Tricycles, motos-taxis et vélomoteurs : Lancement officiel Opération spéciale d’immatriculation

1

La cour de la Direction régionale des transports terrestres et fluviaux du District de Bamako à servi de cadre ce lundi, 15 novembre 2021 au lancement de l’Opération spéciale d’immatriculation des tricycles, moto-taxis et vélomoteurs. Cette opération spéciale, à l’instar de celle organisée en 2008, consiste à une réduction tarifaire sur les documents de transports, ainsi qu’il suit : Carte grise et plaque d’immatriculation à 7 500 FCFA au lieu de 17 500 F CFA ; les permis et autorisation de conduire à 5 000 F CFA au lieu de 13 750 F CFA.

Cette importante cérémonie, placée sous la présidence de Madame le ministre des Transports et des Infrastructures, Dembélé Madina Sissoko a enregistré la présence du président de la Commission des travaux publics, de l’habitat et des transports du Conseil National de la Transition, du représentant du maire de la Commune VI, du commissaire de police du 7ème arrondissement, de la Protection civile, la Direction nationale des Transports terrestres, maritimes et fluviaux, de la société civile, notamment les associations de tricycles (Katakatani).

Sur place, les conducteurs et propriétaires de moto-taxis ont sollicité de madame le ministre l’accompagnement, dans cette opération  d’immatriculation, la formation et l’obtention de permis de conduire. Ces partenaires ont clairement mis en avant leur ferme volonté de se mettre en règle en accomplissant les formalités administratives, comme tout bon citoyen malien et participer ainsi à l’effort de développement national.

L’opération vise à réguler la circulation de ces engins, de lutter contre l’insécurité routière et participer à la sécurité collective. Ce processus est l’aboutissement d’une démarche participative.

Selon les explications de la Direction nationale des transports terrestres, la mise en œuvre de cette opération, qui s’étalera sur neuf (09) mois, sur toute l’étendue du Territoire national, permettra d’immatriculer l’ensemble des tricycles et taxi-motos et d’effectuer convenablement des contrôles/sanctions des infractions à la circulation routière, toute chose qui va améliorer considérablement la sécurité routière.

Signalons que la prolifération des taxi-motos et des tricycles appelés « katakatani », sur les voies ouvertes à la circulation publique dans nos grandes agglomérations, pose d’énormes problèmes en termes de sécurité routière et de sécurité publique. Un grand nombre de conducteurs de ces engins ignorent le Code de la route et ne disposent pas de permis de conduire.

La plupart des taxi-motos et tricycles ne sont pas immatriculés. Cette situation pose le problème de la responsabilité en cas d’accidents et de prise en charge des sinistres, puisque les engins ne présentent pas de cartes grises et de plaques d’immatriculation.

Le Gouvernement a décidé d’accompagner les propriétaires et les utilisateurs de ces engins pour leur permettre de se mettre en règle vis-à-vis de la réglementation routière.

Pour Mme le ministre, vu l’importance des motos (tricycles et deux roues) dans la circulation, le département a décidé de réglementer le secteur, conforment au Code de la route. ‘’Chaque conducteur doit avoir son permis de conduire et chaque propriétaire doit avoir une carte grise pour sa moto, une assurance et les numéros d’immatriculations. Avec ces documents, le contrôle peut se faire à tout moment’’.

Selon Madame le ministre, cette opération concerne toutes les capitales régionales et se fait dans les directions en charge des transports terrestre maritime. Pour le district de Bamako, trois centres sont prévus (le centre de la Direction régionale des transports terrestre, maritime et fluviaux  sur la rive droite, le centre de la Subdivision des routes dans la cour de la CTRU à la zone industrielle en rive gauche et un autre centre au niveau de la garage à Darsalam).

Cette opération d’immatriculation et de délivrance de permis aura le mérite de contribuer à assainir un secteur qui s’élargit de jour en jour.

A titre symbolique, Madame le ministre a remis la première carte grise et le premier permis au Directeur régional des transports du District de Bamako.

Brehima DIALLO

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Dans une capitale qui se respecte on ne devrait même pas autoriser des tricycles et des motos faire du transport en commun public de personnes.
    A l’image d Abidjan et Dakar il faut créer une société moderne de transport public et accompagner les privés par une garantie du renouvellement du parc automobile avec des véhicules neufs et confortables.
    Même au nom de la lutte contre le chômage des jeunes les sociétés de transport génèrent plus d’emplois stables et bien rémunère avec une retraite garantie et en prime le versement de taxes et impôts plus conséquents pour le trésor.
    Maliens réfléchissez Ne laissez des hordes d’illettrés ou d’incultes dicter la loi dans la capitale.
    MANQUE DE VISION POUR UN MINISTRE OU FAIBLESSE D’UN ETAT EN DELIQUESCENCE FACE AU DESORDRE

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here