De Paris à Bamako Radisson Blu : D’un vendredi à un autre vendredi

C’est fini, c’est en tout cas notre conclusion, au moment où les autorités sécuritaires de notre pays annonçaient la libération de tous les otages, ceux là qui en tout cas, ont échappé à la mort.

0

C’est fini, oui, la prise d’otages de vendredi dernier aux environs de 7 h, à l’hôtel Radisson Blu, une prise d’otages revendiquée par le groupe djihadistes Al Mourabitoune de l’extrémiste Moctar Bel Moctar.
Plus d’une centaine de clients surpris dans leur lit ou attablés au restaurant et un personnel affairé à sa tâche quotidienne. Que dire de cette audacieuse  action terroriste de vendredi dernier, intervenant une semaine jour pour jour après celle de cet autre vendredi qui a secoué la France, qui a fait pleurer la France. Cette audacieuse prise d’otages est intervenue 24 heures après la confirmation de la mort de l’initiateur ou l’un des initiateurs de l’affaire de Paris, Abaaoud.
Les maliens, quoique choqués par la barbarie, n’ont nullement pas été étonnés ou surpris. Déjà, la semaine dernière, le président de la République, à l’occasion d’une cérémonie tenue au CICB revenait sur la fragilité de la situation sécuritaire, des risques que le pays continuerait de courir. Aussi, les maliens un peu plus ou moins habitués maintenant avec les attaques terroristes et prises  d’otages depuis l’affaire de l’hôtel de Sevaré, savaient que tout était possible à chaque instant dans tout le pays et que Bamako, la capitale, était loin d’échapper à la logique. Pire, le chef du principal groupe extrémiste, Ançardine que dirige le renégat en chef, Iyad Ag Ghaly, dans la foulée de l’attaque de Paris de vendredi dernier, sortait pour dénoncer l’accord de paix et son application à Kidal et demandait aux jeunes kidalois de se mobiliser pour s’opposer.
A l’annonce de la nouvelle, beaucoup de gens avaient vite fait de pointer le doigt dans sa direction, avant que Bel Moctar du groupe Al Mourabitoune, ne vienne revendiquer le crime. 21 morts et des blessés, le bilan est énormément lourd, les assaillants tous morts tués par les forces spéciales. Un bravo et des salves d’applaudissements aux forces spéciales maliennes, épaulées les forces spéciales françaises héliportées depuis Ouaga, appuyé par les GI américains stationnés à
l’ACI,(Ambassade Américaine), pour décanter directement la situation en libérant 70 otages, de quoi requinquer le moral de la troupe malienne. Même si, un porteur d’uniforme malien, un policier, sonné
par la situation a débité des inepties, des choses qui ne devraient pas sortir de la bouche d’un porteur d’uniforme. Ce policier face à une caméra d’Africable, a osé dire, qu’il n’a eu la vie sauve qu’à la récitation de la Chahada. Une honte lorsqu’on sait que ce porteur d’uniforme désormais indigne de sa tenue, se contentait de s’en sortir pendant que au moins trois (3) personnes gisaient là à côté de lui sans vie. D’un vendredi à un autre vendredi, les terroristes de Paris à Bamako ACI, en passant par le Bataclan, Saint Denis, Oyo au Nigeria, au Cameroun et au Tchad, maintiennent leur message, celui de dire qu’ils seront partout pour frapper et tuer des hommes. D’un vendredi à un autre vendredi, la prise d’otages de Radisson Blu est arrivée au moment où, le président IBK en compagnie de certains chefs d’Etat se trouvait à N’Djamena, pour discuter et échanger sur la sécurité et qu’à l’Elysée, Hollande recevait le roi du Maroc, dont les services de renseignements ont aidé magnifiquement à la conclusion du dossier Abaaoud. IBK, fier des forces de défense maliennes a chaleureusement salué leur action. Des vrais patriotes dira t –il. C’est fini, mais pas définitif en ce qui concerne le bilan. Ce n’est pas fini, Sada Samaké n’est plus ministre, lui qui était accablé de tous les noms d’oiseau et qu’il urge pour son successeur de bien prendre les choses en mains, en bonnes et fermes mains.

Sory de Motti

PARTAGER