Réaménagement (1) : Tréta a été bel et bien chassé

3

Les informations qui indiquent que l’ancien ministre du Développement rural, Bocary Tréta, a quitté le gouvernement pour s’occuper de l’organisation du parti et pour revenir en force au mois de juin prochain sont fausses. Pour preuve : à la passation de service entre lui et son ex-conseiller technique, ancien de l’Office du Niger, Kassoum Dénon, qui hérite du nouveau département de l’Agriculture, il a noté n’avoir été en aucun moment approché par le président de la République pour son départ et que c’est par le biais du chef du gouvernement qu’il a appris sa défenestration.

Ce départ du gouvernement était d’ailleurs prévisible. Au dernier conseil des ministres, une vive altercation l’avait opposée le chef de l’Etat, qui ne goûtait plus sa propension à être coûte que coûte Premier ministre à la place de Modibo Kéita et qui n’avait surtout pas apprécié la sérénade jouée par ses partisans sous ses fenêtres présidentielles à Sébénikoro pour ce faire.

O . D.

 

 

REAMENAGEMENT (2)

Kalfa Sanogo aurait refusé d’être ministre

Après son départ forcé de la Compagnie malienne pour le développement des textiles (CMDT), le chef de l’Etat aurait invité Kalfa Sanogo à être ministre. Cette offre a été déclinée par l’enfant de Sikasso. Ce refus coûtera cher au chef de l’Etat et au parti présidentiel, le RPM, aux prochaines échéances électorales, quand on sait la place prépondérante de la 3e région dans l’électorat.

Le Sénoufo a sorti la Compagnie du gouffre avant d’être payé en monnaies de singe. A son arrivé à la tête de la CMDT, celle-ci ne disposait que de 7 milliards de F CFA. En quelques années de service, M. Sanogo a pu engranger des bénéfices. A son départ, la CMDT comptait dans ses caisses plus de 27 milliards de F CFA.

Les départs de Tréta et de Kalfa Sanogo, qui vont attiser les mécontentements, annoncent le compte à rebours pour IBK. Il a tout intérêt à mettre une croix sur un second mandat à la tête de ce pays, car ses adversaires ont déjà creusé l’écart dans l’estime des Maliens.

O. D.

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Je dirais que ce limogeage n'est autre qu'une mascarade politique pour rien au monde les poissons de la même marigot ne se querelle point donc nous considérons cet incident comme de la mascarade.

  2. tu sera surpris car les maliens savent qu’ils ont fait des malversations et IBK sera réélu sans eux

Comments are closed.