Sommet Extraordinaire des chefs d’états de la CEDEAO à Abidjan : 1,5 milliards pour un couloir humanitaire au Nord du Mali

22

Sous l’égide du Président ivoirien Alassane Dramane Ouattara, Président en exercice de la CEDEAO, un sommet extraordinaire des Chefs d’Etat de cette organisation s’est tenu hier jeudi à Abidjan. Il a réuni une bonne dizaine de chefs d’Etat sur les quatorze que compte  la CEDEAO, avec en toile de fond, les crises au Nord du Mali et en Guinée Bissau.


Le président malien de transition Dioncounda Traoré, le président burkinabè Blaise Compaoré, médiateur dans la crise malienne, son homologue sénégalais Macky Sall, et six autres chefs d`Etat, dont Yayi Boni, Président en Exercice de l’UA, Faure Gnansingbé du Togo, Alpha Condé de la Guinée,  Yaya Jammeh de la Gambie, Goodlock  Johnatan du Nigéria et le Président Nigérien  étaient réunis autour de l`Ivoirien Alassane Ouattara, président en exercice de la Communauté économique des Etats de l`Afrique de l`Ouest (Cédéao).

Dans son discours d’introduction, le Président en exercice de la CEDEAO, le Dr Alassane Ouattara, après avoir remercié ses homologues d’avoir fait le déplacement, a affirmé que « l’objectif de ce Sommet Extraordinaire de la CEDEAO, convoqué une fois encore en urgence, est de faire le bilan à mi-parcours de nos actions communes et donner de l’élan à nos prochaines initiatives, notamment dans la mise en œuvre de nos décisions sur la situation politique au Mali. Il nous faudra également, prendre ensemble d’importantes mesures pour répondre sans délai à la situation de confusion politique qui règne en Guinée-Bissau », a-t-il martelé.

Il rappela que lors du  Sommet Extraordinaire du 27 mars 2012, ici même à Abidjan,  mandat avait été donné au groupe des six Chefs d’Etat sur le Mali et au Médiateur désigné, Son Excellence Monsieur Blaise COMPAORE, Président du Faso, pour trouver une solution à cette crise.

Pour Alassane Ouattara, le  travail de la médiation avec la junte militaire malienne a permis des avancées notables, au nombre desquelles :

– l’Accord-cadre signé entre les représentants du Médiateur de la CEDEAO et la junte ;

– l’amnistie accordée aux membres de la junte ;

– la levée des sanctions diplomatiques, économiques et financières sur le Mali;

– la démission conformément aux dispositions de la constitution malienne du Président Amadou Toumani TOURE ;

– l’investiture le 12 avril 2012 du Président de l’Assemblée Nationale, Dioncounda TRAORE en qualité de Président intérimaire du Mali ;

– la nomination d’un Premier Ministre consensuel, Cheick Modibo DIARRA, chargé de conduire la transition et de former un gouvernement de transition.

– La formation d’un Gouvernement le mardi 25 avril 2012

« Cependant, malgré ces avancées, a-t-il poursuivi, beaucoup reste encore à faire. C’est pourquoi, dit-il,  il nous faudra à la lumière de certains agissements de nature à compromettre le climat de transition actuelle, clarifier le rôle et les responsabilités de chacun des acteurs de cette transition ». Des autorités maliennes de transition ont été installées, notamment un gouvernement formé mercredi, à la suite d`un accord conclu le 6 avril entre la Cédéao et les putschistes de Bamako, mais le front anti-junte a appelé l`organisation ouest-africaine à veiller au retrait «effectif» des militaires.    Le président ivoirien a également indiqué que le sommet allait examiner les moyens d`ouvrir des «corridors humanitaires» vers le nord du Mali, qui manque de vivres et de médicaments. C’est dans cet ordre d’idée que le Président en exercice de la CEDEAO a remis  un chèque de 1,5 milliards au Président Malien, Dioncounda Traoré, pour faire face à la crise humanitaire qui sévit au Nord du Mali. La somme de 277 millions est revenue au  Burkinabé Balise Compaoré et 317 millions au Premier ministre nigérien Brigi Rafini.

Trois régions du Nord du Mali sont depuis environ un mois,sous le contrôle de rebelles touareg et d`islamistes armés, notamment Al-Qaïda au maghreb islamique (Aqmi), contre lesquels la Cédéao a menacé  d`intervenir militairement en cas d`échec du dialogue. Egalement lors de ce sommet la Cédéao cherche aussi une issue négociée à la crise née du coup d`Etat du 12 avril. L`ONU, l`Union africaine et l`Union européenne ont exigé le retour à l`ordre constitutionnel et menacé les putschistes et leurs soutiens de sanctions.

Au moment où nous mettions sous presse, les chefs d’Etats étaient encore à  leur réunion de huit clos où  décisions très importantes étaient attendus tard dans la soirée.

Le ministre français de la Coopération, Henri de Raincourt, le Président de la Commission de l’UA et le Président Mauritanien ont  également assisté à cette réunion.

Le Président par intérim Dioncounda Traoré rencontre la communauté  Malienne ce vendredi matin avant de prendre son vol pour Bamako.

De Gildas, Correspondant du Républicain à Abidjan

 

Commentaires via Facebook :

22 COMMENTAIRES

  1. la CEDEAO n’est pas une l’armée étranger nous somme au sien de la CEDEAO c’est une communauté et intégration donc nous constitution une même aider géographique un même espace dire a mon frère d’à cote de venir m’aider par ce que j’ai un difficulté je considéré mon frère comme étranger non que l’armée de la CEDEAO viens au mali nous aider pour pouvoir bouter ces islamistes de notre territoire par ce que il faut le dire le reconnaitre que nous avons pas aujourd’hui une armée capable de bouter les islamiste de notre territoire

  2. je pense que la cedeao est sur le point de declenché une seconde guerre en violant les principes de l’accord cadre qui stipule 40 jrs et non une année que Dieu sauve le mali

  3. J’ATTIRE L’ATTENTION DE TOUS LES MALIENS EN PARTICULIER LES MILITAIRES, MÉFIEZ VOUS DE TOUT CE QUE LES MÉDIAS (télévision, radio, presse etc) occidentaux EN PARTICULIER français VOUS RACONTENT, ILS FONT DE L’INTOXICATION A L’INFORMATION POUR DÉMORALISER SURTOUT NOS MILITAIRES EN FAVEUR DES BANDITS TOUAREG.
    LA GUERRE PSYCHOLOGIQUE SEMBLE ÊTRE UNE DE LEURS CONTRIBUTION A CES BANDITS ARMES.
    SOYEZ VIGILANTS CHERS COMPATRIOTES.

  4. la CEDEAO est entrain d’avoir peur de cette bande de terroriste et si possible comptons sur nos valeurs propres pensons a former des vrais soldats pas ceux qui ont fui pr aller se coucher a kati

  5. Je pense que mes parents doivre comprendre ke la cedeao n’est pas l’ennemie du Mali et ne saura jamais . N’oublier pas l’histoire ki lie ses pays de l’afrique de l’ouest . La plupart de ces son les decendant du l’empire Mandingue . Il ya Toujours des sois disant intellectuel ki profit souvent de ses situations pour faire avancer Leurs ideologies malsain

  6. pourquoi n’est pas envoyer les troupes pour intervenir les plus vite possible car la situation se dramatise toujours

  7. Je pense que mes parents doivre comprendre ke la cedeao n’est pas l’enemie du Mali et ne saura jamais . N’oublier pas l’histoire ki lie ses pays de l’afrique de l’ouest . La plupart de ces son les decendant du l’empire Mandingue . Il ya Toujours des sois disant intellectuel ki profit souvent de ses situations pour faire avancer Leurs ideologies malsain

  8. ou était la CDEAO et l’union africaine lors de la crise ivoirienne, lorsque l’OTAN bombardait la Libye,quand les puissances occidentales divisaient le Soudan, la somalie au main des chebabs,
    C’est juste un petit modele de l’ONU (organisation des nations unitiles)
    Merci pour le cheque mais Le Mali ne doit pas compter sur la CDEAO.

  9. Wow… Ça fait deux fois que je poste un commentaires et ils ne sont pas diffuser. Il y aurait t’il un problème ou est ce qu’on me censure? Pourtant, je ne divulgue pas de propos haineux.

  10. Je pense cette intervention de la force en attente de la CEDEAO ne fera qu’empirer la situation sécuritaire au Mali. Les organes de transition peuvent être bien protéger par les militaires Maliens. Si le Président Intérimaire se méfie des forces armées Maliennes, cela risque de créer des tensions entre la force en entente de la CEDEAO censée protéger la transition et les forces armées Maliennes.

    Quant au Nord, je pense sincèrement que l’ère n’est plus à la négociation. Le MNLA veut un État dans l’État du Mali alors que le Mali ne souhaite pas céder un seul carré de son territoire aux bandits armés.En plus entre les bandits armés au Nord il n y a pas d’unanimité…..

  11. Un soldat de la garde d’origine maure de Tombouctou, est venu a une banque de Kati pour récupérer son salaire le mercredi dernier. Soudain un soldat du sud qui a servi à Tombouctou se jette sur lui et avec son arme lui tire plusieurs balles devant le public qui l’interpelle pour son geste, il dit que c’est un élément de la milice de Tombouctou qui voulu le tuer au moment des événements et voila il a eu l’occasion de se vanger, alors que n’était qu’une ressemblance. Grièvement blessé au deux jambes, des éléments de Kati sont venus prendre le pauvre maure pour interrogation, puis il est laissé a son sort, des bonnes volontés l’ont conduit à l’hôpital Gabriel Toure ou il est en train d’avoir les premiers soins! Le criminel n’a jamais été inquiété! Alors Capitaine Sanogo, C. M. Diarra, ce n’est comme ça qu’on construit une nation! Jugez vous en! Si vous voulez avoir le numéro de téléphone de la victime, c’est disponible.

  12. je suis vraiment dessus du jeu que la CEDEAO mène dans la situation actuelle on s’en fou de l’argent il faut s’occuper des gens qui sont en détresse les gens n’ont même pas envie de manger ils ont plutôt besoin d’une force mystérieuse qui va les libérer entres les griffes de ses bandit des rebelles et ses islamiste qui les prend en otage
    je suis actuellement en contacte avec les gens du Nord il est vraiment temps de faire quelque chose on a plus besoin des conférences il faut passer au acte je pense que il est grand temps
    déplus on essaye de venir en aide aux gens qui ont fuit qui sont pour la plus part les même rebelles au lieu de s’occuper des gens qui n’ont pas les moyen de quitter le lieu qui ont plus grand besoin
    mes cher compatriote je vous dit car je suis moi même touareg et je sais de quoi je parle
    au cours au secours et au secours encore aux personnes qui sont sur place ses rebelles ne sont pas des touareg mais ce des libyens qui veulent un territoire par force par ce que les nouveaux autorité libyens ne veulent plus d’eux

    Med

  13. c’est la faute a la cedeao qui a fait que les rebelles ont gagne du terrain on a vu en Guinne Bissau

  14. Misère Ils defendent leur pouvoir et leur reputation.
    Ils sont en mission commander pour la France
    Un couloir pour que la France fasse parvenir des moyens à ses alliés tamachecks.
    Les populations peuvent attendre

  15. Mes Amis,voyons ensemble d’autres horizons d »introspection, par rapport au monde que nous vivons:

    « Tout ce spectacle hypocrite sert à masquer d’autres enjeux.
    La carte qui suit émane d’un club très officiel puisqu’il est une sorte de commission spécialisée de l’OCDE sur le Sahel et l’Afrique de l’Ouest. Rien de plus respectable pour les pouvoirs capitalistes en place puisque l’OCDE est l’institution qui a succédé à l’OECE chargée dés les débuts de la guerre froide de la répartition des crédits Marshall c’est-à-dire de la mise sous contrôle économique par les Etats-Unis des pays de l’Ouest européen. Depuis l’OCDE s’est installée comme bureau de recherche et de planification de l’ordre capitaliste occidental dominant.
    Qu’ait été créé au sein de l’OCDE un club SAHEL et AFRIQUE DE L’OUEST suffit à démontrer que cette région du monde est considérée par le capitalisme occidental comme une de ses arrière-cours et qu’il a dans cette zone des projets et des appétits qui ne s’embarrassent pas de la souveraineté des Etats de la région.
    Que dit cette carte ?
    1- D’abord sur la population
    Que les touaregs sont majoritaires dans la zone Nord du Mali, ce qui est une évidence démographique de longue date et cette partie du territoire malien actuel est appelée AZAWAD, terme revendiqué par le MNLA.
    Qu’ils ne sont pas majoritaires au Sud de la boucle du Niger. Là aussi simple rappel des faits.
    Mais surtout elle montre que la zone à dominante touareg dépasse très largement le Mali, qu’elle s’étend jusqu’en Libye et qu’elle est donc déstabilisée par la disparition du régime libyen.
    2 -Ensuite sur les ressources convoitées :
    Le niveau actuel des cours de l’or et les inquiétudes des possédants sur la stabilité des monnaies des pays capitalistes riches a déchainé une ruée mondiale vers le métal jaune
    L’accès à de nouvelles sources de pétrole et de gaz est une préoccupante stratégique des Etats-Unis comme de l’Union européenne et ils veulent mettre la main sur les nouveaux gisements avant l’Inde et la Chine. L’Afrique de l’Ouest est donc de ce point de vue le terrain de chasse prioritaire.
    3 – Dernière indication de portée politique et stratégique considérable : « le gaz du bassin de Taoudéni pourrait être exporté via l’Algérie ». Là s’exprime la crainte que l’Algérie et sa société pétrolière nationale la SONATRACH qui a déjà commencé à prendre part aux côtés des sociétés occidentales (Total et ENI en particulier) aux recherches prometteuses en Mauritanie et au Mali devienne le maitre du jeu.
    Pour l’empêcher rien de tel qu’un bon gros désordre « islamique » pour mettre le pouvoir algérien, le seul qui conserve encore un peu d’indépendance du Caire à Rabat, sur la défensive.
    Mais une autre histoire est possible qui n’est évidemment pas celle que veulent écrire les puissances membres de l’OCDE : que sous la houlette de l’Algérie, qui aujourd’hui a seule les capacités militaires et techniques pour le faire, les pays de la région se mettent d’accord pour exploiter ensemble ces nouvelles ressources pétrolières, les utilisent pour leur propre développement et exportent le reste par un port à construire sur l’Atlantique en Mauritanie ou au Sénégal. Un vrai projet Sud-Sud qui constituerait une véritable décolonisation du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest. »

    Source : Comaguer

    Le Gouvernement CMD a toute les qualités et tous les défauts pensable.
    J’espére que le Burkina et la CI NE SERONT PAS l’INTERFACE DIPLOMATIQUE POUR LE MALI. LES FRANCAFRICAINS BLAISE et ALASSANE s1il le pensent ainsi eh bien ils seront foutus á jamais, car la suivante étincelle socio-politique au Mali sera bien synchronisé avec celles des autres pays de la sous-région.
    « Celui qui monte plus haut ne peut que tomber plus bas. »
    Morales F

  16. Je ne vois pas du tout pourquoi certains maliens s’entêtent à croire que la CDEAO est l’ennemi du Mali parceque tout simplement elle ne voulait pas de cette junte.?!?

  17. Faites attention a la CEDEAO; ne leur faites pas confiance. Pourquoi ces soit-disant pays-amis se sont rues pour poser des sanctions a la junte au Mali mais pas en guinee bissau. il faut faire attention mes compatriotes, le probleme premier de la cedeao aurait du etre l’aide pour liberer le nord du Mali. mais non, tout ce qui les interesse c’est la junte. La junte n’a fait que mettre a decouvert les malversations de att et toute sa clique plus de 20 ans. ils veulent trouver un moyen pour semer le desordre et permettre a la france de poursuivre son reve d’occupation du nord a travers les touaregs. faites tres attention, Um Lukum l’homme blanc est en marce!!!!!!!!!!!

  18. Vous nous avez soutenu dès le debut de cette crise. Que le Seigenur vous rende et protege vos peuples respectifs. Tout un effort, vos dons d’argent, et vos deplacement, pour trouver notre paix. Merci

Comments are closed.