“MugabĂ© est bien vivant”, selon Harare

1

Le gouvernement zimbabwéen a démenti jeudi des informations sur la mort du président Robert Mugabe, 91 ans, actuellement en Asie.

Le prĂ©sident va bien“, titrait le quotidien gouvernemental Herald. “Vous ne pouvez pas douter qu’il y aura des rumeurs sur la mort du prĂ©sident chaque annĂ©e en janvier”, dĂ©clare le porte-parole du gouvernement George Charamba, citĂ© par le journal.

Chaque dĂ©but d’annĂ©e, le prĂ©sident Mugabe, au pouvoir depuis 1980, prend des vacances Ă  l’Ă©tranger, et chaque annĂ©e des rumeurs resurgissent sur les rĂ©seaux sociaux sur son hospitalisation, voire son dĂ©cès.

Selon le Herald, Mugabe, le plus vieux chef d’Etat en exercice dans le monde, est cette annĂ©e “en extrĂŞme-orient”.

M. Charamba accuse le site internet indĂ©pendant ZimEye d’avoir propagĂ© la rumeur: “C’est la façon dont ce site cherche Ă  amĂ©liorer sa frĂ©quentation pour se faire de l’argent sale”, dit-il dans le Herald.

Le site affirmait que M. Mugabe était décédé à Singapour.

En 2011, Wikileaks avait dĂ©voilĂ© un tĂ©lĂ©gramme diplomatique amĂ©ricain datant de 2008, affirmant Ă  l’Ă©poque que le prĂ©sident zimbabwĂ©en souffrait d’un cancer de la prostate et n’avait plus que cinq ans Ă  vivre.

Ces derniers mois, M. Mugabe a montré ces derniers mois des signes de faiblesse inhabituels.

En septembre, il a lu pendant 25 minutes un discours mot pour mot identique Ă  celui qu’il avait prononcĂ© un mois plus tĂ´t, manifestement sans s’en apercevoir. Il a Ă©galement trĂ©buchĂ© par deux fois, lors de rĂ©centes sorties publiques.

Ces signaux ont alimentĂ© les divisions et lancĂ© la bataille au sein du parti au pouvoir autour de la succession de l’inamovible prĂ©sident qui s’est toujours refusĂ© Ă  dĂ©signer un successeur.

En plus de trois dĂ©cennies de pouvoir, M. Mugabe est peu Ă  peu passĂ© du statut de hĂ©ros de l’indĂ©pendance et chouchou de l’Occident Ă  celui de despote et paria sur la scène internationale.

Sous sa fĂ©rule, le Zimbabwe s’est terriblement appauvri dans les annĂ©es 2000.

Des centaines de milliers, voire des millions, de ses concitoyens ont Ă©migrĂ© en Afrique du Sud et, Ă  la suite d’une hyper-inflation, le Zimbabwe a supprimĂ© sa propre monnaie pour utiliser dĂ©sormais le dollar amĂ©ricain.

Par bbc.com

SOURCEbbc.com
PARTAGER

1 commentaire

  1. il est vieux ce monsieur .s’IL etait prevoyant ne pas laisser son pays ds l’impasse apres n’etre plus.le cas de la cote d’ivoir ,du togo ,du gabon.
    c’est comment en afrique les dirigent n’apprennent pas des exemples.
    Nul ne peut rester eternel chef d’etat ds son rocheux.Tot ou tard tu finiras par descendre.si c’esi pas par maladie bien sur par mort.

Comments are closed.