Direction nationale de la gendarmerie : Des insuffisantes notoires à combler

0

Dans le cadre du programme de la communication du ministère de la Sécurité et de la Protection Civile, le directeur général de la gendarmerie, le Colonel Major Satigui dit Moro Sidibé était face à la presse nationale et internationale. C’était le jeudi 24 mars dans la salle de conférence du ministère de la Sécurité et de la Protection Civile. La conférence s’articulait sur deux points à savoir la présentation de la gendarmerie et les questions diverses.

Selon le directeur général de la gendarmerie, c’est en 1991, que les structures organiques de la gendarmerie issues du décret n° 60/219 du gouvernement fédéral ont été refondues par le décret n° 91-465/AN-RM du 27 décembre 1991.

L’ordonnance n° 99-049/PRM du 1er Octobre 1999 portant création de la gendarmerie nationale, ratifiée par la loi n°99-057 du 28 décembre 1999, le décret n°99-369/PRM du 19 novembre 1999 fixant l’organisation et les attributions de la gendarmerie nationale.

A n’en croire le directeur général, les missions de la gendarmerie peuvent s’échelonner en trois catégories. Il s’agit, des missions de police, de la défense et les missions diverses.

Lutte contre le terrorisme

Aux dires du Colonel Major Satigui dit Moro Sidibé, en vue de renforcer ses capacités dans la lutte contre le terrorisme, la gendarmerie avec le concours des experts français a formé des chiens sur la recherche d’explosifs, de drogues, d’armes et de stupéfiants.

En Répondant aux questions des journalistes sur les moyens humains et matériels permettant à la gendarmerie d’accomplir ses missions le numéro  Un de la gendarmerie relate ce qui suit :

«  La gendarmerie est une composante des forces armées et de sécurité. Elle a des missions multiples, et l’Etat fait de son mieux  pour lui permettre de répondre aux attentes.

 Non seulement de l’Etat même et des populations en matière de défense opérationnelles du territoire, mais également les populations en matière de sécurité publique, c’est-à-dire la protection des personnes et de leurs biens.

 Nous demandons chaque fois qu’il est nécessaire, les moyens qu’il nous faut pour réussir nos missions dans la mesure où le Mali même n’a pas tous les moyens de son développement et de son plein fonctionnement.

Je pense en  tant que bon militaire nous nous contentons de ce que l’Etat peut nous  offrir pour donner le meilleur de nous-même en termes de résultat, sinon franchement, il n’y a eu de mission sans difficultés… Notre mission est difficile, malgré les difficultés nous essayons de donner satisfaction avec ce que l’Etat.

La gendarmerie a des insuffisances en termes d’effectif et moyens. ET malgré tout,  de l’indépendance à nos jours, la gendarmerie s’est adaptée à la circonstance de lieux et de moment pour remplir ses missions. »

Yacouba Dembélé

 

 

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER