Journée d’information des hommes de médias sur le fonctionnement de la Cour Suprême

0

Les directeurs de publication outillés par la Cour suprême et le CCDP

Sur initiative du Cadre de concertation des Directeurs de publication (CCDP), la Cour suprême a organisé le mardi 16 novembre une journée d’information des hommes de médias sur ses missions, son fonctionnement, ses domaines de compétence et les recours devant elle. C’était sous l’égide du président de la Cour suprême, Wafi Ougadeye.

Cette journée d’information des hommes de médias sur ses missions, son fonctionnement, ses domaines de compétence et les recours devant la Cour suprême est la traduction de la volonté des membres de la plus haute instance juridique du Mali d’ouvrir ses portes à la presse.

« Cette journée d’information sur la Cour suprême du Mali avec les hommes de médias se tient à un moment où la quatrième l’institution de la République, qu’est la Cour Suprême, occupe l’actualité depuis un certain temps, à travers des actions jugées courageuses par nombre de Maliens », a tout de go déclaré Aboubacar Bani Zan, Coordinateur du Cadre de concertation des Directeurs de publication (CCDP). Il a indiqué que les patrons de presse sont à l’école ce jour mardi 16 novembre 2021 pour apprendre ce qu’est la Cour suprême Mali dans toute sa dimension.

Pour le président de la Cour suprême, la rencontre entre le monde des médias et de la communication et les membres de la Cour suprême du Mali est un moment à la fois spécial et important. Elle constitue, selon lui, une sorte de retrouvailles entre deux familles complémentaires qui ont beaucoup de points communs.

« La première, les gens des médias et de la communication, ayant une bonne connaissance de l’actualité tandis que la seconde, les professionnels du droit, a un solide socle de connaissances dans les matières fondamentales du droit », a dit le président Wafi Ougadeye.

D’après lui, la justice et la presse partagent des valeurs communes telles que l’indépendance, l’impartialité, l’objectivité, la recherche de la vérité et la protection des libertés. « Elles sont toutes deux profondément attachées au respect du secret tant des sources que des enquêtes et de l’instruction judiciaire », a-t-il poursuivi.

Selon le président de la Cour suprême, l’une comme l’autre reçoit des faits pour l’atteinte de leurs missions : informer, éduquer, sensibiliser, instruire, faire connaître ou rendre la justice. Ces faits, dit-il, sont traités pour être transformés en informations ou en actes juridiques. C’est dans ce cadre qu’il a salué la démarche qui consiste pour une coordination telle que le CCDP à imaginer et solliciter un échange sur les missions, le fonctionnement la composition, les domaines de compétences, les pouvoirs et la portée des décisions de la haute cour régulatrice qu’est la Cour suprême.

Pour terminer, le président Wafi Ougadeye a indiqué que la Cour suprême est unique pour toute la République et a une mission d’unification de la jurisprudence sur tout le territoire national, et enfin ne juge pas les parties au procès, mais les jugements et arrêts rendus en derniers ressort.

« Elle est appelée non pas à trancher les litiges mais à dire si la décision attaquée par le pourvoi devant elle, fait ou ne fait une exacte application de la loi » a conclu le président Wafi Ougadeye.

Abdrahamane SISSOKO

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here