Le président malien n’exclut pas une révision de certaines dispositions de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale

5

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta n’a pas exclu une révision de certaines dispositions de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale (APR) signé en mai et juin 2015 entre l’Etat du Mali et les mouvements armés du nord du pays.

Dans son message à la nation, diffusé à l’occasion du 59e anniversaire de l’indépendance du Mali célébré ce dimanche, il a justifié cette révision par “les obstacles sur lesquels bute la mise en œuvre de l’accord”.

“Malgré les développements récents, des difficultés demeurent et sont inhérentes, pour certaines d’entre elles, à la nature même d’un tel accord et pour d’autres, à l’incompréhension et par moments à l’intransigeance de certains signataires”, a-t-il souligné.

Cependant, le président Keïta a réaffirmé “l’attachement du gouvernement malien à cet accord, quitte à en discuter certaines dispositions, l’essentiel étant d’en conserver l’esprit”.

Il a par ailleurs, annoncé des conférences de développement dans chaque région du pays afin de faire face aux “revendications relatives au développement local et régional”.

Pour le chef de l’Etat malien, ces conférences régionales seront “des Tables Rondes avec la participation active des forces vives de chaque région, des diasporas maliennes, des partenaires de la coopération bilatérale, multilatérale et décentralisée”.

Elles visent ainsi à conforter “l’orientation politique prise depuis les États généraux de la décentralisation et qui place la région au cœur de la nouvelle architecture institutionnelle du pays”.

Pour lui “la demande de bonnes routes est légitime” tout comme l’est le souci d’une meilleure gouvernance des ressources afin que “chaque centime aille au précieux chantier du développement national”.

A cette occasion, le président a lancé un avertissement en faisant allusion aux scènes de violence les 18 et 19 septembre 2019 à Niono (centre) et Tombouctou (nord) : “Le recours à la violence comme moyen de revendication de droits ne saurait prospérer sans mettre en péril le contrat social…”.

“La violence qui tend à devenir un moyen de revendiquer ne peut être tolérée … Qu’il s’agisse des actes criminels dans le nord, au centre et partout ailleurs, ou des tragédies actuelles de Niono et Tombouctou, le seuil de l’intolérable est en train d’être franchi. Et si nous n’y prenons pas garde, ce sont les fondements même de notre société qui s’en trouveront ébranlés”, a souligné le président Keïta.

Source: http://french.xinhuanet.com

Commentaires via Facebook :

5 COMMENTAIRES

  1. Mes amis, il va sans dire que certains aspects de l’Accord d’Alger ne sont pas acceptables MAIS LE MALI N’A AUCUN INTERET A’ AGIR UNILATERALEMENT!!! IL FAUT EXPLIQUER ET CONVAINCRE LES GARANTS DE L’ACCORD DE LA NECESSITE’ D’AMENDER LEDIT ACCORD!!! Il faut avoir un soutien de la France et celui des pays freres et amis et des organisations internationales!

  2. Cet Accord ne peut proceder a une revision constitutionnelle pour porter atteinte au caractere indivisible de l’Etat et du territoire National.Si les procedures de la revision constitutionnelle ne sont pas respectees,tous les domaines se referant aux attributs se la Souverainete Nationale doivent etre delites.Cet accord a ete traite au fond comme une Convention internationale signee entre des Etats independants. C’est loin d’etre cela.Si toutes ces diapositions dont l’adoption releve des competences des institutions du Mali,( Assemblee Nationale,l’Executif et le Pouvoir judiciare) ne sont pas enlevees,ce sera un grave manquement aux unstitutions Maliennes,et au peupler du Mali.

  3. Il n”est jamais trop tard pour bien faire….

    Cet “accord” de la honte ne passera jamais tel quel, signé sur le dos des maliens. Camisole de force qui ne sera portée par aucun malien digne de ce nom…. sauf les voyous de séparatistes, apatrides et ingrats et leurs soutiens internes et externes…
    Mais le peuple veille au grain…!!!

  4. IBK dira encore la vérité au peuple . S’il n’est pas en mission de l’imprrialisme pourquoi ne pas soumettre son Accord au référendum ? Dans son gouvernement actuel il a des Ministres qui ignorent le contenu de cet accord , a fortiori des citoyen. Au motif qu’il a été élaboré à l’extrrieur, a circule sous les menteaux ensuite parler de ça au peuple. Il n’y aura pas de dialogue politique , pas de révision constitutionnelle qui visent la même cible : l’application de cet accord . Nul part au monde une Constitution n’a été révisée pour l’adapter à un faux accord comme son accord.

  5. J’espere que les Maliens/Maliennes ont compris le message du president. Je pense qu’il est temps que les Maliens/Maliennes s’allignent derriere leur president car ce n’est pas la premiere fois qu’il se porte en defenseur du Mali et de son interet superieur mais de grace, il n a pas ete compris par son peuple. Si je me souviens tres bien, quand IBK venait au pouvoir il avait refuser de negocier avec les rebelles de la france avec les armes car cela n’est accepte nul par au monde surout pas dans les pays imperialistes. Pour forcer IBK a negocier avec ces memes criminels de la france, la france a balancer les questions comme Michel Tomy et relation douteuse avec IBK, l’achat d’avion presidentiel, les tenues militaires que l’opposition Malienne en son temps a emboite les pas pour fragiliser le president afin de se courber devant les diktats de la france et cette communaute, qui se dit internationale qui n’est autre que la france et amis. Je pense que si les Maliens/Maliennes supportent le president a le defendre contre les imperialistes de ce monde en leur tete la france, IBK poura prendre ses courages a deux mains et defendre son pays. Les Africains/Africaines doivent comprendre que c’est eux memes qui affaiblissent leurs leaders qui sont sous les menances et pressions des imperialistes de ce monde et qui refusent que l’Afrique respire. Il est temps d’oublier le pouvoir d’aider le president IBK a donner le Mali sa souvainete perdue grace a la fouberie de la france au Mali. Je veux juste dire que la solution de la guerre imposee au Mali par la france se trouve dans la main des Maliens/Maliennes. Ce n’est pas cas meme ces agents des services secrets francais sur ces sites Maliens qui vont defendre le Mali, IBK ou l’interet du Mali.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here