affectif.com/

  2. L’AMAP qui renait de ses cendres après le déluge des frères DRABO.Voici la sele structure à ne pas être audité après les évènements de mars avec la complaisance de ATT et le trafic d’influence de la Famille DRABO. La famille mange mil a tout picoré.L’Essor jusque là n’est bon que pour emballer les galettes du matin. Maintenant que les travailleurs de l’Essor ont accédé à la souverineté mondiale on ne voit rien venir han SOLO BOBO TOUNKARA DE KITA.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here