Focus : Un Accord pour Alger !

1

Voisin encombrant et hégémonique, l’Algérie s’est achetée toutes les allégeances au Mali. Elle a fait la carrière d’hommes politiques nichés au sommet de l’Etat et qui continuent à servir la soupe à un régime qui a décidé de vassaliser notre pays jusqu’à l’indignité avec l’aimable complicité de nos dirigeants. L’accord de paix dit d’Alger 2015 restera, dans cet esprit, comme un moment unique de capitulation nationale face à un “ami” qui ne nous veut pas que du bien et pour qui le bon Mali est un Mali à genoux !

A l’image des accords de Tamanrassett (1990), d’Alger (2006), celui de 2015 était aussi le fruit d’un rapport de force créé par un conflit. A la seule différence que les deux premiers ont été signés par des chefs d’Etat (Moussa Traoré et ATT) qui croyaient comme Otto Von Bismarck qu’un “pays fait la diplomatie de sa géographie ” et que l’Algérie, à défaut d’être un allié, était un partenaire obligé comme nous fûmes utiles à leur cause en son temps.

Cette posture debout face au puissant voisin va se révéler impossible à tenir par IBK. Par choix et par contrainte, à la fois! En juillet 2012, porté par la vague islamo-militaire, le candidat IBK va se livrer, à l’occasion de la fête nationale de l’Algérie, à une violente attaque contre le Président ATT l’accusant de toutes les mauvaises manières à l’égard de ce pays. Bonjour l’élégance ! Dans l’assemblée, il n’y eût pas un chat pour lui souffler à l’oreille que cela s’appelle de la dignité et la défense des intérêts nationaux.

A son tour au pouvoir, le président IBK joindra l’acte à la parole, en donnant un blanc-seing à l’Algérie pour les négociations de 2015 au prétexte que c’est un pays ami qui connaît tout des péripéties de la crise du Nord. Il sera servi par un Accord qui s’avère impossible à appliquer à la pratique et qui porte toutes les germes de la partition du Mali.

La nouvelle donne politique en Algérie, marquée par une rébellion citoyenne, porte une part d’incertitudes pour la région mais elle peut aussi être riche d’opportunités si elle débouche sur le renouvellement d’une classe politique fossilisée, en panne d’idées tant sur le plan politique intérieur qu’en matière de diplomatie régionale.

Mais les vieux apparatchiks du FLN ont de la ressource. Il ne serait pas étonnant qu’en matière de réformes démocratiques, ils fourguent au peuple algérien une Constitution et une Feuille de route aussi alambiquées que l’Accord de paix issu du processus d’Alger de 2015.

Ne faudrait-il pas songer d’ailleurs à leur envoyer notre Comité d’experts mis en place pour faire diversion et qui est traité avec indifférence par la classe politique malienne. A Alger, ils seront d’un précieux concours et nous pourrons enfin et pour une fois faire bénéficier “nos frères et amis” de nos lumières !

Sambou Diarra

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Nous restions certains que cet accord d’Alger a toutes les chances de ne pas faire la paix au Mali, car il a été signé quand le Mali était faible et très faible et le MNLA très fort. Avec cette contrainte, il devient difficile à un état de contrôler l’évolution de la mise en œuvre de ce fameux accord. Les séparatistes mettrons toujours la barre tellement haut que l’état se trouverait toujours humilier face à ses fils rebelles, mais la seule chose qui resterait dans l’histoire c’est le comportement d’un état qui a tout donné un jour à ses enfants rebelles et qui continuent toujours à le ridiculiser devant tout le monde. Les Ifogas touareg croient qu’ils gagneraient plus que ce que l’état malien les propose, mais qu’il cesse de se méprendre, car aujourd’hui le monde entier sait ce qui se passe à Kidal et quelles sont les vraies causes de cette rébellion indéfinie depuis l’indépendance du Mali. Il faut que ces touareg minoritaires savent que chaque bêtise a une fin et la fin de leur bêtise à Kidal tend vers sa fin.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here