Pour avoir mis les responsables de l’AEEM dos à dos : La tête du Directeur général de l’INA réclamée par les élèves

2

Remontés contre le Directeur général, Alassane Maïga, qu’ils accusent d’être à l’origine d’affrontements sanglants qui ont opposé les leurs aux membres du bureau de coordination de l’Aeem, les élèves de l’Institut national des arts (INA) ne veulent plus de leur Directeur qui a échappé de justesse à un  lynchage.

L’ambiance est délétère à l’INA de Bamako actuellement. En effet, les élèves dudit institut, qui disent ne pas comprendre pourquoi les 4 membres de l’Aeem de leur structure sont toujours en détention, ont exprimé leur ras-le-bol dans la matinée du mercredi 27 janvier 2016, en initiant un mouvement de grogne pour demander la démission du Directeur général. En effet, ils soupçonnent ce dernier d’être à l’origine de l’affrontement sanglant entre les élèves de l’INA et des éléments du bureau de coordination de l’Aeem, le lundi 25 janvier matin. Raison pour laquelle M. Maïga a échappé de justesse à un lynchage au sein de son établissement.

Cet affrontement a enregistré plusieurs blessés dont trois graves et des dégâts matériels importants. Selon les élèves, depuis la création de l’INA en 1933, il n’y a jamais eu d’affrontements de ce genre. «C’est une première dans les annales de  l’INA que les élèves fassent 4 mois sans tenues et sans fournitures scolaires. Nous ne voulons plus de ce Maïga qui nous pourrit la vie. Il a bel et bien collaboré avec les membres du bureau de coordination. Et d’ailleurs, le Secrétaire général de ce bureau est une de ses connaissances. C’est encore lui qui est à la base de l’incarcération des membres de l’Aeem de l’INA. Il est temps de le débarquer», s’offusque notre interlocuteur qui a requis l’anonymat, certainement par peur de représailles.

Comment est on arrivé à ce stade ?

Selon notre interlocuteur, depuis plusieurs semaines, les membres de l’Aeem de l’INA réclamaient, entre autres la bourse, les tenues scolaires et les effets. A l’en croire, cela fait bientôt 4 mois qu’ils peinent à obtenir gain de cause. Ce qui, selon lui, n’est pas de coutume à l’INA. «Avec la complicité des professeurs, nous avons réussi à amener les étudiants en classe. Les professeurs se sont débrouillés pour que les élèves composent la semaine dernière. Après les évaluations,  ils ont entamé avec l’administration des pourparlers sans succès. C’est ainsi qu’ils ont décidé d’aller en grève le lundi dernier», explique un professeur de l’INA. Pour des élèves de cet établissement, pour pallier cette grève, le Directeur de l’INA aurait fait appel à des membres du bureau de coordination de l’Aeem qui sont venus suspendre, lundi, tôt le matin, le bureau de l’Aeem de l’INA. Toute chose qui a été mal appréciée par les élèves de l’INA. En apprenant la suspension des membres du comité Aeem qui défendent leur cause, les élèves ont décidé de bouder les classes jusqu’à la levée de la suspension et par la même occasion, exigé le paiement de leurs bourses.  Il nous revient de sources concordantes  qu’à la suite des discussions, un élève de l’INA a été sérieusement malmené par les éléments du bureau de coordination de l’Aeem. S’en est suivi un affrontement violent avec des barres de fer et des machettes. Informée, la police est intervenue en lançant des gaz lacrymogènes. Bilan: une dizaine de blessés dont 3 graves, évacués d’urgence au CHU Gabriel Touré.  Après les échauffourées,  des élèves pointent un doigt accusateur sur le directeur de l’INA qui, selon eux, est à l’origine de l’affrontement. Ils estiment qu’Alassane Maïga a soudoyé les éléments du bureau de coordination de l’Aeem pour empêcher la grève. C’est pourquoi ils ont voulu le tabasser jusque dans son bureau.

La version du Directeur général 

Approché par nos soins, le Directeur de l’Institut dira qu’il n’a rien à se reprocher. Selon lui, une correspondance du bureau de coordination de l’Aeem lui est parvenue depuis le 19 janvier pour la suspension du bureau de l’Aeem de l’INA. Il dira qu’il leur a fait savoir que c’est une affaire entre membres de l’Aeem et qu’il n’est pas de son ressort de prendre la correspondance. En outre, il affirme que la moitié des tenues scolaires est disponible depuis longtemps, mais les élèves ont refusé de les prendre sous prétexte qu’ils veulent l’intégralité.

Par ailleurs, au moment ou nous nous apprêtions à quitter la cour de l’INA, certains élèves ont reçu des messages d’Ecobank, les informant de la disponibilité de la bourse à partir de ce mercredi 27 janvier 2016.

Ibrahim M.GUEYE 

 

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. En 1999 et en 2002 l’ancien directeur voleur des fonds de l’ina Fadji Togola et Kamara K,ont arbitrairement renvoye mes camarades de promotion Djokolo Coulibaly de la Radio fr3,Mariam Doumbia de l’armee malienne et de Django qui etait a 3 mois de sa soutenance malheureusment il est devenu depressif.

  2. Il est temps dissoudre cette Aeem, elle ne sert plus à l’intérêt des élèves et étudiants, elle sert plutôt à l’intérêt de ses dirigeants, ce n’est plus l’ Aeem des leaders de conviction comme Korotoumou Thera, Nouhou Togo ou du brave et charismatique Alassane Touré ….

Comments are closed.